COP22 : L’Afrique fait entendre sa voix

En marge de la COP22, le Palais des CongrĂšs de Marrakech a abritĂ© hier le premier Sommet africain de l’Action sous la prĂ©sidence de sa majestĂ© le roi du Maroc, Mohamed VI.

9
COP22 : L’AFRIQUE FAIT ENTENDRE SA VOIX

Les organisateurs de la confĂ©rence sur les changements climatiques ont rĂ©uni les dirigeants du continent afin qu’ils expriment leurs prĂ©occupations spĂ©cifiques

En marge de la COP22, le Palais des CongrĂšs de Marrakech a abritĂ© hier le premier Sommet africain de l’Action sous la prĂ©sidence de sa majestĂ© le roi du Maroc, Mohamed VI. Outre le prĂ©sident de la RĂ©publique Ibrahim Boubacar KĂ©ĂŻta, de nombreux autres chefs d’Etat africains ont pris part Ă  la rencontre.

Dans son discours d’ouverture Mohamed VI a soulignĂ© que le continent africain paie un lourd tribut dans l’équation climat en dĂ©pit du fait qu’elle n’émet que 4% des gaz Ă  effet de serre. Il a estimĂ© que seules une convergence de vue et une action d’ensemble mettront fin Ă  l’injustice climatique dont est victime l’Afrique.

A sa suite, le prĂ©sident de la GuinĂ©e Conakry, Pr Alpha CondĂ© a dĂ©clarĂ© que la COP22 revĂȘt une importance particuliĂšre dans la mouvance de la COP de Paris. De son cĂŽte, le prĂ©sident du SĂ©nĂ©gal, Macky Sall, a rappelĂ© que les changements climatiques en Afrique affectent les secteurs de l’agriculture, de l’élevage, de la pĂȘche, etc. « Ce que nous attendons de nos partenaires, c’est de nous soutenir financiĂšrement sur les projets d’énergies renouvelables de mĂȘme que dans la lutte contre la dĂ©forestation et la dĂ©sertification », ajoutera-t-il avant de saluer l’esprit de leadership du roi Mohamed VI.

Le prĂ©sident du Congo Brazzaville, Denis Sassou Ngesso, fera un plaidoyer pour la crĂ©ation d’un fonds bleu pour le bassin du lac du Congo qu’il est, selon lui, le 2Ăšme poumon du monde aprĂšs l’Amazonie. Le prĂ©sident Issoufou Mahamadou du Niger en fera de mĂȘme pour le bassin de lac du Tchad.
La communautĂ© de partenaires Ă©tait fortement reprĂ©sentĂ©e au Sommet en qualitĂ© d’observateurs.

A l’issue des travaux, le prĂ©sident de la RĂ©publique Ibrahim Boubacar Keita a confiĂ© avoir effectivement eu un malaise qui peut arriver Ă  tout le monde. La raison de ce malaise est certainement Ă  chercher du cĂŽtĂ© des nombreuses missions effectuĂ©es, ces derniers temps, par le chef de l’Etat qui, du reste, a retrouvĂ© sa bonne forme.

Par ailleurs, le prĂ©sident Keita a saluĂ© la bonne initiative du roi du Maroc d’organiser un sommet rĂ©unissant les chefs d’Etat africains sur les problĂ©matiques africaines liĂ©es aux changements climatiques. « Je crois qu’aprĂšs ce genre de grandes rencontres, il est bon qu’on se retrouve de maniĂšre rĂ©gionale pour ĂȘtre assurĂ©s que nous n’avons pas Ă©mis de vƓux pieux et que ce qui a Ă©tĂ© dĂ©cidĂ© d’accord commun sera mis en Ɠuvre pour le profit gĂ©nĂ©ral », a estimĂ© Ibrahim Boubacar KĂ©ĂŻta. Le chef de l’Etat a Ă©galement soulignĂ© que l’Afrique a besoin que ces prĂ©occupations soient prises en compte et aussi financĂ©es. Le chef de l’Etat a dit qu’il part de la COP22 avec l’espoir que les choses vont bouger.

Plus lourd tribut. En plus de ce sommet africain, les dirigeants du continent ont beaucoup donnĂ© de la voix pour faire entendre leurs prĂ©occupations. Intervenant au nom du groupe africain, lors de la cĂ©rĂ©monie inaugurale, mardi, le prĂ©sident du Niger, Issoufou Mahamadou, a rappelĂ© que l’Afrique fait face Ă  2 paradoxes fondamentaux dans la lutte contre les changements climatiques.

PremiĂšrement, a-t-il fait remarquer, en dĂ©pit de son plus grand potentiel en sources d’énergies renouvelables, l’accĂšs aux services Ă©nergĂ©tiques de base y est le plus faible. DeuxiĂšmement, tout en ayant contribuĂ© le moins Ă  la crĂ©ation du phĂ©nomĂšne des changements climatiques, elle en paie au quotidien, le plus lourd tribut.

Le chef de l’Etat nigĂ©rien a aussi rappelĂ© que le continent a lancĂ© l’initiative de l’Afrique sur les Ă©nergies renouvelables Ă  la COP22, afin de garantir un accĂšs universel Ă  toutes ses filles et ses fils Ă  l’horizon 2030 avec 300 gigawatts de capacitĂ©s d’énergies renouvelables. « Ici Ă  Marrakech, l’Afrique entreprendra de nouvelles initiatives ; dans l’adaptation de son agriculture, la rĂ©silience de son Ă©conomie ocĂ©anique, ou encore, dans le renforcement de ses capacitĂ©s », a annoncĂ© Issoufou Mahamadou qui ajoutera que tous ces efforts s’inscrivent dans la « nouvelle diplomatie climatique » du continent qui est de prĂȘcher par l’exemple, construire des partenariats concrets et permettre au processus multilatĂ©ral d’ĂȘtre plus pertinent. Ces efforts tĂ©moignent du leadership africain ; mais ils sont aussi le rĂ©sultat d’une volontĂ© rĂ©solue et durable.

Le prĂ©sident Issoufou Mahamadou a Ă©numĂ©rĂ© les objectifs du continent : assurer une augmentation significative de la part de l’adaptation dans l’effort de mobilisation des 100 milliards de dollars ; faire en sorte que le Fonds d’adaptation serve effectivement l’Accord de Paris et qu’il soit adĂ©quatement dotĂ© en ressources financiĂšres ; atteindre un niveau de reconstitution en fin 2017 du Fonds vert climat portĂ© Ă  au moins 20 milliards de dollars afin de prendre en compte les besoins urgents des pays en dĂ©veloppement. « Nous devons redoubler d’efforts pour que nos enfants et nos petits enfants hĂ©ritent d’un monde plus sĂ»r. Nous avons une responsabilitĂ© historique et nous devons l’assumer ici Ă  Marrakech en terre africaine », a plaidĂ© le chef de l’Etat nigĂ©rien.
M. SIDIBE

PARTAGER

9 COMMENTAIRES

  1. Les pollueurs c’est Ă  eux de mettre la main Ă  la poche .
    Le grands pollueurs du monde sont connus et se reconnaissent .
    Les conséquences de la pollution sont aussi connues de tous .

    En dehors des changements climatiques , beaucoup de maladies sont liĂ©es et prennent leur source dans la pollution de l’air et de l’eau .

    C’est la preuve que le dĂ©veloppement Ă  l’occidental est une impasse qui ne devrait pas faire rĂȘver les africains

    L’Afrique doit refuser le dĂ©veloppement Ă  l’occidental . C’est une folie que de continuer Ă  polluer la planĂšte de la sorte .

    Les africains ont l’avantage de s’inspirer sur les erreurs des occidentaux .
    Les africains ne doivent surtout pas suivre les traces des occidentaux dans la voie suicidaire de la pollution Ă  grande Ă©chelle .

    Les africains doivent miser sur les Ă©nergies renouvelables qui sont des Ă©nergies propres .Le problĂšme d’Ă©lectricitĂ© et d’Ă©lectrification sur toute l’Ă©tendue du territoire serait rĂ©glĂ© rien qu’en dĂ©veloppant les Ă©nergies solaires , des pays comme le Mali oĂč le soleil brille tous les jours du matin au soir .

    La nature nous donne tout ce qu’il faut pour avoir autant d’Ă©nergie que nous voulons . Malheureusement ce qui nous manque le plus , c’est la volontĂ© et le savoir faire pour maitriser cette Ă©nergie gĂ©nĂ©reusement offerte par la nature

  2. L’Afrique ne pourra jamais faire entendre sa voix avec nos chefs d’etat mafieux pourris – vampires tombeurs de nos pays tant aussi longtemps que Nous aurons des chefs d’etat mafieux – vampires – pourris .
    Ce changement ou ces changements ne pourront venir que nos mĂȘmes, nos peuples avec une eveil des consciences et surtout de s’assumer. Nos dirigeants abusent de nos peuples comme leurs petites presidence sont leurs petits heritages paternels, donc ils se permettent de faire tout. Qui sont ils ces vampires sans leurs peuples? Et pire sont des complices de ces super vampires occidentaux.
    Je suis desolé mais trouvez un autre titre a vos articles de merrrdddes.

  3. L’Afrique troque son dĂ©veloppement contre une embellie . Ce n’est pas avec les Ă©nergies renouvelables que nous allons gagner la bataille de l’industrialisation , base du dĂ©veloppement socioĂ©conomique harmonieux . Que de mots n’a t-on pas ouie dire : trou d’ozone , pollution de l’air , Ă©mission de gaz Ă  effet de serre , rĂ©chauffement climatique , aujourd’hui changement climatique , demain peut ĂȘtre ce sera la menace de l’existence . Ces tergiversations entre le choix des thĂšmes doivent inciter notre questionnement mais hĂ©las au lieu d’y rĂ©flĂ©chir non , nous nous laissons embarquer facilement en bateau pour des destinations inconnues .
    L’Afrique a plutĂŽt besoin d’Ă©nergie puissante , genre ( centrale nuclĂ©aire civile) pour entamer son dĂ©collage Ă©conomique au lieu d’Ă©nergie de moindre puissance pour Ă©clairer ses rues .
    Le changement climatique , nous ne le vivons pas comme tel en Afrique . Les sĂ©cheresses qui y Ă©taient cycliques et rĂ©currentes sont devenues de vieux souvenirs et ,ont du reste donnĂ© place aux inondations .Elles ne ressemblent plus Ă  l’Afrique .S’il y a des continents qui sont menacĂ©s par les mĂ©faits du changement climatique c’est bien ceux lĂ  qui ont dĂ©veloppĂ© des armes nuclĂ©aires , biologiques , chimiques et qui connaissent aujourd’hui des incendies aux origines inconnues ou peut ĂȘtre , liĂ©es aux radiation des centrales ou , dĂ©chets nuclĂ©aires ; sait-on jamais. N’est ce pas un moyen de nous maintenir en l’Ă©tat dans lequel nous sommes :ĂȘtre tributaire Ă©ternel de la volontĂ© de l’occident . Ne jamais se dĂ©velopper .
    L’Afrique n’a point d’initiative , raison pour laquelle , elle est embarquĂ©e , trimballĂ©e , contrariĂ©e , relĂ©guĂ©e au dernier plan , inaudible .
    Notre politique est de tout temps calquĂ©e sur le vivre du moment , jamais nous n’avons connu de politique futuriste rĂ©elle , concluante . Tout ce que nous entreprenons est bĂąti sur le prĂ©sent . IL es temps de nous rĂ©veiller , de regarder droit devant nous , de nous organiser Ă  tendre moins la main , de nous accomplir , de nous affirmer enfin . Il y va de notre respect et de notre avenir .

    • Merci bien siko pour ton commentaire,
      Les energies renouvelables sont des succĂšs a moyen et long terme et nos populations doivent bien informer et former toutes categories confondues. C’est une grande transition qui prendra du temps et de la perseverance. Les energies actuelles doivent etre utilisees de facons responsables . En plus le Mali et presque tous les autres pays africains n’ont pas de politiques de pollueur-payeur. Ex: les pays qui font de les ‘explications de nos ressources surtout minieres sous le couvert de tel ou telle laissent des merdes derriĂšre eux et detruisent nos natures, nos environments etc…
      Alors jamais ils ne peuvent faire ces genres de merdes chez eux mĂȘmes sinon la prison et de fortes amendes. Alors qu’est ce que nos chefs d’etat africains vampires et mafieux font pour nous???
      Mais par contre ils savent que prononcer des discours hypocrites.
      Le changement climatique est une realitĂ© et devons nous eduquer et changer nos comportements dĂšs maintenant face a ce phĂ©nomĂšne. C’est crucial et capital.
      Je compte pas surtout nos politicards dirigeants africains mais sur Nous mĂȘmes.

    • CHAPEAU, BASSITÉ … ! VOILÁ QQ QUI A UNE CERVELLE POUR RÉFLÉCHIR
      ET NON POUR REPETER BETEMENT.. !

      Les Philippines quittent aussi la Cour pénale internationale ! ! !

      LE MONDE ( PARMI PLUSIEURS) QUI S’ ÉFFONDRE SOUS NOS YEUX DONNE UN SPECTACLE 1000 FOIS PLUS GRANDIOSE QUE L’ ÉCLATEMENT DE L’ URSS ET DU BLOC DE VARSOVIE.

      EN FAIT LE BLOC BAO ( BLOC ANTLANTISTE OCCIDENTAL ) FUT MORTELLEMENT BLESSÉ AVEC LA CHUTE DE L’ URSS, MAIS LA PROPAGANDE AMÉRICANISTE EUROPÉENNE A ÉFFECTUÉ SON DEVOIR DE MENSONGE.

      L’ AUTRE ARNAQUE, QUE SONT LES SERIES DE ” COP-XY ” SUR LE SOI-DISANT CHANGEMENT CLIMATIQUE, VA SUIVRE LE MEME CHEMIN QUE LEUR CPI.

      LE BAO ( BLOC ANTLANTISTE OCCIDENTAL ) NE PEUT PLUS APPRENDRE Á DIRE LA VÉRITÉ, Á ETRE SINCERE . TANT SON MAL EST “CANCÉREUX-GÉNÉRALISÉ” .

      ET LE RESTE DU MONDE NE VEUT PLUS COTOYER LE MONDE BAO, PAR LE MANQUE DE CONFIANCE QUI S’ ÉTERNELLISE Á SON ENVERS.

      QUE FAIRE? L’ EUROPE OCCIDENTALE, PENDANT 400 ANS A MALTRAITÉ LE MONDE ENTIER
.

  4. Si le phenomene de changement climatique se prolonge c’est l’afrique le perdant en plus des probleme que nous avons.Les etudes ont montre que c’est manintenent ou jamais qu’il faut aller vers l’energie renouvelable .Une nouvelle aire souffre pour l’afrique s’eloigner du petrole ou des energies fossils.Lafrique a trop attendu pour etre electrifiee.Il n’est pas trop tard pour bien faire .La balle est lancee.
    Pour nos pays en zone cfa une chose est claire abandoner cette monnaie et ayez vos propre comme ca pour les grands projet il suffit d’en avoir assez et mettre vos populations au travail .
    le developement passe par l’energie et meme c’est une source d’independance.L’afrique peut meme en exporter par des inter connexions.

  5. L’Afrique! L’Afrique! L’Afrique! les dirigeants de cette partie de la planĂšte semblent toujours s’afficher en farceurs de l’histoire humaine. DĂšs que les premiĂšres gouttes d’argent commencerons Ă  tomber, ils en feraient des dĂ©tournements pour autres choses, autres bĂȘtises et immĂ©diatement il y aurait un coup de frein et un coup d’arrĂȘt pour ces financements et c’est fini, les peuples africains continueraient de souffrir des consĂ©quences de ces changements climatique sans vergogne. Mais que ces pays dĂ©veloppĂ©s ne se mĂ©prennent pas, car ils aurons les parts dans la souffrance des peuples africains. A ce titre, ils doivent ouvrir leurs yeux dans la gestion de ces fonds par les dirigeants africains.

    • ILS SUIVENT ET SINGENT ET DANCENT ET LEURS PEUPLES SE MEURRENT
      GRACE AUX RELIGIONS ABRAHAMIQUES, ILS SONT DEVENUS DES CONTROLES ET INSTRUMENTALISES, DES MENES ET NON MENEURS…

      (LES ELITES=LES ECLAIRES) CELUI QUI ECLAIRE MENE, CELUI QU’ ON ECLAIRE SUIT, ALORS…? L’ ECLAIRAGE C’ EST LA CULTURE.

      SOIT QU’ ON SE FAIT ECLAIRER PAR L’ AUTRE OU ON S’ ECLAIR SOIT MEME ET ON VOIT SA SITUATION ET DECIDE OU ON VA…

      TRES SIMPLE , L’ ECOLOGIE EST LA NOUVELLE RELIGION INVENTEE PAR LES POLUEURS INSASSIABLES, LES RICHES VOLEURS ET INCONSCIENTS DE L’HUMANITE….

      PRENEZ VOUS EN MAINS ET QUITEZ LES RELIGIONS ABRAHAMIQUES

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here