Ministère de l’Education –syndicats : Un procès-verbal pour ficeler les accords

0
0

Dans le cadre de la gestion des revendications syndicales, le ministère de l’Education, de l’Alphabétisation et des Langues Nationales et les syndicats d’enseignants, exceptés ceux affiliés à la COSES, ont procédé à la signature du procès-verbal des négociations. C’était le samedi 31 décembre 2011 dans les locaux dudit ministère.

 

Dans la logique de l’épanouissement de cadre de vie et de travail des enseignants, le département de tutelle était en négociation avec les syndicats d’enseignants autour de deux points. Il s’agit de l’augmentation des taux d’indemnités de responsabilité des censeurs, directeurs des études, surveillants généraux, directeurs d’écoles et conseillers pédagogiques. Et le second point portait sur l’augmentation des taux d’indemnités de surveillance et de correction.

 

Après la première séance, les syndicats affiliés à la Coordination des Syndicats de l’Enseignement Secondaire (COSES) ont suspendu leur participation aux négociations. Mais les autres syndicats, à savoir : le Syndicat National de l’Education et de la Culture (SNEC); la Fédération de l’Education Nationale (FEN);  le Syndicat Libre et Démocratique de l’Enseignement Fondamental, (SYLDEF); le Syndicat National de l’Education de Base, (SYNEB); le Syndicat National des Travailleurs de l’Enseignement Privé Catholique, (SYNTEC);  la Fédération Nationale de l’Education, des Sports, des Arts, de la Recherche et de la Culture, (FENAREC) ; le Syndicat National des Enseignants du Secondaire de l’Etat et des Collectivités (SYNESEC) ainsi que le Syndicat National des Enseignants Fonctionnaires des Collectivités Territoriales (SYNEFCFT) ont, avec le département, poursuivi les négociations.

 

Aux termes des rencontres tenues du 29 novembre au 29 décembre 2011, ils  sont parvenus à la signature d’un procès-verbal dans lequel le gouvernement s’est engagé à revaloriser les taux de l’indemnité de responsabilité à compter du 1er janvier 2012 ainsi qu’il suit : 10.000 FCFA pour les censeurs et directeurs d’études des établissements secondaires ; 9.000 FCFA pour les surveillants généraux et chefs de travaux des établissements d’enseignement secondaire. En ce qui concerne les conseillers pédagogiques, ils auront 10.000 FCFA. Les  directeurs d’écoles de 3 à 5 à classes sont à 6.000F ; les directeurs d’écoles de 6 à 9 classes, 7.500F, ceux de 10 classes et plus, 10.000F. Et 6.000F pour les directeurs des établissements d’éducation préscolaire et spéciale.

 

Parlant de l’augmentation des taux d’indemnités allouées au personnel chargé des examens scolaires et concours professionnels, le gouvernement s’engage à revaloriser les taux d’indemnités à compter du 1er janvier 2012. Les taux d’indemnité sont fixés comme suit : pour la surveillance, 4000 FCFA par jour. 375 F par copie corrigée au DEF, 475 FCFA par copie corrigée des examens du secondaire et concours professionnel.

 

Quant à l’indemnité des présidents et vice-présidents des centres d’examens et concours, il est fixé comme suit: 30.000 FCFA pour le DEF, 50.000 FCFA pour les examens du secondaire et les concours professionnels. Pour les membres du secrétariat des examens et concours, il est de 50.000 FCFA pour le DEF, les examens du secondaire et les concours professionnels.  

   

L’heure supplémentaire de cours pour les maîtres de l’enseignement secondaire, de l’enseignement fondamental et de l’éducation préscolaire et spéciale est   1.500F CFA. Les professeurs de l’enseignement secondaire, de  l’enseignement fondamental et de l’éducation préscolaire et spéciale ont 2.000 FCFA par heure supplémentaire.

Après avoir accepté ces taux, les deux parties s’engagent à poursuivre les négociations autour des autres préoccupations des syndicats.

Oumar KONATE

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.