Les élections communales à Kayes : De grandes manœuvres lors de la composition des listes: des démissions et des trahissions !

1

Le 06 octobre 2016,  la  préfecture de Kayes  a été mouvementée avec les dépôts des listes. En effet, c’était  le dernier délai pour  présenter les listes et à Kayes  tous les partis ont attendu les dernières heures pour déposer leurs listes. De grandes manœuvres lors de la composition des listes ont été constatées avec des têtes de liste choisies à la dernière minute.  Le climat  était assurément tendu à Kayes. Mais, beaucoup de tractations,  des démissions de dernière minute, des trahisons et avec des alliances souvent « de contre nature ».

Le mois de novembre 2016  sera déterminant et décisif pour les Kayesiens et surtout pour la jeunesse  appelée à prendre ses responsabilités et assumer son rôle afin de ne plus  être une jeunesse manipulée, béni oui-oui et qui soutient et  vend sa voix contre des tee-shirts, casquettes et de prix de thé. Un sursaut d’orgueil, oui ! Une  jeunesse désormais consciente, avertie et qui sait décliner des offres qui ne sont souvent autres que de fausses promesses des « politiciens ».

Jeunesse Kayesienne face à ses responsabilités !

Il faut le dire « la politique ne consiste point à faire ce que l’on veut. » Aujourd’hui le constat est là et amer! A cause du comportement de certains « politiques », nous continuons encore, pour la plupart, à considérer que l’engagement politique est une perte de temps. La politique est la sale chose! dit-on souvent. Alors inutile  pour les hommes « sérieux » Eh beh Non ! Cette politique, que rejetons ainsi, sera et restera un instrument de destruction  et de servitude tant et aussi longtemps que nous la considérons comme la chose des autres. Si  les autres la font sans nous ce sera toujours contre nous ! Inutile de se mettre à côté. Mieux vaut rentrer et participer à la prise de décision. Les échecs sont assez et les expériences douloureuses ! Une jeunesse forte, consciente et responsable se doit d’être active, décisive et en état de veille pour suivre les affaires de la cité pas à pas ! Fini la vie en vase clos et les promesses aux calendes grecques ! Jeunes de Kayes, à vos marques !

Il est aujourd’hui nécessaire voire indispensable pour la jeunesse kayesienne de réinvestir la sphère politique de Kayes. Les jeunes doivent être les porteurs du devenir de la région de Kayes, c’est-à-dire, des serviteurs d’une cause noble pour le développement de la région.

La décentralisation « accélérée », «avancée » ou tout simplement la régionalisation prônée par le Gouvernement du Mali  doit être une opportunité prétendre  une nouvelle classe d’hommes politiques imbus de compétences qui sauront, à travers les actes concrets, rétablir la confiance entre eux et les populations qu’ils représenteront.

Ultime conviction :

« Le destin de Kayes doit se confondre à l’accomplissement d’une ambition collective qui tire sa source d’un  élan commun de cœurs et d’esprit pour des lendemains meilleurs ! A ce prix, nous nous sentirons  bien acquitté de notre devoir de bon  Kayesien. »

Kayes, ce nom légendaire, a droit de renaître de ses cendres pour retrouver sa réputation et sa gloire d’antan.

La génération actuelle doit de porter le drapeau cette renaissance et graver son nom à jamais dans l’histoire de demain.

Appel :  Kayesiens et kayesiennnes, les dés sont jetés,  nous allons élire dans quelques jours  ceux ou celles qui vont nous représenter au niveau communal. Sortons massivement pour aller voter et élisons ceux ou celles qui peuvent valablement nous représenter. Telle ma conviction ! »

Boubacar Niane

PARTAGER

1 commentaire

  1. Bonjour,
    Comme rappelé dans le protocole d’entente signé, le 14 juin 2016, entre les parties prenantes, le Ministre de l’Administration territoriale, de la décentralisation et de la réforme de l’État, Mohamed Ag ERLAF, a raison, là où un conseil communal ou un conseil régional fonctionne normalement, on n’a pas besoin d’autorité intérimaire.

    Dans les régions et dans les communes où il n’y a pas respectivement de conseil régional ou de conseil communal, il faut l’installation d’un collège transitoire (constitué des membres de la société civile) qui joue le rôle d’autorité intérimaire.

    Dans celles (régions et communes) où ces conseils ne fonctionnement pas (non fonctionnalité), il faut l’installation des autorités intérimaires.

    D’après le décret d’application de la loi sur la mise en place des autorités intérimaires, la non fonctionnalité d’un conseil, régional ou bien communal, est établie par le Représentant de l’État (après investigations et consultations) dans cette région ou bien dans cette commune, en liaison avec le Ministre de tutelle qui dresse un rapport au conseil des Ministres.

    D’après le protocole d’entente, des représentants de la Plateforme et de la CMA sont désignés, comme conseillers spéciaux pour la gestion de tout ce qui est relatif à la mise en œuvre de l’accord de paix, auprès du Représentant de l’État dans la région ou bien dans la commune.

    Dans le cas de Goundam, pourquoi, le préfet de Goundam, juge-t-il, seul, la compétence des responsables de l’administration locale dont il parle ?

    Sa décision justifiée devait être prise en liaison avec le Ministre. Ce qui n’était pas le cas.

    De plus, la nouvelle loi électorale, à laquelle fait, probablement, référence le préfet de Goundam, n’est pas encore promulguée (validée par le Président), donc, on fonctionne avec l’ancienne loi électorale.

    En plus d’un renforcement, dans certaines zones (MOPTI, TOMBOUCTOU, GAO, …), des forces de défense et sécurité du Mali, épaulées par celles de la MINUSMA et de BARKHANE, il doit y avoir un système de sécurisation aérienne des zones couvertes (MOPTI, GOUNDAM, AXE GOUNDAM-TOMBOUCTOU, TOMBOUCTOU, GAO).

    Concernant la région de KIDAL, ET DANS TOUTES LES RÉGIONS, les parties prenantes doivent convenir d’un cessez-le-feu définitif et appeler à l’installation des autorités intérimaires. Ces dernières organiseront les élections du 20 Novembre 2016.

    Il faut préparer urgemment l’implantation du MOC (Mécanisme Opérationnel de Coordination), et, plus tard, du DDR (Démobilisation, Désarmement et Réinsertion).

    Ainsi, les élections communales, du 20 Novembre 2016, se dérouleront dans de bonnes conditions, en particulier, dans toutes les seize communes du cercle de Goundam.

    Donc, comme dit le Ministre, dans toutes les (16) communes du cercle de Goundam, les élections communales doivent se dérouler le 20 Novembre 2016 incluant les zones de résidence des kel Ansar comme Tin Aicha, Gargano, Tilemsi, Essakane, Razelma et Alzounoub.

    Concernant Goundam, s’il contribue à la protection des populations (groupe d’auto-défense), soutient l’accord de paix, comme il le dit, et agit pour le Mali, ce groupe, CJA (Congrès pour la Justice dans l’Azawad), doit agir pour que les élections du 20 Novembre 2016, se déroulent normalement.

    Bonne chance à tous/toutes ceux/celles qui se présentent à ces élections communales.

    Bien cordialement
    Dr ANASSER AG RHISSA
    Expert TIC, Gouvernance et Sécurité
    TEL 00223 95 58 48 97

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here