Validation du programme national des cantines scolaires : Eviter que la faim soit un handicap pour l’éducation des enfants

Commentaires fermés [-] Texte [+] Email Imprimer

En vue de mettre en œuvre la politique nationale de l’alimentation scolaire, un atelier de validation du Programme national des cantines scolaires s’est tenu le 28 janvier 2013. La cérémonie était placée sous la présidence du ministre de l’Education, de l’alphabétisation et de la promotion des langues nationales, Bocar Moussa Diarra.
Après avoir souligné l’impact positif des cantines sur la performance de l’éducation, le Ministre Bocar Moussa Diarra s’est félicité de la tenue du présent atelier. Car, dit-t-il, il permettra d’engager et de mobiliser l’ensemble des acteurs dans le processus de validation politique de la stratégie de suivi-évaluation.
Cet atelier, précisons-le, vise également à recueillir les recommandations pertinentes en vue d’enrichir le document pour une mise en œuvre plus harmonieuse de la stratégie de suivi- évaluation du programme de l’alimentation scolaire. Ainsi que la validation dudit programme.
A en croire le représentant des Partenaires techniques et financiers, l’impact positif des cantines scolaires sur le taux de scolarisation et la rétention des enfants à l’école est universellement reconnu. C’est pourquoi, il a remercié le gouvernement du Mali d’avoir adopté ce projet et s’attelé à sa mise en œuvre. Cependant, a-t-il déploré, des défis restent à relever. Car, la grande majorité des cantines opérationnelles sont celles financées par les Partenaires. Tandis que les cantines devant bénéficier de l’appui de l’Etat ne reçoivent pas régulièrement les dotations allouées à cet effet. Les sommes transférées sont jugées également insuffisantes.
Dans son intervention, la directrice nationale des cantines scolaires a fondé beaucoup d’espoir sur la validation et la mise en œuvre du présent programme. Ce qui leur permettra de cheminer avec plus de sérénité vers l’atteinte des objectifs de pérennisation de l’alimentation scolaire.
Oumar KONATE      

 
SOURCE:  du   31 jan 2013.