Commune II : Le vertige du pouvoir des députés Karim Kéita et Hady Niangadou

5
Les honorables Karim Kéita et Hady Niangadou de la Commune II
Les honorables Karim Kéita et Hady Niangadou de la Commune II
Ils sont riches et influents. Ils, ce sont les honorables Karim Kéita et Hady Niangadou de la Commune II. Profitant de la misère des habitants, ces deux larrons en foire dictent leur loi, surtout à l’orée des élections municipales.

Au moment des campagnes présidentielles tout le monde se souvient de cette fameuse phrase que disait tout haut le candidat Ibrahima Boubacar Kéita pour galvaniser et basculer les électeurs dans son camp. “Nul n’est et ne sera au-dessus de la loi. Elle agira pareillement pour tous”… fin de citation.

Après l’échec judiciaire pour écraser les listes électorales de l’Adéma et de l’URD, orchestré par le RPM et la Codem, personne ne pouvait imaginer un seul instant un faux pas de la part des élus politiques de la majorité présidentielle. Pourtant, le RPM et la Codem sont en train de commettre des erreurs politiques graves à travers leurs députés Karim Kéita et Hady Niangadou en Commune II du district de Bamako.

Ils se trompent vertigineusement de cible et de combat et semblent rater leur objectif en Commune II du district de Bamako. L’un et l’autre sont aujourd’hui élus députés à l’Assemblée nationale du Mali à des postes clés. Aujourd’hui, les résultats concrets attendus de leur part tardent à venir.

Le premier, fils du tout puissant chef de l’Etat Ibrahima Boubacar Kéita, demeure président de la commission défense et rien de concret n’est encore entrepris pour sortir l’armée de l’ornière. Le second, richissime homme d’affaires, ne devra son accession politique qu’à la puissance de la monnaie sonnante et trébuchante.

Karim Kéita comme Hady Niangadou ont en commun d’avoir passé par les affaires avant de se tailler une place à l’hémicycle à Bagadadji. Tout ce qui pousse à penser que la puissance de l’argent dans la sphère politique de notre pays est capable d’ouvrir larges les portes de l’Assemblée nationale du Mali.

Les deux députés sont arrivés aujourd’hui à donner une autre conception de la démocratie à un certain nombre de Maliens particulièrement de la commune II. D’un interlocuteur à l’autre, les réponses divergent. Les honorables Karim Kéita et Hadi Niangadou ont intérêt à comprendre que tout n’est pas permis dans la vie. Ils doivent apprendre à savoir que l’univers politique est un monde réglementé. Et pourtant en cette période sensible de campagne, ils commencent à dérouter totalement.

Les campagnes municipales demeurent le domaine réservé aux élus locaux c’est-à-dire les maires. Quant aux honorables Kéita et Niangadou, leurs images photographiques n’ont rien à faire dans les rues de la Commune II or tel est loin d’être le cas de nos jours dans les quartiers populaires.

En agissant de la sorte que veulent-ils prouver aux populations des vieux quartiers ? Est-ce la puissance de leur argent ? Veulent-ils impressionner les élections de proximité par leur personnalité ? Qu’attendent les partis adversaires pour les traduire en justice pour leur comportement indécent et pervers ?

Eux qui savent si bien traduire les autres devant les tribunaux dans le seul but d’invalider les listes électorales doivent sur ce coup impérativement répondre de leur acte à la barre.

Aujourd’hui, les habitants des 12 quartiers de la Commune II en ont assez d’entendre leur cocorico à tout bout de champ.

Dougoufana Kéita

PARTAGER

5 COMMENTAIRES

  1. Ce pays sombre de plus en plus dans le Cao souvent ça ne donne même pas l’envi d’être Malien .Un pays où les illettrés valent mieux que les intellectuels

  2. Aucun charisme, rien que des minables. Mais n’oubliez pas que dans un pays pauvre comme le nôtre, où les gens ne savent même pas pourquoi ils votent, ce sont des enfoirés comme ceux-ci qui violent impunément la loi. Ils savent qu’ils ne risquent rien, du moins pour le moment. Attendez de les voir lorsqu’ils perdront le pouvoir, ils deviendront plus humbles qu’un prophète. Il y’a un temps pour chaque chose, et le jour viendra où ils doivent payer, ça c’est sûr.

  3. Karim riche laisse moi rigolé un peu . Ce vendeur de voiture se fait appeler riche.
    C’est bien l’histoire du voleur qui crie derrière un policier, au secours je suis poursuivi par un un voleur. .hahahaa tôt tout tard ce type payera de toutes ses crimes.
    Car spolué un état aussi pauvre que le notre est un crime .
    Quand à son colistier Niagandou ce serait le même sort.
    En attendant la victoire sera pour l’opposition urd en commune 2 .
    Un vote sanction serait la bienvenue.

    • Dis moi Tiefarin “bôssouma dè bou ou nouna ?
      Regarde comment ils froncent leurs nez et leur bouche ou bien c’est l’odeur de l’argent qui sort de leur narine tellement ou fara warila

      • En tout cas je ne connais pas pour Karim mais aujourd’hui JOE WALLAKI dicte sa loi à Médina-cour et Missira. il a même fait installer des châteaux d’eau pour le bonheur de la population

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here