Situation du dépôt de transit de Lafiabougou : L’intervention de la CODEM prend du plomb dans l’aile

0

Le dépôt de transit de Lafiabougou est en train de se transformer en une véritable équation. C’est même devenu un cauchemar pour les riverains. En dépit des travaux grandeur nature, initiés unilatéralement par la Convergence pour le Développement du Mali (CODEM), pour nettoyer le dépôt, ce dernier est toujours méconnaissable.

En effet, outre les problèmes qu’il engendrait auparavant comme les odeurs nauséabondes, source de prolifération des bactéries et autres microbes, la détérioration de l’image de marque de la commune, un aléa de plus vient de s’ajouter à ce cocktail explosif. Il s’agit d’une montée spectaculaire des eaux au niveau de ce dépôt.

 Une situation qui risque de compromettre sérieusement les travaux de la CODEM. Car cette dernière risque d’être accusée par les riverains d’être à l’origine de cette situation en ce sens que l’une des pelleteuses aurait brisé un tuyau d’eau qui était enterré non loin des lieux. D’ailleurs, l’eau potable ne serait plus courante dans certains domiciles de Lafiabougou. Cet incident est survenu depuis lundi dernier soit le lendemain après le passage de la CODEM. Actuellement, l’accès à cet endroit pour les charretiers de la commune IV et même pour les femmes fouilleuses, relève d’un véritable parcours du combattant. Face à cette nouvelle donne, ils se voient obligés de faire carrément le détour ou mettre les pieds dans ces eaux infectées. “C’est encore pire qu’au moment de l’hivernage “, lance un charretier, visiblement dépité.”Si cette situation perdure, nous seront obligés de plier bagage“, clame une mère de famille presque au bord des larmes, qui s’indigne de l’indifférence des autorités municipales.

L’autre grande inquiétude qui gagne du terrain chez les riverains du dépôt, c’est le fait que ces eaux qui se mêlent à celles en provenance des fosses sceptiques, ne font que se propager. D’où la crainte de certains de les voir envahir leurs domiciles, ce qui serait une véritable menace pour la santé publique notamment chez les enfants. Cette situation risque de transformer les travaux de la CODEM en un véritable coup d’épée dans l’eau dans la mesure où ils n’auront servi à rien sauf peut-être à envenimer une situation déjà chaotique.

 D’autres se posent également la question  de savoir si cette action de la CODEM ne répond pas des objectifs électoralistes en vue de jeter le discrédit sur le maire de la commune, Moussa Mara, lui aussi candidat à la prochaine présidentielle au même titre que le leader de la CODEM l’honorable Ousseini Amion Guindo. Notons que malgré cet imbroglio, les autorités communales n’ont pas daigné se déplacer ne serait-ce que pou exprimer leur solidarité avec les riverains et mettre fin à ce calvaire qui n’a que trop duré.

D’autres assurent que cette tuyauterie conçue depuis des décennies, n’a plus la résistance nécessaire et cède facilement sous la pression des charges. La panique semble plus que jamais s’installer car les superficies couvertes par les eaux ne cessent de s’étendre, rendant les déplacements impossibles voire limités. Et les autorités ne semblent pas décidées à prendre le problème à bras le corps.

Maciré DIOP

PARTAGER