AGENCE NATIONALE POUR L'EMPOI (ANPE): Faire de la formation des jeunes en création d'entreprise la chose la mieux partagée

0
Beaucoup de jeunes Maliens ambitionnent aujourd’hui de créer leur propre entreprise. Malheureusement, les résultats sont bien en deçà des attentes des autorités, des bailleurs de fonds et des promoteurs eux-mêmes. Et cela pour plusieurs raisons dont la principale est l’absence de méthode d’approche, l’improvisation, le tâtonnement, le manque d’information et de savoir-faire. Un ensemble de handicaps que l’Agence nationale pour l’emploi en collaboration avec le Conseil national du patronat du Mali (CNPM) espère lever à travers la formation en création d’entreprise.
 
 
Ils sont une quarantaine de jeunes promoteurs d’entreprises à prendre part, depuis hier, à une session de formation dans les locaux de l’ANPE. Cette formation dont l’ouverture était présidée par le Directeur adjoint de l’ANPE, Dioncounda Niakaté, va s’étendre sur dix jours.
 Elle s’inscrit dans une approche globale de création effective et de gestion d’entreprise répondant, non seulement aux attentes des candidats à la création d’entreprise mais aussi à celles, en partie de la politique nationale de l’emploi qui met un accent particulier sur la promotion de l’auto emploi. Car, l’Etat n’étant plus perçu comme pourvoyeur providentiel d’emploi, la problématique de l’emploi des jeunes se pose avec acuité comme le confirme l’annuaire statistique du marché du travail 2003 (6 143 demandes d’emplois contre 1037 offres d’emplois enregistrées au niveau de l’ANPE).
Dès lors le programme initial de formation à l’esprit et à la création d’entreprise s’est avéré une stratégie capable de modifier le comportement des jeunes face à l’auto emploi. C’est ainsi que l’ANPE et le CNPM ont adopté un nouveau programme dénommé "gérer mieux votre entreprise" (GERME) devant aider les jeunes à trouver l’idée d’entreprise et à la traduire de façon concrète.
La présente formation qui porte sur la composante CREE (créez votre entreprise), doit impulser donc une nouvelle dynamique à la création d’entreprises par les jeunes. Car comme a laissé entendre Mme Diabaté Fatoumata Guindo, chef du département formation – emploi de l’ANPE, "beaucoup de candidats créateurs d’entreprises viennent avec des idées projets bien réfléchis et d’autres avec des études de faisabilité déjà faites. Seulement, ils pêchent par amateurisme et par ignorance, armés de leur seule bonne volonté et ignorant presque tout de l’environnement des affaires et du processus de la création d’entreprise ".
De ce fait, la formation à la création d’entreprise se donne pour objectif de sensibiliser les créateurs potentiels à l’enjeu et aux difficultés de la création d’entreprise, de leur fournir des informations et des conseils pratiques qui leur permettront d’agir avec plus d’efficacité.
Aussi, cette formation vise à leur donner un avant goût des tâches de l’entrepreneur et un premier aperçu de l’itinéraire du créateur que l’on qualifie souvent de parcours de combattant, tant il est ardu.
Au cours de la présente formation, il s’agira donc de former les promoteurs potentiels de manière à les rendre compétents au niveau des structures d’appui et de financement quant à la conduite de leur plan d’affaire. Ils devront être en mesure d’évaluer leur potentialité d’entreprise, prendre une part active dans la conception et le montage de leur projet, connaître les procédures administratives et juridiques de la création d’entreprise et découvrir les mécanismes et structures d’appui technique et financier pour la réalisation des projets.
Le directeur général adjoint de l’ANPE, Dioncounda Niakaté d’indiquer que cette formation, qui n’est pas la première du genre, se situe en droite ligne des objectifs de son Agence qui est la formation des jeunes entrepreneurs dans le souci de faire de la création d’entreprises, la chose la mieux partagée. C’est ainsi qu’il a donné l’assurance que ceux qui trouveront leur chemin à l’issue de cette formation devront toujours compter sur l’appui de l’ANPE pour la gestion de leur entreprise.

Youssouf CAMARA

PARTAGER