Elections communales et régionales du 25 octobre 2015 ?: M. le Ministre ne tirez pas sur l’ambulance, le Mali est déjà malade, donnez-nous vos réponses aux 7 Questions que nous nous posons avant de nous inviter à aller voter, SVP !

0
Abdoulaye Idrissa Maiga, ministre de l'Administration territoriale
Abdoulaye Idrissa Maiga, ministre de l’Administration territoriale

Au Mali le dialogue et la concertation ont toujours été des vertus cardinales et incommensurables. Elles ont non seulement permis de désamorcer des crises, mêmes celles qui ont failli sonner le glas aux plus profonds  fondements de la République tels que  la cohésion sociale et l’intégrité territoriale, mais aussi et surtout, elles ont toujours été des soupapes de sécurité pour la Paix au Mali. Elles demeurent encore aujourd’hui nos principales armes dans un contexte de fragilité extrême. Mais après ce qu’il convient de nommer « entêtement », le seul mot qualificatif du dictionnaire français qui sied à l’intransigeance du Ministre en charge des élections, la paix et l’unité du pays pourraient s’en trouver sérieusement compromises après des élections partielles sans Kidal et une bonne partie de Mopti, de Tombouctou et de Gao. Vouloir organiser des élections contre l’avis de la classe politique majorité comme opposition confondues est comme vouloir ce que le PM Moussa Mara a voulu en allant à Kidal envers et contre tout. La suite on la connaît. Le Ministre Abdoulaye Idrissa Maiga va-t-il aussi tout seul défier les conseils avisés qui lui ont demandé un énième report ?  Et pourquoi ce silence radio du président IBK après l’alerte donnée par sa Majorité ? Alors voici les sept questions que le journal InfoSept pose à M. le Ministre de l’Administration territorial et de la décentralisation auxquelles il souhaite avoir  les réponses:

  1. le ministre pouvez-vous expliquer au Peuple malien et à tous les électeurs dont vous n’avez pas la garantie d’assurer la sécurité au nord du pays, les raisons de votre empressement à organiser ces élections le 25 Octobre alors que les acteurs politiques toutes obédiences confondues vous ont demandé leur report ?
  2. Seriez-vous un ministre en mission de qui et pourquoi ? Quand on sait que la Majorité présidentielle, en tête de proue le RPM votre parti a demandé le report de ces élections ?
  3. le Ministre ne tirez pas sur l’ambulance, le Mali est déjà malade. A ceux qui pensent que vous êtes en train de remettre en cause l’Accord de paix et de réconciliation signé sous le haut patronage du Président de la République et devant la Communauté internationale, dont des voix autorisées ont demandé des préalables à la tenue des élections communales et régionales ?
  4. le Ministre, les autorités maliennes n’assument pas souvent les conséquences de leurs actes comme ce fut le cas avec l’ancien PM Moussa Mara qui après avoir déclaré la guerre s’était finalement rétracté plus tard face aux conséquences de son acte. Etes-vous prêt quant à vous d’endosser la responsabilité des faits d ‘insécurité qui pourraient résulter de l’organisation prématurée de ces élections le 25 octobre prochain envers et contre tout  et qui pourraient confirmer la partition du Mali en un Mali du sud opposé  à un Mali du Nord, car visiblement « vos élections » ne seront organisées qu’au sud ?
  5. le Ministre, selon des statistiques disponibles, il y aurait plus de 120 mille déplacés maliens par le fait de notre crise en Mauritanie, au Niger et au Burkina Faso. Expliquez-nous comment vous comptez les faire voter afin qu’ils exercent ainsi leur droit de citoyenneté face à un pays auquel ils restent attachés en dépit de leur éloignement ?
  6. le Ministre, que répondez-vous à la Coordination des Mouvements de l’Azawad (CMA) qui dans un communiqué lu sur les réseaux sociaux, sur des papiers entêtes qui frisent la provocation et la révolte où il est écrit République de l’Azawad, se dit être opposée à l’organisation des élections sur les territoires qu’elle contrôlerait ?
  7. le Ministre, que répondez-vous à certaines langues qui pensent trois choses de votre engagement à organiser ces élections coûte que coûte, vaille que vaille envers et contre tout :
  • ce serait parce que vous aurez pris des engagements quelque peu compliqués avec des fournisseurs du marché du matériel électoral ;
  • que c’est aussi parce que vous n’êtes pas sûr d’être reconduit au même poste après le remaniement que vous restez de marbre ;
  • que vous serez en train de solder en réalité vos comptes avec certains caciques du RPM qui sont non seulement opposés à votre décision, mais aussi et surtout qui vous font ombrage  dans le parti ?
  1. le Ministre, le Mali vient de loin et les acquis sont encore très fragiles pour qu’un ministre, fut-il un très proche du Président de la République, fasse une telle fixation à organiser ces premières élections communales et Régionales dans un tel contexte. Si le Mali a tangué et n’a pas chaviré c’est grâce à cette capacité de dialogue qui fait notre marque dans le concert des nations. Alors dites-nous, si vous êtes à même d’assurer la sécurité des électeurs si tant est que ces élections se tiendront toujours le 25 octobre prochain ?

En définitive, M. le Président, vous êtes fortement interpellé en tant que premier magistrat pour trancher entre un ministre trop engagé et ferme qui fait de l’organisation de ces élections une question d’honneur personnel et une classe politique très amère contre lui  et dont les capacités de nuisance pour la République sont plus grandes que la colère d’un ministre suite à un énième report de ces élections que vous lui imposeriez. C’est à vous de choisir.

Chers lecteurs du journal InfoSept, si ces élections ne sont pas reportées au prochain Conseil des Ministres et si M. le Ministre acceptait de répondre à ces questions simples que nous lui posons, alors vous aurez dans nos prochaines éditions les réponses du Ministre pour vous éclairer sur votre droit de savoir.

Youssouf Sissoko 

PARTAGER