A la faveur d’une soirée de balani à Kalaban Coura : Sept adolescents violent une aide-ménagère de 15 ans

    0

    Depuis un certain temps, le gouvernement à travers le département du service social, mène une lutte acharnée contre les violences sur les mineurs. Aujourd’hui, ce même service est confronté à la recrudescence des viols collectifs perpétrés par des garçons mineurs sur les filles mineures.

    En l’espace de deux semaines, le commissariat du 11e arrondissement a enregistré deux cas de viol collectif.

    Le premier cas avait été commis à Kalaban dans la nuit du 17 au 18 août au cours d’une soirée de balani organisée par les jeunes du quartier.

    Aux environs de 19 heures 30 minutes, alors que la soirée battait déjà son plein, BT, une aide-ménagère de 15 ans s’est rendue comme toutes ses camarades sur les lieux. Elle fut, malheureusement, enlevée par sept jeunes, tous des mineurs, qui l’ont entraînée par la force dans une chambre à Salibougou. Elle fut violée à tour de rôle par les sept délinquants.

    Alertée, la police du commissariat du 11e arrondissement a aussitôt fait une descente sur les lieux. Ils réussirent à mettre la main sur S.K.15 ans, S.D. 16 ans, O.D.15 ans et H.D. 17 ans. Les trois autres n’ont pu être retrouvés.

    Sur les lieux, la police a retrouvé le caleçon de la victime, sa paire de chaussures et la carte d’identité de H.D.

    La particularité de ce viol collectif est que tous les petits délinquants, auteurs de cet acte criminel, sont des enfants de la rue, à l’exception de H.D. qui est un élève de la 7e année. Les quatre mineurs ont été remis au juge des enfants, mais en attendant, ils méditent leur acte à la prison des enfants de Bollé.

    Le deuxième viol a eu lieu à Sabalibougou. C’était dans la nuit du 6 au 7 septembre dernier où L. S, coiffeur de son état, âgé de 17 ans, avec deux de ses copains ont décidé de violer AD, une fille de 14 ans qui vivait avec L.S. Pour parvenir à leur fin, ils ont envoyé une fillette l’appeler. Ne se doutant de rien, AD est donc venue répondre à l’appel quand les trois délinquants l’ont  immobilisée avant de la violer à tour de rôle dans l’atelier de L.S. La victime est repartie chez elle en pleurant alerter ses parents qui ont aussitôt saisi la police du 11e arrondissement. Seul L.S a été retrouvé et déféré devant le tribunal de la commune V, ses deux complices ont pris la fuite.

    PARTAGER