Echos de nos Facultés et grandes écoles : FMPOS: Ce jeudi, l’élection du nouveau secrétaire général du comité Aeem

0
9

Les étudiants de la Faculté de  médecine, de pharmacie et d’odontostomatologie (Fmpos) est en pleine campagne électorale pour l’élection du nouveau secrétaire général du comité Aeem (Association des élèves et étudiants du Mali) de la faculté. Lancée le lundi dernier, elle a pris fin hier soir. Et l’élection du successeur de Sylvestre Togo (ancien secrétaire général) est prévue pour ce jeudi 23 février 2012. Plusieurs candidats sont dans la course pour le poste. L’on note entre autres, Almamy Koita (4è année médecine), Daouda Mallé (5è année médecine), Bréhima Ema Cissoko. Qui succédera à Sylvestre Togo ? La réponse à l’issue du scrutin. La campagne a été faite de façon civilisée entre les différentes parties.

ENI: Le nouveau secrétaire général du comité Aeem sera désigné

Tout comme àla Fmpos, à l’Ecole Nationale d’Ingénieure Abdrahamane Baba Touré (ENI-BAT), c’est l’élection du nouveau secrétaire général du comité de l’Association des élèves et étudiants du Mali (Aeem) qui se prépare. Mais à l’Eni, il n’y aura pas de vote pour élire le nouveau secrétaire général. Son choix sera fait par l’ensemble des responsables des classes. Cette idée est venue du club Unesco de l’ENI. Ce club a estimé que, vu la situation dans laquelle se trouve leur école cette année, il ne serait pas bien qu’il y ait déchirement entre les étudiants pour ne pas compromettre l’année académique. Proposition acceptée par tous. Une commission  composée des responsables des classes, du représentant du bureau de coordination de l’Aeem à l’Eni, des membres du club Unesco est à pied d’ouvre pour choisir donc le premier responsable des étudiants de l’Eni en 2012.  Selon nos informations, la personne sera désignée avant la fin de cette semaine.

ENSUP: Insuffisance de salles de classes 

A l’Ecole Normale Supérieure (Ensup), bien que les cours se déroulent dans le calme, il y a de petites difficultés. Parmi elles, l’on cite l’insuffisance de salles de classes. L’illustration est que la première année Histoire/Géographie est depuis quelques jours dehors.  « Depuis quelques jours, nous ne prenons pas cours. A tout moment, d’autres étudiants viennent nous faire sortir de leur salle. Nous avons approché l’administration pour évoquer le problème. Elle nous a promis de tout mettre en œuvre pour résoudre le problème », a déclaré Moussa Sissoko, un étudiant.

FSJP: Le démarrage des cours attendu avec impatience par les étudiants

Les activités pédagogiques ont officiellement débuté à la Facultédes sciences juridiques et politiques (Fsjp). Cela a été déclaré récemment par le Recteur de l’Université. Les cours de première année ont débuté. Mais ils semblent au ralenti  au niveau des 2è, 3è, et 4è années. Car,  à ces niveaux, ni les cours, ni les inscriptions n’ont encore débuté. D’où l’impatience des étudiants. « Nous sommes pressés de nous inscrire et commencer les cours. L’année avance, il faut faire vite quelque chose pour terminer tôt », a dit Mahamadou Sy de la troisième année.

 

Flash, Fseg, Iug, Fast : les Cours se passent dans le calme

Dans les Faculté des Lettres, langues, arts et sciences humaines (Flash), des sciences économiques et de gestion (Fseg), des sciences et techniques (Fast)  et l’Institut Universitaire de gestion (Iug), les cours se déroulent normalement.

Les postes de police universitaire fin prêts

La violence et l’insécurité au sein de l’espace universitaire avaient  pris un moment une ampleur remarquable. Pour stopper ces maux, les autorités ont pensé à la mise en place de postes universitaires dans certains endroits de l’espace universitaire. Ces postes qui avaient mis du temps pour être construites, sont aujourd’hui visibles. Il ne reste plus qu’à les équiper et les occuper.

Les Campus de la Fast, de l’Iug et de la Fmpos aussi

Tout comme les postes de police, les Campus universitaires dela Fast, de l’Iug et dela Fmpos, qui sont en rénovation depuis quelques mois, sont aussi fin prêts. Le constat a d’ailleurs été fait, il y a quelques jours, par le premier ministre Madame Cissé Mariam Kaidama Sidibé. Leur occupation n’est qu’une question de jours maintenant.

Hadama B. Fofana

 

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.