Situation au Mali: Il n’est pas décent de parler d’élections sans le Nord, a déclaré le ministre des Affaires étrangères Tiéman Coulibaly

12 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Le ministre malien des Affaires étrangères, Tiéman Coulibaly, le 17 septembre 2012 à Abidjan
© AFP

C’était à l’occasion de « l’Interview de la semaine » du 22 novembre 2012, une émission de l’ORTM.

Le Mali, un grand pays

Notre pays a surmonté une crise institutionnelle majeure doublée de problèmes politiques qui ont mis en péril son unité. C’est parce que c’st un grand pays, qui a su tirer dans ses valeurs profondes, a expliqué le ministre Tiéman Coulibaly. Notre crédibilité internationale est ainsi restaurée après ce qu’il a appelé un « trébuchement ». La diplomatie malienne conserve son efficacité grâce à des cadres compétents, malgré des moyens financiers amoindris de moitié, dans comme tous les domaines d’activités du pays, en raison de la crise.

Le conflit du Nord n’est pas conventionnel.

Nous sommes en guerre, il est vrai, mais ce conflit en cours n’est pas conventionnel. L’ennemi peut frapper partout et à tout moment, puisqu’il est parmi nous. Le Sahel Occidental, le champ de bataille, commence à Djidjéni, c’est-à-dire à une centaine de kilomètres de Bamako. Il n’est pas question d’attendre septembre 2013, comme l’a cru le journaliste, citant Romano Prodi, le représentant du Secrétaire général de l’ONU. Et c’est l’armée malienne qui l’assumera en premier ; elle existe et se trouve sur le front, même si elle ne lance pas d’offensive en ce moment. Les forces d’appui viennent en renfort de cette armée. Il faut aller vite car il peut y avoir des accélérations, l’ennemi peut profiter de toutes sortes d’opportunités et brouiller les données : l’enlèvement récent d’un citoyen français à Diéma le prouve. Il faut donc une ceinture de sécurité autour des grandes villes, par exemple ; mais il ne convient pas de trop s’étendre sur les aspects opérationnels, qui relèvent du secret défense. Mais il y a aura les forces de la CEDEAO et les contributions d’autres pays. Quel pays serions-nous, si nous ne pouvions pas compter sur nos propres ressources ? Ce qu’il faut retenir, c’est que la diplomatie malienne a tout fait pour obtenir la centralité du Mali dans cette crise : on ira vite, pour en finir avec la Transition au plus tôt et organiser les élections.

La médiation de Blaise Compaoré ; les négociations ; pas d’élections sans le Nord

Le Mali a donné son accord pour la médiation du Burkina Faso ; nous ne l’avons pas remis en cause, donc nous lui faisons confiance. L’essentiel est que le médiateur transmette les vues du Mali aux rebelles, qui doivent savoir la ligne qu’ils ne peuvent pas franchir. Peu importe les autres aspects de la relation entre le médiateur et eux. Celui-ci st, parailleurs, le chef de l’Etat d’un pays voisin ; or, en Afrique, les problèmes sont réglés avec l’aide des voisins. C problème, n l’oublions pas, peut toucher tous les pays du Sahel. S’il y a des soutiens extérieurs à la rébellion, ce n’est pas au ministre des Affaires étrangères de les découvrir : il y a d’autres instances pour cela. Le gouvernement dialogue avec les rebelles : chose à ne pas confonde avec les négociations. Le gouvernement s’abstient de tout jugement de valeur sur les déclarations des rebelles au médiateur ; il doit plutôt les analyser. Quant aux crimes commis, seul le gouvernement a le monopole de la violence légitime, personne d’autre, fût-il rebelle ! En ce qui concerne les élections, il n’est tout simplement pas décent d’en parler avant la libération de Tombouctou, Gao et Kidal. Faire les élections sans les régions du Nord, c’est accepter psychologiquement la partition du pays. Le gouvernement du Mali a dit partout où il l fallait qu’il ne l’accepte pas.

Recueilli par Ibrahima KOÏTA

 
SOURCE:  du   29 nov 2012.    

12 Réactions à Situation au Mali: Il n’est pas décent de parler d’élections sans le Nord, a déclaré le ministre des Affaires étrangères Tiéman Coulibaly

  1. Dr ANASSER AG RHISSA

    MALI: QUELS CRITÈRES ET CONTRAINTES POUR GAGNER LA GUERRE DANS L’UNITÉ ?

    Bonjour,
    La nouvelle résolution 2085 de l’ONU, adoptée le 20 décembre 2012, à l’unanimité, comprend deux volets, réconciliation politique et militaire, qui doivent être menés parallèlement.

    Le volet RÉCONCILIATION POLITIQUE doit:

    (1) via le dialogue politique, rétablir l’ordre constitutionnel à travers les élections présidentielles et législatives avant avril 2013,

    (2) engager des négociations entre les autorités de transition du Mali et les groupes présents au Nord Mali et n’acceptant pas le terrorisme, essentiellement les groupes Touaregs, comme le spécifie la résolution.

    Le volet MILITAIRE avec deux étapes:

    – parallèlement à la réconciliation politique, la préparation de l’armée Malienne et des troupes de la force internationale pour être prêtes à reconquérir le Nord Mali,

    – déploiement de la force internationale MISMA (Mission Internationale de Soutien au MAli) après accord du conseil de sécurité de l’ONU s’il juge l’état de préparation suffisant à partir de certains critères (entraînement suffisant, efficacité du commandement, équipement et adaptation au terrain).

    Compte-tenu du temps nécessaire à la préparation de cette force mondiale et pour des raisons climatiques, des responsables de l’ONU et des diplomates estiment que le déploiement de cette force MISMA ne peut démarrer avant l’automne 2013.

    DONC, CETTE RÉSOLUTION 2085, DE L’ONU, DONNE, IMPLICITEMENT, LA PRIORITÉ AUX ÉLECTIONS AVANT LA LIBÉRATION DU NORD MALI.

    C’est dommage, une partie de la population Malienne sera dans l’impossibilité de participer à ces élections.

    POUR QUE LES ÉLECTIONS AIENT LIEU APRÈS LA LIBÉRATION DU NORD MALI, IL SERA IMPÉRATIF DE LE LIBÉRER AVANT AVRIL 2013.

    Est-ce possible ?

    DIFFICILE, compte-tenu de la complexité de la situation et de l’état de préparation de l’armée du Mali ET celui de la force internationale de soutien, sauf si les forces de défense et de sécurité du Mali et les Maliens s’engagent SEULS, le plus rapidement possible, pour cette libération. Dans ce cas, les conditions sont-elles réunies pour que la libération du Nord Mali, dans l’unité, soit effective ?

    Compte-tenu de la complexité de la situation (guerre exigeant de la précision car pouvant se dérouler en ville avec la population mélangée avec les terroristes des fois sans qu’elle le sache, extensions et renforts régionaux et internationaux possibles), IL EST PRUDENT, COMME L’EXIGE LES CRITÈRES POSÉS PAR L’ONU, que l’état de préparation des forces de défense et de sécurité du Mali et de la force internationale de soutien soit vraiment satisfaisant avant d’envisager la guerre contre les terroristes.

    L’exigence d’une guerre précise, ciblée et de courte durée milite, comme je l’ai proposé dans ma solution de sortie durable de la crise du Mali, pour une guerre informationnelle d’intelligence collective ou guerre stratégique de renseignements sur les terroristes.

    UNE TELLE GUERRE EXIGE L’ENGAGEMENT DE TOUS LES MALIENS EN FRONT UNI ET CELUI DES PARTENAIRES RÉGIONAUX ET INTERNATIONAUX.

    ELLE EXIGE AUSSI UNE DURÉE CONSÉQUENTE POUR DES INFORMATIONS (CORRÉLÉES/SÉCURISÉES) FIABLES SUR LES TERRORISTES.

    Ce qui constitue d’autres contraintes indispensables dont l’ONU n’a pas parlé.

    Finalement, pour gagner la guerre contre les terroristes et assurer la réconciliation nationale, dans l’unité, les Maliens doivent les préparer avec précaution.

    Bien cordialement
    Dr ANASSER AG RHISSA
    Expert TIC et Gouvernance

  2. tres fache

    Je vous dis mes compatriotes, aucune institution etrangere ne viendras nous secourir tant que ces vautours de la transition et de Kati sont la pres a sauter sur le pouvoir apres a liberation du pays. Les USA ont dis de ternir les elections avant la liberation du Nord. Il ne nous aideront point avant ca.

    A bon entendeur salut

    Tres fache.

  3. tres fache

    Tous ceux qui sont entrain d’ enfoncer ou de maintenir le Mali dans la dettresse pour des gain personnel seront juger en condamne .

  4. Maru

    De grace,soyons honnetes et clairvoyants, la position de Mr Tieman Coulibaly par rapport a la tenue des elections a ete toujours directe, rationnelle, et tres realistique: Pas d’elections sans le nord.
    Le 2/3 du territoire national est occupe par des criminels, si on accepte la tenue des elections dans cette condition c’est pour consentir a la partition du pays ou a l’occupation islamiste.
    Il faut comprendre que cette idee de tenue des elections avant de liberer notre pays a 100%, c’est seulement la suite de la politique occidentale pour nier notre integrite territoriale.
    Tous ces occidentaux qui parlent d’elections generales avant de nous aider a sortir de la crise etaient les sponsors du MNLA.
    Malgre l’incapacite du MNLA, ils supportent toujours leur ambition, ils veulent toujours les aider dans leur mesaventure, en les guarantisant l’amnistie aucours des negociations, mais aussi en nous obligeant a ignorer la partie du territoire que pretendent ces rebelles criminels. Ainsi donc, apres la crise il y aura toujours l’idee de partition qui continuera, car nous meme avons elu un president et un gouvernement qui n’appartiennent pas au nord, car les populations n’ont pas vote pour eux.
    Voter ou faire des elections sans le nord est un sabotage des occidentaux a l’egard de la nation malienne. Reflechissons bien.
    Soyons patients, et faisons confiance a notre gouvernement de transition. S’il faut un remaniement ministeriel comme solution pour le changement en cas d’incompetence de cette equipe gouvernementale, alors cela peut etre possible.Si on se respecte chez nous, et observer de la patience les uns envers les autres, la communaute internationale n’aura aucune raison de conditionner son support a la tenue d’election, car on ne donnera a personne qu’il y a un risque d’instabilite de leadership.
    Cependant, ceux qui pensent que le ministre Tieman soutient la non-tenue des elections parcequ’il veut rester ministre se trompent.Ce monsieur a beaucoup a faire, que de devenir un ministre, il veut seulement servir son pays. Je n’ai aucune affiliation avec lui, mais la tenue du language de la verite doit reste un devoir moral pour tous.Vive le Mali

  5. justicequity

    Pour avoir suivi l’intégralité de l’interview je rappelle à Mr Coulibaly qui prétend selon ses dires  » organiser une élection dans l’état actuel du pays serait un signe comme quoi que le Mali peut fonctionner sans le nord  » je lui rappelle que c’est le cas depuis huit mois; à Bamako où je vis je ne peux même pas m’imaginer ce qui se passe chez nos concitoyens sous occupation ; dans un mois la fonction publique recrute 1500 agents si le nord était aussi important pour ce pseudo-gouvernement on ne recruterai même pas un seul agent tant qu’un seul malien vis sous occupation. Je peux comprendre qu’il y ait des besoins d’agents ce qui est peu probable car le pays est presque à l’arrêt et de plus les fonctionnaires des zones occupés sont tous au sud , mais même si c’était le cas on pourrait faire recours à des contractuels jusqu’à ce que tout revienne à la normale.
    La réalité comme l’ont dis ce qui ont intervenu avant moi est que ce ministre et son gouvernement veulent rester le plus longtemps possible en poste pour se remplir les poches . Au fait il n’y a aucune différence entre ce gouvernement et ceux qui les ont précédés à la différence qu’ils ont plongé le pays dans le K.O et le maintiennent dedans pour rester au pouvoir. Comme l’a dit un intervenant aujourd’hui il n’y a aucune différence entre le MNLA , ce gouvernement, Kati , islamistes ,… tous pareils contrairement à ce que croient beaucoup d’esprit faibles ils sont complémentaires.
    Le seul soulagement c’est que de plus en plus de gens se rendent compte de ce qui se passe réellement et le vrai pouvoir celui du peuple quand il va s’exprimer va balayer tous ces ennemis de ce cher pays le Mali , le peuple l’histoire les jugera.

  6. brahim ould mohamed

    Les éléctions sont en général un enjeux important,et consistent aux populations d´un pays de choisir ses representants.A ce titre elles doivent-être mener sur l´ensemble de son territoire.Les maliens ne doivent pas accepter de ceder ni un ioata de leur territoire,en donnant la légitimité aux terroristes,en jouant au ridicule,pour plaire aux politiciens qui les ont mené lá où nous sommes á l´heure actuelle au sahel.ILs doivent se preoccuper de l´essentiel,á savoir la libération du nord de leur territoire,et par la suite,organiser ces mascarades,qui ne nous ont jamais apporté quelques choses,ni au mali,ni en mauritanie,ni en algerie.Ce ne sont en fait que les mêmes,ou des nouveaux,qui ne songent qu´aux interêts particuliers,au détriment de l´intêret général.

  7. cherif

    Dire des aneries sur quelqun sans elements valable a l appuis est tres facile, et ne merite pas sa place sur maliweb,peut etre dans les grand place.en si peut de temp mr coulibaly a non seleument pas hissez le nom du mali de la boue, mais encore plus, son dinamisme et sa dermination a poser des actes concrets,ramenent notre pays a un nivaux tres stable sur le plan diplomatique, contrairement a gadio qui na ete teste qu en temp de paix.la qualite des hommes se manifestent vraiment uax moment de crise, avec beaucoup moin de ressources,rien que la foie, le talent,et l amour de son travaille. Si lefficaciter et l effectiviter de mr coulibaly etait emuler dans ce gouvernement,le mali serais plus avancer dans le developpement.si vous douter de mes opinions, rafraissez vous la memoire d il ya bientot 4 mois. Et vous aurez la preuve de mes pensezs. Mr coulibaly keep doing what you doing your country is proud of you,.

  8. tres fache aux USA

    Mr. Coulibaly,
    Arretez des propos insenses « pas d’ elections sans le Nord ». Dis seulement que tu ne tiens qu’a ton petit post de ministre et tu ferras tout y restez pendant longtemps. Des propos comme ca ne fais que rappeller aux institutions etrangere que le Gouvervment de la transition ne pense qu’ a ralonge la duree de la transition pour bien s’enchir pendant que le pays est dans la detresse. Je ne vois aucune difference entre le MLNA et le gouverment de transition. « Un homme qui accept de tetruire son propre pays pour des gains personel arret d’ etre homme » (Hamed Sekou Toure). Vous nous honte ici l’etrange.
    TFW

    • Miniankaden

      Quelle serait la legitimité d’un pouvoir issu d’une election oû une bonne partie de l’electorat n’aura pas voté? Comment peut on imaginer une election dans les conditions qu’on connaît? Le Ministre n’est pas le seul à le penser; il en est de meme pour le collectif des ressortissant du Nord.
      Essayez (si vous le pouvez) de voir plus loin que le bout de votre nez; ceci serait plus…censé! :mrgreen: :lol: :-P :-D

      • justicequity

        même c’est 100 maliens qui votent je préfère ça à la situation actuelle , si le gouvernement actuel pense qu’ils le peuvent ils n’auront qu’à quitter le gov et se présenter aux élections au moins un gouvernement pour lequel une partie des maliens a voté aura plus de crédibilité que l’actuel , je te signale que le taux de participation aux votes au Mali ne dépasse guère les 25% et que qu’on nord on atteind à peine les 10% reviens sur terre mon coco .

  9. almam

    Je n’en reviens et peut être je fais parti des plus abroutis de la République.Je fondais beaucoup d’espoir sur ce Ministre,mais son interview sur Africable m’a laissé un goût amer.Des interventions sans tête ni queue.Je pensais me retrouver devant un étudiant présentant son memoire en scientologie.Il n’a aucune notion de deiplomatie à fortiori des termes appropriés.Comment devrions nous rester impuissants devant l’enterrement de notre peuple avec des incompétences aussi visibles.Et pourtant le Mali regorge de cadres valeureux dans la diplomatie.Ou peut être demandé au Sénégal de nous prêter Cheick Tidjani Gadio pour la période transitoire,si non je ne vois pas notre diplomatie sortir de l’ornière avec ce Guignole.Il a intérêt à démissionner et aller se former avant qu’il ne soit trop tard…