Pénurie récurrentes d’eau dans les quartiers périphériques : La demande au-delà de l’offre

1

L’eau se fait désirer dans certains quartiers périphériques de Bamako. Yirimadjo, Attbougou, sirakoro font partie du lot. Depuis des semaines aucune goutte d’eau n’est sortie des canalisations de ces localités. Ceci est pour déplaire fortement aux riverains.

eauLes habitants des cités des 1008, 320 et 501 logements ont battu le macadam le weekend dernier. Plusieurs dizaines de personnes mécontentes ont manifesté dans la cité. Pire que cela, ils ont interdit la circulation à tout véhicule de transport dans le quartier plusieurs heures durant. En cause : la pénurie d’eau qui n’a que trop duré selon eux. « Plus de dix jours qu’aucune goutte d’eau ne coule de nos robinets », dit Fatim Diarra, habitante de la cité des 1008 logements. Cela, ils ne sauront plus le supporter. C’est à cet effet, que des femmes et des jeunes se sont rendus directement à la l’agence Somagep de Faladjè. Pour faire part aux responsables de la société distributrice d’eau de leur colère. « Nous avons également voulu savoir les causes de cette pénurie interminable », nous a indiqueé une personne anonyme qui a participé à la manifestation.

Selon lui, il s’avère que cette pénurie est récurrente en cette période de l’année dans certaines zones périphériques de la ville de Bamako. Elle a plusieurs causes selon le Pdg de la Somagep, Boubacar Kane. Lui évoque plusieurs facteurs. En premier, il évoque le déficit de production qui handicape la société malienne de gestion de l’eau potable. Ceci implique que la demande surpasse de loin l’offre. En second lieu, on peut retenir que les habitants souffrant de déficit d’eau sont en général mal positionnés par rapport au site de production d’eau. Il s’agit des zones périphériques telles que Yirimadio, les cités de Attbougou et Sirakoro entre autres. L’autre cause de la sous-distribution d’eau est la vétusté des canalisations et autres matériels. Dans le but de palier ces handicaps, l’état malien a entamé la construction de stations compactes d’eau à Missabougou et Kalabancoro. La fin des travaux est prévue au cours de cette année.

Dansira Dembélé

PARTAGER

1 commentaire

  1. Il semble que des barons de la SOMAGEP/SOMAPEP sont à l’origine de cette penerie d’eau. Certains ont des forages repartis entre les 1008 et Sirakoro Meguetana. Ces forages sont pris d’asseau ces temps-ci et un bidon de 20 litres coute 50 FCFA soit 2500 les 1000 l (1m3) ! C’est le moment pour ces personnes de se faire de l’argent sur le dos des paisibles populations. Le pire est que des écoles soient obligées de modifier leurs horaires parce que les èlèves font la corvé de 3h du matin jusqu’à 8h ou même 10h.

Comments are closed.