Orientation des candidats admis à la session du DEF 2012: Pas d’orientation pour les 15196 élèves admis

4 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

La salle Bakary Traoré du ministère de l’Education et de l’alphabétisation a abrité, le vendredi 28 septembre, une rencontre avec les journalistes en vue de discuter des dispositions prises pour une rentrée effective sur toute l’étendue du territoire national. La conférence était animée par le secrétaire général du dit ministère, Dénis Dougnon. Au cours de cette rencontre, il a été révélé que plus de 15000 déclarés définitivement admis à l’examen du Diplôme d’études fondamentales (DEF) ne seront pas orientés cette année. 

Depuis le début de la crise le ministère de l’Education et de l’alphabétisation s’est lancé dans une vaste campagne de sensibilisation à travers des conférences de presse périodique pour informer le citoyen sur l’évolution de la situation en temps réel.  Selon le directeur national adjoint de l’Education préscolaire et spéciale, Paul Diarra, la rentrée a été effective à travers toute la ville de Bamako et dans le reste du pays.

L’effectivité de la reprise a été constatée par la tenue des conseils de  maîtres dans toutes les structures relevant de son département. Le directeur national de l’enseignement secondaire général, Bakary Casimir Coulibaly, de son côté a déclaré que son département à l’instar des autres services centraux de l’éducation, a travaillé dans la préparation de la rentrée scolaire 2012-2013. Selon lui, conformément à l’esprit de la décision fixant les dates de la reprise des classes, le suivi des préparatifs a porté sur trois aspects fondamentaux qui sont entre autres : le plan matériel, le plan administratif et le plan pédagogique. « Dans le cadre de la mise en œuvre de la reforme du lycée en République du Mali qui est en cours depuis la rentrée scolaire 2011-2012, le nouveau programme applicable aux classes de 11ème année est disponible dans toutes les académies d’enseignement et sur le site WEB du département sous sa version électronique » a précisé M.Coulibaly.

Le directeur de la cellule de planification et de la statistique du ministère de l’éducation, Aboubacrine Alpha, a pour sa part, étalé les critères appliqués cette année pour  l’orientation des candidats admis à l’examen du DEF. Selon lui, compte tenu de la rareté des ressources son département a tout fait pour orienter le maximum des élèves admis dans les établissements publics.

Pour cette année les critères d’orientation sont les suivants: les élèves admis âgés de 12 ans à 17ans et ayant au plus quatre années de scolarité; les élèves admis âgés de 18 ans et n’ayant pas redoublés au second cycle et les candidats admis âgés de 18 ans ayant redoublé une fois et qui ont obtenu la moyenne à l’écrit à l’examen. En application de ces critères, 53318 sur 68514 élèves admis cette seront orientés. Donc, plus de 15196 admis ne bénéficieront pas d’orientation pour poursuivre les études dans les établissements secondaires et professionnels.

Au cours de cette rencontre, le directeur du centre national des examens et concours de l’Education, Hassimi Adama Touré a déclaré que du 1er au 10  octobre prochain se dérouleront les épreuves sportives de la session spéciale.  Les épreuves écrites du baccalauréat, du brevet de technicien, du DEF et des Instituts de formation des maîtres, se dérouleront du 8 au 12 octobre prochain.

Ramata TEMBELY

SOURCE:  du   1 oct 2012.    

4 Réactions à Orientation des candidats admis à la session du DEF 2012: Pas d’orientation pour les 15196 élèves admis

  1. ibadiop

    Officiellement un enfant va ecole à 6 ans au moins donc le gouvernement ne doit pas orienté les élèves de 12 à 13 ans et puis la plus on a triché sur l’age de ses enfants

  2. rtyvko

    vous avez le non d’orientation des enfants que c’est n’est pas pour l’avenir du pays et avec les enfants pauvres c’est pour courage le vengabondage.Domage pour les enfants sans soutient

  3. dagnon

    C’est incroyable pour un pays comme le Mali qu’on ne puisse pas prendre tous les enfants qui ont pu passer à leur examen du DEF. L’enseignement secondaire au Mali doit être public et ouvert à tout le monde. Les enfants sont retenus, calles et découragés à tous les niveaux. D’abord en sixième pour un examen bidon qui ne rime à rien. Ensuite le DEF dont l’acquisition n’ouvre aucune possibilité pour l’élevé. Maintenant après qu’ils aient fourni des efforts gigantesques pour franchir cet examen, on a le kilo de leur dire qu’il n’y a pas de place pour eux. Quelle ironie ? Voilà ce que le malien moyen reçoit comme récompense après les sacrifices de Mars 1991 et vingt (20) ans d’imbécilité appelée DEMOCRACY. Ne serait-il pas mieux d’accepter les islamistes et la charia sur le territoire malien. Il est certain qu’ils feront un meilleur boulot aux intellectuels incompétents, corrompus et malhonnêtes de l’heure à Bamako. C’EST BIEN DOMAGE POUR LES PAUVRES MALIENS.

  4. DjedjeDiallo

    Denis Dougnon est quelqu’un de très bien en la matière il méritait d’être ministre