Le fleuve Niger menacé par l’extraction du sable

3
2
Avec ses 4200 km, le fleuve Niger est une ressource naturelle inestimable pour le Mali. Pourtant c’est le fleuve des paradoxes. À certains endroits il y a trop de sable à d’autres le problème au contraire ce sont les hommes qui extraient ce sable. Ces activités humaines compromettent aujourd’hui l’avenir du fleuve. Des travaux de recherches menés depuis 2007 par des hydrologues de l’institut de recherche pour le développement (IRD), viennent de révéler que le lit amont du Niger se creuse du moins sur sa partie malienne.
Photo : Sébastien Cailleux

En cette matinée, le soleil est déjà très haut dans le ciel de Kalaban Coro (cercle de Kati). Les camions benne font des va-et-vient incessants pour acheminer le sable et le gravier vers les différents chantiers de la capitale malienne. Cette commune rurale est l’un des principaux ports de stockage de sable de l’agglomération bamakoise. Ici l’extraction de sable fait vivre des centaines de personnes, notamment les démarcheurs communément appelé coxer, les transporteurs et les pécheurs de sables. « Cela fait dix ans que j’exerce le métier de coxer. Un boulot qui me permet de nourrir ma petite famille », soutient Ali Coulibaly.

« Durant toute l’année on extrait le matériel à la main, souvent en apnées et à des profondeurs pouvant atteindre 3 mètres. Puis le sable et le gravier sont transportés dans les pinasses, les bateaux d’une capacité de 2 à 3 m3 à traction humaine ou à moteur, jusqu’aux principaux ports de stockage, Djoliba, kalaban koro Koulikoro », note Cheick Konaté, pécheur de sable.

Ainsi l’extraction de sable, c’est la vie de milliers de Bamakois. C’est le gagne-pain de près 150000 personnes selon le syndicat national des transporteurs routiers urbains et interurbains du Mali. De Kangaba à Koulikoro, en passant par Djicoroni Para, sans oublier Sébénicoro, toute une activité économique s’est développée autour du fleuve Niger. Ainsi entre 2000 et 2006 près de 20 millions de m3 de matériels auraient été extraient des 60 sites situés le long du fleuve. Des chiffres qui inquiètent Luc Ferry. Ce scientifique est directeur de l’institut de recherche pour le développement (IRD) basé à Bamako.

L’avenir du fleuve compromis

Il a fait de la sauvegarde du fleuve Niger l’une de ses priorités. Au cours d’une conférence de presse dont il fut le principal animateur, M. Ferry a échangé avec de nombreux journalistes sur les dangers qui menacent le Djoliba. Au cours des discussions qui ont duré plusieurs heures, c’est un chercheur préoccupé voire inquiet par le triste sort du fleuve, qui a interpellé les autorités maliennes afin qu’elles prennent des mesures idoines pour la sauvegarde de cette ressource vitale. « Le fleuve Niger est confronté à de graves menaces liées aux changements climatiques mais également à l’impact des activités humaines, qui compromettent aujourd’hui l’avenir du fleuve. Des travaux de recherches menés depuis 2007 par mes collègues hydrologues et leurs partenaires, viennent de révéler que le lit amont du Niger se creuse du moins sur sa partie malienne », se désole-t-il.

Le constat est triste et même alarmant. En témoigne à divers endroits de la ville le creusement du lit qui entraine à débit égal, un abaissement de la ligne d’eau du fleuve. A cela s’ajoute une diminution de la recharge des nappes phréatiques et un accès plus difficile à l’eau de pompage lors des étiages (la période de l’année où le débit d’un cours d’eau atteint son point le plus bas).

Pour enrayer la dégradation du fleuve qui représente un enjeu vital pour le Mali, le gouvernement a créé en 2002 l’Agence du Bassin du Fleuve Niger (ABFN). Elle a pour mission la sauvegarde du fleuve Niger, de ses affluents et leurs bassins versants et la gestion intégrée de ses ressources. Cette agence sécurise les berges du fleuve à des endroits sensibles par des travaux de maçonnerie. Dans ce cadre, les berges du Niger ont été sécurisées à Ségou, Markala, Mopti et Gao. La prochaine étape est la ville de Diafarabé, menacée de disparition du fait de l’érosion, soutient Hamidou Diakité directeur de l’Agence du Bassin du Fleuve Niger.

Source: afrik.com – 02/21/2012

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.
Trier par :   les plus récents | les plus anciens | les mieux notés
1FILSDUMALIBA<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 7087</span>
Membre
1FILSDUMALIBA 7087
4 années 7 mois plus tôt

Merci la correction faite et surtout de votre ouverture d’esprit. L’erreur est humaine et c’est tres bon topic que vous nous avez ecrit la.

lastus<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 134</span>
Membre
lastus 134
4 années 7 mois plus tôt

C’est pas seulement l’extraction du sable qui menace le fleuve niger, il y a aussi les jacintes d’eau (plante aquatique que vous voyez en dessous du pont Fadh) et l’irresponsabilité de ATT qui est allé jusqu’à remplir une partie du fleuve vers l’Ensup pour soit disant y construire un monument qui ne verra jamais le jour!!!!!!!!!!!! Mais comme d’habitude au Mali on croise les bras et on attend que la situation soit critique pour commencer à courir de gauche à droite!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

1FILSDUMALIBA<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 7087</span>
Membre
1FILSDUMALIBA 7087
4 années 7 mois plus tôt

Je sais pas quel journal a fait ce copie-colle mais revoyez le titre s’il vous plait. L’eau n’est la Vie, elle est source de la vie.
Par contre l’article est tres interessant et c’est une realite et un fleau que notre prochain gouvernement doit faire face et avoir une gestion controlee de cette pratique.

wpDiscuz