Eau-Hygiène-Assainissement : Le Directeur Exécutif de Water Aïd en visite au Mali

0
Le directeur exécutif de WaterAid et sa délégation lors de la visite qu'il a effectuée à l'AMALDEM
Le directeur exécutif de WaterAid et sa délégation lors de la visite qu'il a effectuée à l'AMALDEM

C’est dans les difficultés qu’on reconnait ses vrais amis. Voilà qui sied bien au nouveau Directeur Exécutif de Water Aïd International, M UK Tim Wainwright, nouvellement nommé à la tête de cette organisation. Malgré le contexte de crise, il a tenu à réserver sa première visite (en Afrique) à notre pays où, il vient de séjourner du 24 au 28 Juillet 2017.

Accompagné d’une délégation au sein de laquelle on retrouve la Directrice internationale des finances de Water Aid, et de sa Directrice Régionale pour l’Afrique de l’Ouest, l’hôte du Mali a voulu effectuer le déplacement dans notre pays pour constater les réalisations de son organisation. A Bamako, première étape de sa tournée, le Directeur Exécutif de Water Aïd, s’est rendu à l’AMALDEM (association malienne de lutte contre les déficiences mentales chez l’enfant), un centre auquel Water Aïd a apporté un consistant appui pour, entre autres, réhabiliter le château d’eau et doter les différentes salles de classes de toilettes modernes et inclusives. «Je n’ai aucun doute que l’approvisionnement en eau potable, et l’accès aux services d’hygiène et d’assainissement sont des facteurs fondamentaux dans votre école ; L’objectif, en venant ici, c’est simplement de s’assurer de leur accès inclusif à tous les élèves, filles comme garçons, que le handicap soit physique ou mental», a déclaré UK Tim, au cours d’une séance de travail que lui et sa délégation ont eu avec l’administration et le corps enseignant de l’AMALDEM. Mon souci, a-t-il indiqué, c’est permettre à ce que chaque enfant ait accès à l’éducation au Mali. «C’est la finalité de ces infrastructures de base», a-t-il fait savoir lors de la même rencontre qui a permis à Tim UK de recenser les différents besoins d’un centre où les défis pour l’accès à l’eau, l’hygiène et l’assainissement, restent encore grands…

Pendant son séjour, au Mali, le Directeur Exécutif de Water Aïd, a réservé une partie de sa visite aux communautés, à la base, en effectuant une visite à l’intérieur du pays, précisément à Ségou, Bla et à Samabogo. Dans la première localité (Ségou) le Directeur et sa délégation se sont rendus au centre culturel Korè où, il a visité les œuvres d’art et discuté avec le personnel, notamment sur la manière dont l’art social est utilisé pour induire le changement de comportement en matière d’hygiène et d’assainissement.

L’étape de Bla a été marquée par la visite du centre de santé de référence où  Water Aïd Mali fournit les services d’eau d’hygiène et d’assainissement. Après la visite des infrastructures d’eau et d’assainissement, l’équipe de Water Aïd a eu des  échanges avec le personnel de santé. Les discussions se sont surtout focalisées sur comment  l’accès à l’eau, l’hygiène et l’assainissement peut contribuer à l’amélioration des  services de soins, à la prévention des infections et à la réduction des maladies.

La dernière étape de cette visite de terrain a été consacré à une rencontre avec le groupement des femmes “Kanuya” du village de Samabogo. Ce groupement  de femmes a bénéficié de Water Aïd un projet de microcrédit qui leur a facilité le financement de plusieurs activités  génératrices de revenus en lien avec l’eau, l’hygiène et l’assainissement. Il s’agit, notamment de la production du savon et du beurre de Karité. Ce projet est un exemple réussi montrant à quel point l’octroi de microcrédit peut contribuer à la réduction de la pauvreté.

Avant de quitter le Mali, UK Tim a également rencontré Mme Keïta Aida M’Bo, le Ministre chargée de l’Assainissement, Environnement et du Développement Durable, les acteurs du secteur et les Partenaires Techniques et Financiers intervenant dans le secteur du WASH. Il s’agit notamment de l’Unicef, l’Oms et l’Ambassade du Canada. Ces différentes rencontres avaient un seul but : faire un plaidoyer pour que le niveau du secteur soit rehaussé à travers la mobilisation des fonds requis et l’amélioration des  politiques adoptées par les pays.

Oumar Diamoye

 

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here