Présidentielle de juillet 2013 : La DGE et à la CENI prêtes à relever le défi

0

Le lundi 20 mai 2013,  le Premier ministre Diango Cissoko était à la Délégation Générale aux Elections (DGE), notamment à son bureau du fichier électoral et de documentation situé à la Bibliothèque nationale, puis à la Commission électorale nationale indépendante (CENI) à Korofina. Le chef du gouvernement a fait le constat de l’état d’avancement des travaux confiés à ces structures dans le cadre de l’organisation des élections à venir. Il ressort des exposés que les structures seront prêtes pour l’élection présidentielle de juillet prochain.

 

Le Gl Siaka Sangaré (DGE) et Dr Mamadou Diamoutene président CENI (G-D)
Le Gl Siaka Sangaré (DGE) et Dr Mamadou Diamoutene président CENI (G-D)

Après avoir été accueilli par le délégué général aux élections, le Général Siaka Sangaré, et le président de la Ceni, Mamadou Diamouténé, le chef du gouvernement a écouté avec beaucoup d’attention les explications sur l’état  d’évolution des travaux dans ces structures, les difficultés qu’elles traversent, et les défis qu’elles doivent relever.  Au siège du bureau du fichier électoral et de la documentation de la Dge, Siaka Sangaré a révélé que la Dge se trouve dans la dynamique du respect du calendrier électoral de juillet prochain, et s’active pour que celle-ci se déroule dans les bonnes conditions. Selon lui, la  Dge, dans son plan d’action, est dans le délai à plusieurs niveaux (réalisation du logiciel, acquisition des matériels, recrutement et formation du personnel technique, impression des documents : listes des électeurs potentiels, tableau de validation, transfert) pour réussir les élections. Mais le chef de la DGE se plaint du retard dans la livraison des ordinateurs qui était prévu pour le 15 mai 2013. « Ces 400 ordinateurs permettront à nos agents sur le terrain de reconnaitre le choix de l’électeur au moment du retrait de sa carte NINA», a souligné le délégué général, avant de rassurer le PM que l’impression des fichiers sera terminée au plus tard le 25 mai 2013. On se rappelle que c’est la date du 20 mai 2013 qui était précédemment annoncée par la structure pour avoir toutes les cartes NINA confectionnées.  Le Général Siaka Sangaré n’a pas passé sous silence les contraintes liées à l’élaboration du Fichier électoral biométrique (FEB) comme le délestage intempestif de l’électricité, l’insuffisance de crédit de carburant, manque criarde de moyens de deplacement à la Dge. La réussite du scrutin, a t-il insisté, passe par des défis comme la sécurisation du processus électoral, le renforcement de la confiance entre acteurs du processus, la mobilisation des citoyens pour une participation massive à l’élection afin de relever le taux de participation qui a toujours été faible dans le pays, l’établissement de liste électorale biométrique qui est le socle de la confiance de tout le peuple, la transparente du scrutin. «La Dge  a pris la mesure des enjeux, des  défis, c’est pourquoi on s’est engagé à la réussite de nos missions pour que le Mali ait des institutions fortes, solides issues des élections», a indiqué le délégué général aux élections. Comme à la Dge, le président de la Ceni a insisté sur les défis à relever lors du scrutin : le recrutement de 25.000 délégués, la gestion des observateurs nationaux et internationaux.  En réponse au délégué général aux élections et au président de la Ceni, le PM a souligné que ces exposés lui ont permis de comprendre les défis auxquels tout le Mali est confronté, défi de sécurité, de confiance entre citoyen, de la mobilisation et de la sensibilisation, de la situation matérielle et financière, du moyen de déplacement. Et d’ajouter : « il faut que le Mali soit en état de faire voter tout le monde. C’est un élément extrêmement important de ce scrutin. Je donne l’assurance que tout le pays votera le 28 juillet 2013, y compris Kidal. Je suis d’accord qu’on fasse la sensibilisation  autour du fichier. Il faut que les gens sachent pourquoi les jeunes de 18 ans ne voteront pas. On fera tout pour vous donnez  les moyens pour que vous n’accusez pas du retard dans l’exécution de vos missions afin que le scrutin soit crédible », a promis Diango Cissoko.

Hadama B. Fofana  

PARTAGER