Alentour de la grande Mosquée de Bamako : Le coup de balaie de la mairie et des jeunes de la commune II

    0
    0





    C’était le  13 janvier dernier aux environs de 14h, donc tout juste après la grande prière de vendredi béni, qu’un groupe de jeunes est allé demander aux commerçants détaillants et aux coiffeurs installés sur l’espace situé à l’est de la Mosquée pour raison de salubrité. Quelques jours plutard, sous la conduite du maire de la commune II, Youssouf Coulibaly, un groupe de jeunes a procédé à l’enlèvement de l’ensemble des tables et étales de vente. Le nettoyage a fait place au déguerpissement et le maitre d’oeuvre s’appelle mairie de la commue II du District.

    Ils sont vendeurs de médicaments traditionnels, coiffeurs et autres commerçants à occuper cette place contigüe  à la mosquée. Il y a deux semaines,ils ont été priés de quitter les lieux pour une opération de salubrité qui, en réalité, était une opération de déguerpissement déguisée.

    Ces commerçants détaillants et coiffeurs qui n’avaient jamais reçu une  quelconque information dans ce sens, ne savent plus sur quel pied danser . Ils tournent toujours sur le même lieu pour pouvoir gagner leur pain quotidien.

    Depuis cette opération, les occupants des lieux dont de nombreux Nigérians vendeurs de ces fameux médicaments traditionnels, ont entamé des démarches auprès des autorités et des familles fondatrices de Bamako. 

    Selon le président de cette communauté,  Abdou-Ahamadou, ces démarches n’ont pas permis jusqu’à présent de savoir les raisons réelles de cette opération.

    Les mêmes démarches lui ont conduit au Commissariat de police du 3è Arrondissement où le Commissaire  n’était pas au courant de la situation. Il s’est, ensuite rendu, à là mairie de la Commune II où il n’a pas pu rencontrer le maire Youssouf Coulibaly. Selon certaines indiscrétions, le maire justifierait l’opération par le fait que la vente de certains produits ne serait pas appréciée par les résidents riverains.

    Le président de la communauté nigérianne a ajouté qu’il a été reçu par le maire central, Adama Sangaré, qui soutient qu’il n’était pas au courant de l’opération de déguerpissement dont ont été victimes les occupants des alentours de la grande mosquée de Bamako. Adama Sangaré a tout de même promis de s’impliquer dans la résolution de la crise.

    Par rapport aux vraies raisons de l’opération, certains pensent que le maire veut simplement attribuer l’espace en question à un individu pour des fins purement commerciales.

    En attendant de voire clair dans cette affaire, les occupants cherchent désespérément où s’installer pour subvenir aux besoins de leur famille. Affaire à suivre!                         

    Cléophas TYENOU

    Stagiaire

    NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.