Retenue de cinq jours sur le salaire des militants du SYNEB : Echauffourée entre les militants et leurs responsables

0
2

Suite au mot d’ordre de grève du 3 au 5 octobre dernier déposé par le BEN/SYNEB, la direction régionale du budget de Bamako, conformément à la loi qui régit le droit  de grève au Mali, a décidé de faire une retenue de cinq jours sur le traitement du mois de décembre 2011 des enseignants, des académies d’enseignement des deux rives de la capitale, ayant observé l’arrêt de travail de 120 heures.

Suite  à ces différents prélèvements, les militants du SYNEB ont été surpris de constater que quelques ténors de leur formation syndicale n’ont pas été frappés par cette mesure, que bon nombre de militants considèrent comme une trahison.

Face à cette situation, de nombreux militants ont décidé de se désolidariser du mouvement de grève illimitée et de prendre tranquillement la craie.

 

Ces différentes défections vont compromettre les activités du jeune syndicat, surtout au moment où le SYNEB est en arrêt de travail depuis le 25 novembre dernier. 

 

Selon des sources concordantes, le premier responsable des grévistes, Amadou Coulibaly et le secrétaire administratif du bureau national, Douty Coulibaly n’ont pas été touchés par cette retenue sur les salaires de décembre. Le secrétaire général adjoint du BEN/SYNEB, Monitié Dabou n’a été sanctionné que pour 4 jours et le secrétaire général de la subdivision du Centre d’animation pédagogique de Bozola, Damy Théra n’a constaté que 2 jours de retenue sur son salaire.

Selon toujours nos sources près de 80% des décideurs du SYNEB n’ont pas senti de prélèvement sur leurs traitements de décembre.

Cette exemption des responsables du syndicat a été très mal perçue par de nombreux  militants qui ont décidé de rejoindre les classes.

Un militant dissident qui a requis l’anonymat, nous a confié que "nous avons tous grevé et la sanction doit être commune. S’il y a une sanction à deux vitesses, je me désolidarise du mouvement et je réintègre la classe, pour ne pas être victime d’une autre injustice de la part des responsables syndicaux". Affaire à suivre !

 

                      Boubacar PAITHAO

 

 

 

Stagiaire


NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.