Aéroport International de Bamako/Sénou Saisi de plus d’un kg de la Métamphétamine, une drogue dure, dont la valeur marchande du kg se situe entre : 60 et 70 millions de FCFA…

    1

    Créer pour traquer les narcotrafiquants et lutter contre le transit, le trafic, la commercialisation et la consommation des stupéfiants ; la Cellule Aéroportuaire Anti Transit (Antenne de l’Office Central de lutte contre les Stupéfiants : OCS), placée sous la conduite du Lieutenant Alhader Maïga vient de frapper un grand coup, par l’arrestation d’un grand narcotrafiquant, Sékou Sidibé, et la saisie d’une quantité importante de la Métamphétamine (une drogue dure), dont la valeur marchande du kg se situerait entre : 60 et 70 millions de FCFA.

     

     

    En apprenant la nouvelle en rapport avec cette grosse saisie, notre rédaction a dépêché dans les bureaux de la Cellule Aéroportuaire Anti Transit (CAAT), l’antenne de l’Office Central de lutte contre les Stupéfiants), pour enfin publier plus d’amples informations à propos.

     

     

    Dans les commentaires, le chef de la Cellule, le Lieutenant Alhader Maïga et son adjoint, le Commissaire de police, Mamadou S. Coulibaly, ont soutenu que tout est parti d’une opération de ciblages des passagers devant emprunter différents en ce jour 31 octobre 2013, vers d’autres destinations (européennes, asiatiques et américaines).

     

     

    Pour mener à bon escient cette grande opération de démasquer des narcotrafiquants, la Cellule a dû bénéficier, le concours combien important, capital et précieux des compagnies de transport aériennes, notamment, la compagnie Air France. En effet, il ressort que le narcotrafiquant devrait prendre place à bord d’un avion de la compagnie Air France, pour l’Espagne via Paris.

     

     

    Le tact qui a permis aux agents de la Cellule Aéroportuaire Anti Transit d’aboutir à ce résultat, est le fait, que le Lieutenant Alhader Maïga et les membres de son équipe ont su garder leur sang froid, tout en ayant des yeux vigilants, sur les mouvements de  tous les passagers.

     

     

    Et c’est au moment de l’embarquement, vers 21h, que les agents de la Cellule ont interpellés les passagers, pour procéder à des fouilles très minutieuses de leurs bagages. Quant ils arrivaient aux bagages du sieur Sékou Sidibé, ils ont découverts à la surprise générale du personnel d’Air France et de tous les agents de sécurité de l’Aéroport international de Bamako-Sénou, une quantité de plus d’un kg de la Métamphétamine.

     

     

    Avant d’affirmer quoi que ce soi, le lieutenant Alhader Maïga, chef de la Cellule ; le Commissaire Mamadou S. Coulibaly, son adjoint et les agents qui formaient l’équipe de l’opération, ont tout d’abord procéder à des tests pour étayer leurs soupçons. Les tests, qui ont suivi, ont été concluants, attestant que le produit que transportait Sékou Sidibé était bel et bien de la drogue dure : La Métamphétamine.

     

     

    Cette drogue, serait vendue au kg, entre : 60 et 70 millions de FCFA. Mis devant les faits accomplis, Sékou Sidibé niant même l’évidence avait tenté de rouler nos vaillants soldats de sécurité dans la farine, mais c’était sans compter la rigueur du lieutenant Alhader Maïga et de son équipe. L’homme aurait rempli sa bouche d’une tartine de poudre qui n’était autre que du sel. Effectivement, confiant qu’il ne transportait que du sel, Sékou Sidibé avait bien préparé ses plans. Il avait mis à côté de la drogue du sel en sachets. Cette stratégie du narcotrafiquant, si elle marchait, Sékou Sidibé serait aujourd’hui en Espagne entrain de liquider sa marchandise.

     

     

    Actuellement sous les verrous, il devra répondre de ses faits devant la Justice. En attendant, un Procès verbal a été dressé par le Lieutenant Alhader Maïga à son sujet, pour information du patron de l’Office Central de lutte contre les Stupéfiants ; du ministre de la Sécurité et des plus hautes autorités du Mali.

     

    Par Zhao Ahmed Amadou Bamba

    lecoqcocoricoz@gmail.com

    Commentaires via Facebook :

    PARTAGER

    1 commentaire

    1. On laisse passer les gros caimans et emmerder les petits margouillas. Pourquoi ce Maiga n’est pas aller arreté l’avion (affaire coacaine) au nord du Mali. Si on averti pas ces autorités du mali il ne peut rien trouver d’eux meme.

    Comments are closed.