Stratégies locales d’adaptation au changement climatique : Bamako, Dakar et Ouagadougou font le point

0

Les résultats obtenus dans le cadre du Fonds de soutien aux stratégies locales d’adaptation au changement climatique (FSSA) étaient au centre d’une vidéoconférence, la semaine dernière, entre le Burkina Faso, le Mali et le Sénégal.

Organisée par la Coordination nationale des Organisations Paysannes du Mali (CNOP), en collaboration avec l’IED Afrique (Innovation, Enseignement, Développement), cette rencontre a regroupé une centaine de participants des trois pays. On y trouvait des cadres des organisations paysannes, des bénéficiaires, des hommes de médias et des partenaires techniques.

Selon les experts, les changements climatiques constituent l’une des plus grandes préoccupations de ce 21ème siècle. En effet, les activités humaines ont grandement contribué à l’augmentation de la concentration des gaz à effet de serre, de telle sorte que l’équilibre écologique de la planète s’en est trouvé modifié. Ce bouleversement se traduit, aujourd’hui, par une amplification des dynamiques climatiques et une augmentation, en fréquence et en intensité, des événements climatiques hors normes: cyclones, sécheresses, fortes précipitations, vagues de chaleur. Aujourd’hui, il est quasiment impossible d’éviter les conséquences des changements climatiques, qui risquent d’accentuer la vulnérabilité des populations du monde, en particulier celles des pays du Sahel.

Les institutions internationales, les gouvernements, les chercheurs, les bailleurs de fonds et autres acteurs de développement, accordent de plus en plus d’importance à ce phénomène mondial, pour tenter d’agir sur les causes (atténuation) et les conséquences des changements climatiques (adaptation). Beaucoup d’initiatives sont en train d’être mises en œuvre, surtout aux échelles globale, régionale et nationale. C’est dans ce cadre que le Fonds de Soutien aux Stratégies Locales d’Adaptation (FSSA) a été mis en place, dans le cadre du Programme Adaptation aux Changements Climatiques en Afrique (ACCA). Une initiative conjointe du Centre de recherche pour le développement international (CRDI) et du Department for international development (DFID). Coordonné par IED Afrique, le FSSA vise à mettre à la disposition des organisations communautaires rurales de base, de petites subventions, destinées à renforcer les initiatives qu’elles mettent en œuvre pour renforcer leurs capacités d’adaptation aux changements climatiques.

Ce Fonds fait ainsi un pari sur la capacité des populations rurales à assurer le leadership, aussi bien dans la définition des stratégies d’adaptation que dans la gestion directe des ressources allouées, pour renforcer leurs initiatives. Même si cette responsabilisation peut s’appuyer, au besoin, sur un accompagnement méthodologique et technique des organisations bénéficiaires par les partenaires techniques travaillant avec elles.

Le FSSA a pour objectif général d’améliorer les conditions de vies des communautés de base, à travers la réduction de leur vulnérabilité face aux changements et à la variabilité climatiques. Les objectifs spécifiques étant l’appui aux initiatives novatrices d’adaptation aux changements climatiques au Burkina Faso, au Mali et au Sénégal, à travers l’octroi de ressources financières, de conseils et d’appuis méthodologiques aux porteurs de projets; le renforcement du leadership et des capacités des communautés de base, dans le domaine de la gestion des subventions destinées à appuyer les initiatives d’adaptation aux changements climatiques; la mise en place d’un mécanisme de communication, de valorisation et de partage des démarches, informations et connaissances générées.

Le Fonds est destiné aux organisations rurales au Burkina Faso, au Mali et au Sénégal. La présente phase, d’une durée de 2 ans, couvre la période 2009 ‑ 2010. Au total, 11 projets d’adaptation, portés par des organisations paysannes, ont été financés.

Dans chacun de ces 3 pays, une plateforme paysanne a été identifiée pour assurer la coordination des activités. Ces plateformes sont la Confédération Paysanne du Faso (CPF) pour le Burkina Faso, la Coordination Nationale des Organisations de Producteurs (CNOP) pour le Mali et la Fédération des ONGs du Sénégal (FONGS) pour le Sénégal. Un Comité National de Pilotage (CNP), composé de personnes issues de différentes structures (la recherche, les ONG, les Ministères Techniques, etc.) est également mis en place dans chaque pays, pour appuyer les plateformes dans la définition des orientations stratégiques, la sélection des projets devant bénéficier de subvention, le suivi évaluation des activités, etc.

Lors de la vidéoconférence de jeudi dernier, le Coordinateur de la CNOP – Mali, Salif Sissoko, a souligné que le projet a permis aux acteurs «d’être plus regardants sur le changement climatique». Tout en ajoutant que «la problématique du changement climatique doit être traitée au niveau local». Boubacar Sidiki Dembélé, Directeur adjoint de l’Agence pour l’environnement et le développement durable (AEDD), a relevé que des femmes ont mis en place des coopératives fonctionnelles qui ont permis aux bénéficiaires d’avoir des notions sur le changement climatique.
Dans un futur proche, la CNOP – Mali organisera un atelier national sur le FSSA et une rencontre avec la presse.
Paul Mben  

PARTAGER