Adultère à Bamako : Le Sms d’un directeur trahit la femme volage

    0
    2

    Le couple vivait en parfaite harmonie depuis quelques mois. Le choix porté sur Mariam par Seydou n’était pas du tout le bienvenu chez les parents du mari. Pourtant, ils auront raison sur Seydou. Hélas…

    Malgré l’opposition de ses parents, Seydou s’est entêté à prendre en mariage Mariam, une fille d’une beauté inimaginable. Tous ceux qui conseillaient Seydou en lui disant que Mariam n’était pas une fille sérieuse, devenaient aussitôt son ennemi. En réalité, Seydou a scellé le mariage avec cette dernière juste en février 2011 alors que la charmante continuait d’entretenir des relations amoureuses avec son directeur. Aucun lieu de l’entreprise n’est épargné pour le besoin. Un soir, de retour à la maison, Mariam s’affairait à la cuisine quand un message atterrit sur son téléphone portable laissé dans la chambre. Aussitôt, le brave Seydou se lève pour lire le message sans que cette dernière ne soit au courant. «Laisse ton imagination prendre chaque lettre de cet  sms pour un bouquet de fleurs qui chacune à leur tour te diraient combien je pense à toi. Tu es formidable au lit. Je pense tellement à nos ébats». Notre ami Seydou, qui n’avait pas bien compris ce message qui pourtant a failli lui couper le souffle, l’a relu plusieurs fois avant de se résigner à admettre que c’était bien ce qui était écrit. Mariam, sa bien-aimée, «tapait dans le dos». Par amour et par principe, il n’avait jamais pensé un seul instant que sa femme pouvait lui faire ça. Mais comme le mensonge est toujours rattrapé par la vérité, dit-on, Seydou a donc découvert l’infidélité de Mariam. Selon nos sources, tout tremblant, le jeune rejoint sa femme à la cuisine pour lui faire des remontrances. Mais du coup, il retourne dans sa chambre à coucher et s’habille pour aller voir son meilleur ami qui réside non loin de la maison. Ce dernier lui conseille de ne pas prendre l’affaire par la force, mais de mener des actions discrètes pour prendre sa femme la main dans le sac.

    Deux semaines après, tard dans la nuit, au moment où la femme prenait sa douche, le sms du boss atterrit encore et sans formalité. Seydou le lit.  Il demande à la femme de venir au boulot le lendemain matin. Il part vers les toilettes pour informer sa femme d’utiliser son portable pour envoyer un message à son ami. Mariam donne son accord sans hésitation. Après son bain, le mari l’informe qu’il a commis la maladresse de lire un de ses messages, il croyait que c’était son ami qui l’a répondu. Réplique de la dame: «Chose qui n’est pas grave, d’autant plus que c’est mon patron qui me demande de venir au boulot». Le lendemain, son mari lui a rappelé le message de son patron en lui précisant qu’il est l’heure de se rendre au boulot. Entre temps, Seydou recommande à son ami du quartier de prendre position pour surveiller le lieu de destination de sa femme. Le point de chute de Mariam n’est autre qu’un bar chinois situé non loin de l’hôtel Radisson Blu. Aussitôt venue, aussitôt servie à chaud. Mariam, ayant achevé «son travail dans une chambre, ne se doutait pas que son mari l’attendait à la porte. «Mariam, tu aurais dû me poignarder à mort, plutôt que de me tromper avec un autre homme» lui lance son époux cocu. Mariam tente des explications qui, en réalité, ne peuvent convaincre son mari. Notre ami Seydou, qui a compris que sa femme n’était pas du tout sérieuse, a demandé à cette dernière de ne plus jamais mettre pied chez lui pour chercher un seul effet. A l’heure où nous traçons ces lignes, les parents de Mariam tentent de convaincre Seydou par des médiations.
    Destin GNIMADI
     

    NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.