Mali: ambiance morose au lancement de la campagne pour les Ă©lections municipales

0

Bamako, – La campagne pour les Ă©lections municipales du 20 novembre au Mali a dĂ©butĂ© vendredi dans une ambiance morose, sur fond d’incertitudes quant Ă  la possibilitĂ© de tenir le scrutin dans tout le pays, en proie Ă  une instabilitĂ© persistante.

Dans la capitale Bamako, aucune affiche n’Ă©tait visible sur les principales artères, pour ce premier scrutin dans le pays depuis l’Ă©lection du prĂ©sident Ibrahim Boubacar KeĂŻta en aoĂ»t 2013, ont constatĂ© les correspondants de l’AFP.

Plus de 7,2 millions d’Ă©lecteurs sont appelĂ©s aux urnes pour dĂ©signer les quelque 12.000 conseillers municipaux des 703 communes du pays.

“Nous sommes fatiguĂ©s de la politique. Nous ne croyons plus aux hommes politiques. D’ailleurs, j’ai dĂ©cidĂ© de ne plus voter”, a confiĂ© Ă  l’AFP Adramane Dicjko, un habitant du quartier populaire de Magnambougou, rĂ©sumant un sentiment rĂ©pandu.

Ce scrutin – qui aurait dĂ» avoir lieu en 2014, constamment repoussĂ© en raison de l’instabilitĂ© – ne devrait pas se tenir dans les cinq rĂ©gions administratives du Nord, oĂą seront prochainement mises en place des autoritĂ©s intĂ©rimaires, en vertu de l’accord de paix signĂ© en mai-juin 2015.

Le chef la Mission de l’ONU au Mali (Minusma) Mahamat Saleh Annadif, a Ă©tĂ© reçu jeudi soir par le prĂ©sident KeĂŻta, tandis que le Conseil de sĂ©curitĂ© exhortait les signataires de l’accord Ă  “prendre de toute urgence des mesures concrètes” pour son application.

“La question des autoritĂ©s intĂ©rimaires est devenue pratiquement un passage obligĂ© pour arriver aux autres phases de la mise en oeuvre de l’accord”, a expliquĂ© M. Annadif Ă  l’issue de l’audience, citant l’organisation de patrouilles mixtes et le processus de dĂ©sarmement, dĂ©mobilisation et
réinsertion (DDR) des combattants des groupes armés.

“Il y a les Ă©lections qui pointent Ă  l’horizon le 20 novembre. Nous aurions souhaitĂ©, tout simplement que concomitamment, on mette en place les autoritĂ©s intĂ©rimaires lĂ  oĂą elles doivent se mettre, et qu’on organise les Ă©lections dans de bonnes conditions”, a-t-il ajoutĂ©.

Le nord du Mali Ă©tait tombĂ© en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes jihadistes liĂ©s Ă  Al-QaĂŻda. Ces groupes en ont Ă©tĂ© en grande partie chassĂ©s Ă  la suite du lancement en 2013, Ă  l’initiative de la France, d’une intervention militaire internationale, qui se poursuit actuellement.

Mais des zones entières Ă©chappent au contrĂ´le des forces maliennes et Ă©trangères, malgrĂ© la signature de l’accord de paix, censĂ© isoler dĂ©finitivement les jihadistes. Longtemps concentrĂ©es dans le Nord, les attaques jihadistes se sont Ă©tendues Ă  partir de 2015 vers le centre, puis le sud du pays.
ac/sst/lp

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here