Pour non satisfaction de ses revendications : Le SYNEB maintient son mot d’ordre de grève illimitée

0
9

Le Syndicat national de l’Education de base (SYNEB) a tenu hier, au Centre islamique de Hamdallaye, un  meeting d’information et de sensibilisation à l’intention de ses membres sur le compte rendu des négociations suite au préavis de grève illimitée déposé par le Bureau national dudit syndicat en date du 11 novembre dernier. Après analyse des propositions faites par le gouvernement, le BEN/SYNEB a décidé de maintenir son mot d’ordre de grève illimitée jusqu’à la satisfaction totale des huit points de revendications.

La salle du Centre islamique était archicomble d’enseignants très déterminés venus de tous les horizons pour entendre le message du Bureau national de leur syndicat.

Le Secrétaire général du SYNEB, Amadou Coulibaly, a affirmé qu’une  commission composée de religieux, de la CAFO, avait été mise en place pour plaider afin que le syndicat sursoie à sa grève illimitée. Mais le BEN/ SYNEB a répondu par un refus catégorique tant que ses revendications ne sont pas satisfaites. Il a indiqué que le mercredi 7 décembre dernier, le gouvernement a fait des propositions sur les huit points de revendications dont deux seulement ont été satisfaits.

Il s’agit du payement immédiat des arriérés de hiérarchisation et de reclassement et la révision de l’arrêté n°3282/MATCL du 11 août 2011 portant modalités du congé de formation et de mobilité au chapitre des mutations notamment en son article 3.

A en croire Amadou Coulibaly, après avoir pris acte des propositions du gouvernement, le SYNEB a décidé de maintenir son mot d’ordre de grève illimitée jusqu’à l’aboutissement de ses objectifs.

Le syndicat se dit disposé à reprendre de nouvelles négociations le 16 décembre prochain, a-t-il indiqué. Il a invité les structures du syndicat à restituer l’information à la base et les militants à plus de mobilisation en vue de l’aboutissement total des points de revendications.

En outre, le Secrétaire général a demandé aux  membres du bureau d’être patients et solidaires, seul gage pour gagner le combat. Il les a rassurés que le Bureau syndical ne va jamais trahir sa base.

Amadou Coulibaly a lancé un appel au président de la République, ATT, pour s’investir pleinement par rapport aux problèmes de l’éducation, car tout développement en dépend.

 

Pour sa part, le Secrétaire général adjoint, Monitié Dakou, a souligné que le retour en arrière n’est plus possible tant que la lutte n’a pas abouti. II a invité les enseignants à informer et sensibiliser les parents et l’opinion publique que «le combat qu’ils mènent est noble. Car, tant que le système éducatif est malade, le développement du pays est en péril». Notons qu’une marche pacifique sur le Ministère de l’Education est prévue le 21 décembre prochain à partir de 8 heures contre l’Assurance maladie obligatoire (AMO) et pour  l’intégration de tous les enseignants à la Fonction publique de l’Etat. Cette grève sera suivie partout au Mali.    

 

Falé C OULIBALY

 

*Stagiaire


NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.