Affaire recrutement du DG à l’APEJ : Le ministère de l’Emploi assigné devant la Session administrative de la Cour suprême

1

La Section administrative de la Cour suprême du Mali a été saisie suite à l’affaire qui oppose le ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle à des jeunes réunis en association.

La plainte, dont La Sirène a obtenu une copie, a été introduite le vendredi le 7 juillet 2017 à 15 h 20 devant la Cour suprême du Mali aux fins l’annulation de l’appel à candidature publié le 21 juin 2017 dans le quotidien national, par le Collectif Jeunesse Débout. Ce qui va du coup freiner le processus de recrutement du nouveau directeur général de l’Apej qui avait été sollicité par l’actuel ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle.

Celui-ci avait dans un appel d’offre qui date de quelques mois émis des exigences par rapport au choix de celui qui devrait conduire les rênes de l’Agence pour l’emploi des jeunes (Apej). Aussi, dans la requête du Collectif qui regroupe une quinzaine d’associations de jeunes, il ressort des faits majeurs qui compromettent l’avis d’appel à candidature du ministre de tutelle.

D’abord la première version, qui a été publiée par L’Essor est différente de celle qui se trouve sur le site du ministère, qui écarte toute personne qui n’a pas 40 ans ou plus. Après moult tentatives restées vaines, le Collectif a donc saisi la Cour suprême. Il se base aussi sur l’article 111 de la loi n°2016-0 46/AN-RM du 23 septembre 2016 portant loi organique fixant l’organisation des règles de fonctionnement de la Cour suprême, qui peut trancher cette affaire.

 Divergence

Au moment où le département de l’Emploi traverse une crise sans précédent, le très célèbre syndicaliste devenu ministre veut faire de la diversion à travers des activités qui ont l’air plus folkloriques que bénéfiques. Histoire de détourner l’attention des gens sur l’essentiel.

Le jeudi 29 juin 2017, lors de des travaux de l’atelier de validation de la feuille de route du département de l’Emploi et de la Formation professionnelle, il exhortait les participants à une analyse approfondie de cette feuille de route et son plan d’actions afin que l’objectif de création des 200 000 emplois promis par S. E. Ibrahim Boubacar Kéita soit atteint et même dépassé.

Ce que le ministre Maouloud Ben Kattra tente de dissimuler, c’est que la plupart des chercheurs d’emploi sont des jeunes.  Et à travers cet acte qui consiste à écarter les jeunes à accéder à un poste de responsabilité, il ne sera plus en odeur de sainteté avec la couche juvénile. Or, c’est cette couche juvénile qui a fait élire le président de la République et avec qui il a pris des engagements.

 5000 stagiaires de l’Apej pour le ministre Ben Kattra seul

Avec le temps, les choses se précisent sur les vraies raisons du départ de l’ancien DG de l’Apej. Une source très proche du dossier nous confie que le ministre seul aurait remis à M Cissé, à l’époque DG de l’Apej pour le volontariat de l’Apej. Or, il s’avère qu’en tout et pour tout le contingent, c’est  5 000 jeunes qui sont concernés par le volontariat de l’année. M Cissé aurait argué que c’est difficile car d’autres jeunes qui sont aussi dans le besoin  attendent. Cet état de fait a-t-il été la raison fondamentale de débarquer le Dg Cissé ? L’on ne saura le dire car, pour le moment, nos tentatives de rentrer en contact avec le Dg sortant sont restées vaines.  Quant au ministre, il est toujours dans l’euphorie de sa nomination, il est introuvable.

Affaire à suivre !

Abdourahmane DOUCOURE

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

1 commentaire

  1. LES SERVICES DU MINISTÈRE DE L’EMPLOI N’ONT PAS VOCATION À CRÉER DES EMPLOIS MAIS PLUTÔT EN PROMOUVOIR LA CRÉATION.
    COMPTABILISER DES EMPLOIS DEJA DISPARUS NE ME SEMBLE PAS HONNÊTES.
    COMPTABILISER DES ”EMPLOIS” DE 200.000 CFA REMIS À DES GROUPES DE JEUNES SENSÉS CRÉER LEUR PROPRE ENTREPRISE SUR FINANCEMENT BANQUE MONDIALE, SACHANT QUE LA GRANDE MAJORITÉ A DÉJÀ CLAQUÉ LES SOUS DANS LES TÉLÉPHONES PORTABLES ET AUTRES FRINGUES, RELÈVENT DE L’INQUALIFIABLE.
    NOS RESPONSABLES SONT – ILS AMNÉSIQUES AU POINT D’OUBLIER QUE TOUTES CES ”CRÉATIONS D’EMPLOIS” A 200 OU 300 000 CFA ONT FAIT L’OBJET DE CAMPAGNES MÉDIATIQUES HORS MESURES.
    DE GRÂCE AYEZ PITIÉ DES MALIENS. ÉVITEZ NOUS DES FAÇONS BIDONS DU BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BIT, DE COMPABILSATION DES EMPLOIS OU DU CHÔMAGE.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here