Le ministre de l’Environnement et de l’assainissement à la CADD et à l’Angesem “Je vous exhorte à trouver au plus vite les solutions idoines aux plaintes des populations riveraines… “

0

Dans le souci de s’imprégner du fonctionnement des structures relevant de son département, le ministre de l’Environnement et de l’Assainissement, Ousmane AG Rhissa a effectué une visite de travail le vendredi  5 avril courant, à la Cellule d’appui à la décentralisation et à la déconcentration (CADD), puis à l’agence nationale de gestion des stations d’épuration (Angesem). Il était en compagnie des membres de son cabinet. Le ministre Ousmane Ag Rhissa a interpellé le directeur général de l’Angesem sur les plaintes formulées par les populations riveraines tout en l’exhortant à trouver au plus vite les solutions appropriées à ces problèmes.

Le ministre de l'Environnement et de l'assainissement, Ousmane Ag Rhissa (C), lors de la rencontre
Le ministre de l’Environnement et de l’assainissement, Ousmane Ag Rhissa (C), lors de la rencontre

Le chef de la cellule d’appui à la décentralisation et à la déconcentration de l’environnement (CADD), Guimba Diallo après le traditionnel souhait de bienvenue à l’endroit de ses hôtes, a rappelé que sa structure a été créée en 2009 et a pour mission principale de poursuivre le processus de transfert des compétences en matière de gestion des ressources forestières et fauniques et en matière d’Assainissement. Il a énuméré quelques réalisations  de la cellule depuis sa mise en place, suivi des perspectives. Le chef de la cellule  a évoqué les difficultés de sa structure à savoir: le manque total de logistiques, l’insuffisance de moyens matériels et financiers, de cadres, mais par contre il y a une pléthore du personnel d’appui. Ainsi, il a sollicité l’appui du ministre pour que sa structure soit dotée de moyens adéquats lui permettant de s’acquitter convenablement de ses tâches.

En réponse, le ministre a confirmé que la CADD mérite toute l’attention requise du fait de son caractère transversal. ” J’ai pris bonne note des préoccupations exprimées et je vous assure de ma disponibilité à trouver les moyens d’y répondre “, a indiqué le ministre Ousmane Ag Rhissa, ajoutant que le rôle et la place de la CADD doivent être suffisamment valorisés.

A l’ANGESEM, le directeur général, Lamine Théra a adressé ses sincères félicitations au ministre  pour sa nomination au département de l’environnement et de l’assainissement.

Il a présenté sa  structure qui a pour mission d’assurer la gestion durable des stations d’épuration des eaux usées et des ouvrages annexes.

A ce titre, le directeur dira que sa structure est chargée de promouvoir et de veiller à la gestion des ouvrages d’assainissement suivant les normes établies en la matière ; identifier, organiser et renforcer les capacités d’études  de réalisation d’infrastructure d’assainissement ; concevoir, coordonner, suivre et contrôler la réalisation des installations ou la réhabilitation des ouvrages et équipements etc…

Avant de souligner les problèmes de ressources financières qui freinent l’élan dans l’exécution des missions. Ajouter à cette situation, il a indiqué également le manque de ressources humaines qualifiées, le manque de fonds propres,  et surtout les difficultés d’application de l’accord d’établissement. Le directeur a mentionné dans sa présentation que malgré toutes ces difficultés, des efforts sont consentis pour l’amélioration du cadre de vie des populations.

Malgré les difficultés, la société a pu néanmoins enregistrer quelques résultats satisfaisants. On peut citer dans ce cadre, la construction de la station d’épuration des eaux usées de Sotuba et du point G, la réhabilitation  de la station d’épuration de Mopti etc…

Comme défis majeurs, il a noté la signature du projet de décret d’instauration d’une redevance assainissement, qui permettra de générer les ressources propres à l’agence. Le directeur général de l’Assainissement, Modibo Diallo, d’ajouter que la DNACPN a pris l’initiative de créer dans les jours futurs, les stations à boue, pour maximiser de l’espace, à long terme.

Prenant la parole, le représentant du personnel, Boubacar N’Golo Tangara  a évoqué quelques points qui préoccupent le personnel pour la bonne marche des tâches qui leur sont assignées. Il a cité entre autres, l’accord d’établissement de 2009 qui avait pour but d’améliorer les conditions de vie des travailleurs.

Accord qui, selon lui,  avait été adopté par le conseil d’administration, mais qui,  faute de fonds est toujours en attente. Il a également évoqué le cas de la station d’épuration de Sotuba qui, fait l’objet d’interpellations de l’agence par les populations riveraines de Sotuba qui se plaignent des nuisances qu’elle entraine.

En réponse, le ministre expliquera que les problèmes d’assainissement sont un véritable casse-tête à Bamako, car il reçoit les plaintes de partout. “Les populations riveraines se plaignent de la destruction des appareils électroniques par les produits utilisés par la station d’épuration et l’énergie du Mali“.

Il a donc saisi l’occasion pour interpeller l’Angesem à prendre des mesures pour résoudre ces problèmes. Parlant du schéma d’assainissement de Bamako, qui est une autre préoccupation majeure, le ministre a demandé de tout mettre en œuvre afin que ce projet qui a déjà bénéficié de l’appui des partenaires,  puisse démarrer.

Evoquant la redevance, le ministre a promis de réchauffer le dossier qui avait déjà été soumis en conseil des ministres, mais qui malheureusement est resté sans suite à cause des évènements du 22 mars.

La rencontre a pris fin par la visite des locaux.

Clarisse NJIKAM

PARTAGER