Objectif 2018 : Le bal (dé) masqué…

0

De la visibilité pour une lisibilité à l’endroit de cerveaux potentiellement exposés à une nouvelle pandémie nommée Amnésie Collective, cela aurait pu être le titre de cet article, mais restons collés à l’actualité.

Que constatons-nous de la période post mobilisation de la plateforme AN  ABANA contre le projet de révision de la loi fondamentale ?

Nul doute que les grandes manœuvres ont commencé, le microcosme bamakois bruit, bouge et au-delà, le parti présidentiel est pressé d’en découdre, non content du camouflet du projet de révision de la loi fondamentale ratée, il veut sauvegarder son pouvoir et la meilleure manière de mettre en pôle position et sur une rampe de lancement le Président sortant désormais candidat, c’est exister, occuper le terrain et pour cela, un grand meeting de soutien au chef de l’État et à l’armée malienne est organisé.

Cette agitation annonce quoi au fait, où va-t-on? Mais vers des élections bien entendu! Oui la campagne électorale a bel et bien commencé avant l’heure et d’ailleurs «Qui veut aller loin, doit ménager sa monture» comme le dit l’adage. Nul doute que la majorité présidentielle se met en ordre de bataille pour cet objectif ultime: assurer coûte que coûte et par tous les moyens possibles une réélection du président IBK pour un second mandat, c’est de bonne guerre et la stratégie mise en place est multiforme:

L’omniprésence médiatique

Une observation attentive et avisée permet de constater une communication tous azimuts avec un média d’État, l’ORTM au service de cette cause: reconquérir le cœur des citoyens par un bilan de la dernière année pour embellir le quinquennat, le timing est parfait:
les forces armées dotées d’aéronefs, il a fallu attendre des pertes lourdes en vies humaines pour ce faire, tout se passe comme s’il n’y a jamais eu de scandales de surfacturations liées aux marchés d’équipements des mêmes forces armées à coup de milliards de FCFA; assez paradoxal pour être souligné!

Oublier tout ce qui n’a pas été fait pendant les quatre premières années du quinquennat pour ne retenir que ce qui l’aura été lors de la dernière ligne droite avant les échéances électorales!
Vous…nous allons voir ce que nous allons voir: la surmédiatisation va répondre à l’hypermédiatisation pour en mettre plein la vue, c’est le blast dont le but est de créer un effet psychologique dynamisant, pour une adhésion aux dernières actions du «Mali d’abord».
Cette omniprésence médiatique va s’accentuer, s’intensifier;

La stratégie de l’émotionnel en faisant revivre la fibre patriotique

Alhamdoullilah pouvons-nous dire, DU NEUF POUR L’ARMÉE DE L’AIR DU MALI,
Oui, l’on ne saurait crier sur tous les toits que les forces armées aériennes manquaient cruellement de moyens, la chasse malienne naguère connue pour sa puissance et son efficacité pendant le règne de la soldatesque de la IIème République, manquait cruellement de vecteur aérien, de pilotes formés et qualifiés, oui, force est de constater qu’elle est entrain de renaître lors de ce quinquennat du président IBK, d’ailleurs, il faudrait s’en réjouir car c’est l’argent du contribuable malien qui est utilisé pour l’acquisition de ces aéronefs à coups de milliards de francs cfa, quoi de plus normal! Et cela correspond à la mise en œuvre de la loi d’orientation et de programmation militaire (LOPM).

Mais de grâce, qu’on ne fasse pas comme si le Mali n’a jamais eu une armée de l’air pour qui connaît l’histoire récente du pays, les hommes passent, l’État est une continuité et lorsqu’on fait d’une cérémonie de présentation de cette nouvelle force aérienne un affichage en s’attribuant les honneurs, il est aisé de rétablir la réalité historique.

La déliquescence et la lente agonie de l’armée malienne et particulièrement de l’armée de l’air ont commencé avec l’avènement de l’ère démocratique et pour rappel, le Président IBK a été premier ministre du Mali de 1994 à 2000 puis président de l’Assemblée nationale de 2002 à 2007, donc au fait et au cœur de toutes les initiatives, actions ou omissions concernant la chose militaire.

Le Mali possédait une vingtaine de redoutables MIG 21 entre 1976 et l’avènement de l’ère démocratique, des avions de transport AN 24 et AN 26…

L’État sous la présidence d’ATT avait acquis en 2007 6 hélicoptères d’attaque MI 24, des Marchetti…
Les nouvelles acquisitions, un appareil de transport tactique C295W immatriculé TZ-11T, les hélicoptères MI 35, les super Tucano A 29 d’attaque au sol qui doivent arriver, Deux hélicoptères de transport Super Puma AS332 L1e neufs, et d’autres avions de transport renforceront sans aucun doute les capacités opérationnelles et tactiques de l’armée malienne.

Il faudrait espérer pour l’honneur du Mali et le bonheur des Maliens que ces aéronefs constituant la force de frappe nouvelle de l’armée de l’air ne soient pas là pour remplir les hangars de la base 101 de Senou, et comme cela fut le cas par le passé, une attention particulière devrait être accordée à l’entretien, au suivi régulier d’une maintenance de qualité au risque de retrouver ces aéronefs cloués au sol de la base 101 d’ici quelques années!
Il urge également de mener des opérations d’envergure pour sécuriser le centre et le nord du pays où des localités entières sont en proie aux groupes djihadistes et narco terroristes; de ce point de vue, c’est l’efficacité qui est recherchée plus que des effets d’annonce! Que valent ces hélicoptères de combat lorsque l’insécurité liée au terrorisme et au grand banditisme est le quotidien de zones entières du territoire de la République? Des informations de plus en plus précises provenant d’une localité de la région de Mopti, Kouakourou, sont très inquiétantes.

La question est de savoir si l’exercice du pouvoir consiste pour un homme politique, de surcroît président de la République, à chercher, trouver des solutions, rendre possible ce qui est nécessaire pour les citoyens, la quête quotidienne de leur bonheur dans un but purement désintéressé, ou est-ce par stratégie, par calculs pour atteindre un objectif ultime à savoir une réélection?
C’est une symphonie savamment orchestrée de main de maître qui va tenir en haleine le peuple malien pendant les 10 mois à venir;

Vivement les mêmes efforts pour l’école malienne qui verra des milliers d’enfants privés de fréquentation scolaire depuis plus de deux ans et qui le seront encore pour la rentrée de ce mois d’octobre 2017; certaines structures de santé, y compris les plus importantes manquent encore des moyens nécessaires pour la prise en charge de pathologies, le panier de la ménagère ne s’est pas amélioré non plus…autant de priorités, vous avez dit priorités?

Sory Ibrahim Sako

=================================

À PROPOS de l’armée malienne…

PS: Je ne puis m’empêcher de faire un rappel de ces propos du Président Modibo Keita, père fondateur à propos de l’armée malienne lors d’une fête anniversaire des premières années de l’indépendance

…«Quand à vous, Maliens, engagés dans l’Armée nationale et dans les forces de sécurité, que vous soyez officiers, sous-officiers, caporaux, soldats, jeunes gens du service civique, mes vœux de nouvel an s’adressent également à vous, car vous-mêmes, je vous considère comme une couche de ce fier et vaillant peuple du Mali.

Au cours de mes différentes tournées à travers la République du Mali, j’ai eu l’occasion de visiter certaines garnisons et j’ai constaté avec quel cœur tous vous participez activement à la construction nationale.

Un jour prochain, je serai parmi nos camarades des groupes nomades de Tessalit, pour vivre et connaître leurs problèmes qui sont spécifiques et pas toujours faciles à résoudre. A toutes ces unités sahariennes, à vous qui contrôlez journellement nos frontières, sans sommeil, dans toutes sortes de privations, à la merci du vent, de la maladie, du rude froid du désert, vous qui avez laissé épouses, enfants après vous pour assurer la sécurité de notre jeune République, et défendre son intégrité territoriale, le Parti et le Gouvernement vous renouvellent une fois de plus leur affectueuse confiance.

Camarades, je suis sûr qu’après notre rencontre du 30 octobre dernier, il n’y a plus la moindre équivoque sur le rôle de notre jeune Armée et, dans les mois à venir, elle aura une autre figure. Elle sera totalement révolutionnaire ; issue du peuple, elle se soudera davantage à ce peuple qui est son meilleur soutien.

Seront désormais périmées au Mali, certaines méthodes qui ne font qu’affaiblir son prestige. C’est pour cette raison que j’ai dit et que je le répète encore une fois de plus, l’avancement à tous les échelons ne se fera qu’au choix.

Ne croyez pas un seul instant que nous nommerons en série des colonels, des généraux ou des maréchaux qui ne seront pas à la hauteur ; non ! Cela ne se fera pas dans une armée comme la nôtre, et je suis certain que vous partagez mon point de vue. Nos adversaires ne pourront, en aucun moment, douter de la valeur de notre Armée, et cette fraction de la grande famille malienne, restera forte car la tenue, la discipline et le travail sont toujours de rigueur.»

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here