Opération pluies provoquées : Le Bénin s’inspire de l’expérience malienne

4

Opérations Pluies ProquéesAu regard de la réussite du programme des pluies provoquées au Mali, les ministres de l’Environnement et de l’Administration territoriale béninois sont venus à Bamako pour s’inspirer de l’expérience malienne.  Pour en savoir davantage, nous avons eu un entretien avec le coordinateur du programme des pluies provoquées, Mamadou Adama Diallo.

Lancé en 2006 pour améliorer la pluviométrie et la production agricole, le programme de l’opération « pluies provoquées » a été une réussite au Mali, nous a affirmé le coordinateur du programme, Mamadou Diallo. Selon lui,  le Mali a été appuyé par une société américaine, (Weather Modification Incoorporation) qui a une très grande expérience dans le domaine. A partir de 2009, elle est rentrée en groupement avec  une société privée  malienne du nom de Malian Aero Company (MAC) qui dirige les opérations avec grand succès. « La réussite  des opérations dépend de l’efficacité de la société qui mène les interventions. Il faut que l’avion soit dans les conditions adéquates, que la maintenance soit assurée, que les pilotes soient très expérimentés et disponibles. Toutes ces exigences pour la réussite des opérations sont de mise à MAC », a précisé notre interlocuteur.  Aux dires de M. Diallo, pendant les trois années d’expérience de Malian Aero Company, les opérations ont été menées régulièrement et les résultats ont été jugés satisfaisants. «La pluviométrie a augmenté d’une manière générale de 20 à 40% par endroit», a indiqué le coordinateur du programme des pluies provoquées. En ce qui concerne la production agricole, poursuivra-t-il,  le programme a contribué significativement à l’augmentation considérable de plus de 40% à l’échelle nationale.  Ces résultats font aujourd’hui que cette société nationale, MAC, fait l’objet de nombreuses sollicitations de part le monde. La Mauritanie a été le premier pays à solliciter  la société pour contribuer à boucler la saison des pluies. A cette demande, explique le coordinateur du programme, la société MAC a envoyé un avion qui s’est fait remarqué par son excellence.

Ensuite, cette année, ajoutera-t-il, compte tenu de la grave sécheresse qui secoue  le sud et le centre du Bénin, en cette période hivernale, les ministres béninois de l’Environnement et de l’Administration territoriale  sont à la recherche de solution. Informés de l’expérience et du succès de la Société MAC, ils se sont rendus à Bamako le lundi 19 août  pour s’enquérir de la riche expérience du Mali. Comptant sur la compétence de sa société, le gouvernement du Mali a répondu favorablement et entend mettre à contribution l’expertise de la MAC.

Faut-il le rappeler,  sur la période de 2006 à 2011, soit 5 ans, le budget pour le programme était estimé à environ 14 milliards. Pendant ce temps, certains se demandaient s’il ne fallait pas utiliser ces fonds pour compléter la production. Alors que sans pluies provoquées, le budget estimatif pour le complément de la production s’élevait à 18 milliards par an, soit 90 milliards en 5 ans.

Pour cette année, les opérations ont commencé le 27 juillet et coûteront  990.500.000 (neuf cent quatre vingt dix millions cinq cent mille francs CFA. Sur une prévision de 97 opérations, 27 ont été effectuées à la date du mercredi 21 août.

Oumar KONATE

PARTAGER

4 COMMENTAIRES

  1. Pourquoi on utilise pas cette technique aux US sachant que le gouvernement des USA des millards de $$ us pour eteindre les incendies qui ravage certains etats( Californie,Nevada, New Mexico….) a cause de la secheresse et pourtant c’est une societe americaine qui appuie ce programme au Mali.
    IBK il faut voir ca de pres 990.500.000 cfa soit pres de 1millard peuvent servir le MALI autrement.

    • c,est vrais ces genres de choses ont toujours des conséquences dans le futur c,est pourquoi les occidentaux ne les utilisent pas .ces techniques forcées diminuera la pluviométrie normale dans le futur.

    • Papa tu as tout compris, c’est juste des prétextes pour sortir l’argent des caisses et beaucoup plus facile d’un braquo , 1 milliard de cfa peut permettre à beaucoup d’agriculteurs de moderniser leurs méthodes de production , mais ça c’est concret et mesurable alors que pour les pluies provoqués c’est totalement abstrait, ils peuvent plus facilement faire croire que le travail a été fait .

      • La solution a vos craintes (vous 3)est d’avoir des structures chargees de suivre la bonne execution de ces projets. Sinon je ne trouve pas mal ces genres d’initiative personnellement. L’argent doit aller la ou c’est destine, tout le reste la est gerable 😉 .

Comments are closed.