Pour non-satisfaction de leurs multiples problèmes : Les étudiants de la Fast menacent d’occuper les trois ponts de Bamako

1

Aeem«Ça suffit maintenant. Trop c’est trop. Nous avons beaucoup joué à l’accalmie à la Faculté des sciences techniques. Cette fois- ci, si nos préoccupations ne sont pas prises en compte, nous allons occuper les trois ponts de Bamako dans les jours à venir». C’est sur ce ton musclé que le Secrétaire général de l’Aeem de la Faculté des sciences techniques(Fast), Ousmane Sanogo, s’est exprimé lors d’un point de presse tenu le 28 mai 2013 à l’Acropole de la Fast.

 

 

L’objectif de ce point de presse était de partager avec les journalistes les problèmes auxquels les étudiants de la Fast sont confrontés. En effet, la Faculté des sciences techniques, reconnue par le passé comme une Faculté stable, est aujourd’hui confrontée à d’énormes problèmes. Lesquels sont, entre autres, le problème de la mise en œuvre efficace  du système Licence-master-doctorat(Lmd) ; le non payement des trousseaux et des bourses des étudiants ; le manque de matériels dans les laboratoires et dans les salles informatiques ; la non électrification des salles des classes; la non prise en compte  de la liste des étudiants omis pour les trousseaux et les bourses de l’année 2011-2012 et l’incompétence du personnel de l’administration. D’où, le ras-le-bol des étudiants qui ont décidé de prendre en otage toutes les activités de la Faculté jusqu’à la satisfaction de leurs problèmes.

 

 

 

D’entrée de jeu, le Secrétaire général de l’Aeem, Ousmane Sanogo, a fait savoir que c’est suite à la persistance des problèmes que les étudiants ont décidé de prendre en otage les examens depuis le lundi dernier. Il a indiqué que la Fast est aujourd’hui la Faculté la plus médiocre, à cause de l’incompétence des professeurs et du personnel de l’administration. «Jusqu’à présent, 20% des étudiants n’ont pas eu les trousseaux et les bourses. Donc, il fallait prendre les examens en otage pour que nous puissions être entendus. On nous impose les grèves, d’autant plus que leur souhait est d’omettre les étudiants de la Fast pour les trousseaux et les bourses. Il y a une complicité de l’administration. Tant que cette situation n’est pas réglée, toutes les activités de la Faculté seront arrêtées», a déclaré le conférencier.

 

 

Autres problèmes qui sont à l’origine de cette grève, selon Ousmane Sanogo, ce sont la non-électrification des salles de classes, le retard de la distribution des cartes d’étudiantes, le sous-équipement des laboratoires et des salles informatiques. Le Secrétaire général de l’Aeem de la Fast a lancé un appel au gouvernement afin de trouver, dans le meilleur délai, la solution aux différents problèmes. Car, prévient-il, les étudiants de la Fast sont capables de tout et savent  tout faire. «Nous voulons que les trousseaux et les bourses soient donnés en fonction de la liste de l’année universitaire 2011-2012. D’ici à une semaine, si nous n’avons pas satisfaction, nous allons occuper et dormir sur les trois ponts de Bamako», a-t-il ajouté.

 

 

Il faut préciser que la Faculté des sciences techniques (Fast) est toujours dans l’année universitaire 2011-2012. Ce qui veut dire qu’on ne sait même pas quand celle de 2012-2103 va commencer.

 

 

Diango COULIBALY

PARTAGER

1 commentaire

  1. encore ces gens de l’AEEM ,de grâce pour une fois dans votre vie laisser les étudiants sérieux travaillés . nous n’avons aucunement besoin de ces grèves .
    vous les syndicats allez finir par tuer ce pays .

Comments are closed.