Célébration de l’indépendance du Burkina Faso au Mali : L’amitié par l’arbre et la lutte contre la désertification

0
 L’Ambassadeur burkinabè, le Général Kodio LOUGUE
L’Ambassadeur burkinabè, le Général Kodio LOUGUE

L’opération a eu lieu sous la conduite de l’Ambassadeur burkinabè, le Général Kodio LOUGUE. Ce dernier avait à ces côtés, le Lieutenant Colonel Seyni Kassoum TRAORE, chef de division conservation des eaux, des sols et restauration du couvert végétal et représentant du Directeur National des Eaux et Forêts. Etait présent également, Boubacar N’Diaye, vice-président de la commission développement et assainissement à la Mairie de la commune VI venu au nom son maire.

La période actuelle de l’année est connue pour être la saison où beaucoup de pays africains francophones ont accédé à leurs indépendances respectives. Si le 04 Août est une date historique en ce qu’elle marque l’avènement  de la révolution enclenchée par le très charismatique capitaine Thomas Sankara, c’est le 05 du même mois, en pleins travaux champêtres  que l’ex Haute Volta, devenue Burkina Faso a solennellement proclamé sa souveraineté nationale et internationale. Afin d’offrir un caractère populaire à la journée dans ce pays largement dominé par le monde paysan, c’est le 11 Décembre qui a été retenue pour les festivités.

A Bamako, cette année, le personnel de l’ambassade et la communauté burkinabè vivant au Mali ont fait un déplacement des grands jours pour commémorer le 55e anniversaire de leur pays. Pour la circonstance, ils ont mis en terre 350 plants constitués du Terminalia Manantali ou arbres à étages, du Moringa Olifera et de l’Acacia Olé.

Le Mali et le Burkina ont cette connexion qu’ils sont, tous deux, des pays sahéliens fortement confrontés à la problématique de la sécheresse. C’est pourquoi, l’Ambassade du Burkina a décidé de se consacrer depuis plus d’une décennie à l’amélioration du couvert végétal. « Maliens et Burkinabè sont deux mêmes peuples et  cette cérémonie de plantation est une façon pour nous de témoigner au peuple frère du Mali toute notre amitié. Pour nous, planter un arbre ici, c’est planter un arbre au Burkina » a martelé l’Ambassadeur LOUGUE. Il a ajouté que ce geste écologique s’inscrit en droite ligne du mois de l’arbre fixé chaque année au même moment. Reconnaissance, amitié et fraternité sont les maîtres mots adressés par les officiels maliens présents ce jour.

Et comme la diplomatie n’est jamais loin de l’actualité, le Général Kodio LOUGUE s’est félicité au passage de la signature de l’accord pour la paix  et la réconciliation dont il souhaite une évolution positive pour un retour rapide à la normale.

En confiant les arbres aux  forestiers, le Général LOUGUE y voit un motif d’espoir quant au suivi garantissant la survie des arbres. Au nom du Directeur National des Eaux et Forêts, le Lieutenant Colonel Seyni Kassoum TRAORE a, lui aussi, remis un arbre au diplomate pour usage utile.

Idrissa DICKO

PARTAGER