Après un braquage à Djélibougou près de la Sotelma-SA Le bandit de grand chemin Seydou Wologuème dit ‘’De Gaulle’’ appréhendé par la Brigade Fluviale

    0

    Sayon Sanogo et sa copine Aissatou Sissoko ont été les victimes d’un braquage perpétré par une bande de quatre agresseurs dans la soirée du vendredi 5 Août. Les malfrats s’en sont tirés avec un téléphone portable et la somme de 45.515Ffa. Mais, dès le lendemain, un des auteurs a été appréhendé. Le sous-lieutenant Oumarou A. Dicko et l’adjoint chef Modibo Kéita de la Brigade Fluviale de Bamako ont bien voulu nous éclairer sur l’affaire.

    Alertée au lendemain des faits par les jeunes victimes, l’équipe de la Brigade fluviale du Quartier du Fleuve s’est rendue sur les lieux de l’agression afin de mener ses investigations.

    Selon Oumarou A Dicko, les jeunes tourtereaux, après une belle tournée nocturne en plein centre ville, ont été attaqués sur le chemin du retour par une bande de quatre malfrats, près de la Direction de la Sotelma à Djélibougou. Alors qu’ils se trouvaient à moto, Sayon a aperçu deux autres motos chevauchées par quatre individus qui se dirigeaient à toute allure vers eux. Ayant soupçonné la mauvaise intention de ces individus, il a brusquement accéléré la moto sans avoir pris au préalable le soin d’alerter sa copine Aissatou Sissoko, qui était assise derrière lui. Conséquence de son geste inopiné, la jeune fille a été projetée à terre car elle ne s’attendait pas à ce départ brusque.

    Le jeune homme, pris de panique, a abandonné sa copine entre les mains des malfrats qui l’ont dépouillée de son téléphone portable et de son sac à main qui contenait la somme de 45.515Fcfa. Les bandits ne se sont pas arrêtés là. Ils ont aussi tenté de la violer. C’est alors qu’elle leur dit qu’elle était indisposée. Sans trop insister, ils l’ont laissée partir, et ont décidé de poursuivre son compagnon qui a finalement réussi à leur échapper après de nombreuses péripéties.

    C’est ainsi que le jeune couple s’est présenté à la Brigade pour relater les faits et, par chance, il a indiqué avoir reconnu l’un des agresseurs, qui se nommerait Seydou wologuème dit de Gaulle. Grâce à cette information, la Brigade a mené son enquête jusqu’à trouver l’adresse du présumé auteur. L’équipe a procédé à une perquisition à son domicile et, fort heureusement l’a trouvé sur place. Il a tenté de résister mais a  été appréhendé. Après une fouille minutieuse de sa chambre, les gendarmes y découvriront le portable et le sac à main qu’il avait arraché la veille à la jeune Aissatou Sissoko. Ils ont aussi découvert une moto volée et du matériel servant à commettre des actes de vandalisme notamment des cisailles, un appareil photo et des couteaux commando. Après son arrestation, interrogé au sujet de l’agression du jeune couple qui a eu lieu à Djélibougou près de la Sotelma, le faux de Gaulle a avoué faire partie de la bande d’agresseurs ayant braqué le jeune Sayon Sanogo et sa copine Aissatou Sissoko.

    Il a aussi cité les noms de ses trois complices qui font l’objet d’intenses recherches. Il s’agit de Amsa de Dialakorodji, Moussa Diarra de Banconi et Cheikh Oumar Koné de Djélibougou. Cependant, le bandit a déclaré que ses compagnons étaient des sans domicile fixe (SDF) et que c’est seulement la nuit qu’ils se retrouvent pour opérer en groupe. Ils se partagent le butin la même nuit et le groupe se disloque à nouveau jusqu’à la nouvelle opération.

    Le sous-lieutenant Oumarou A Dicko nous a par la suite assuré que son équipe consacrerait le temps nécessaire à l’arrestation de ces bandits de grand chemin.

                  Affaire à suivre.

    Mohamed HAIDARA

     

    Après avoir tenté de voler une  moto Jakarta à Hamdallaye ACI :

     

    Un voleur de nationalité guinéenne battu  par la foule tombe dans le coma

    Dans l’après-midi du vendredi 5 août, à Hamdallaye ACI 2 000, un voleur de moto fut sauvé du lynchage grâce à la prompte intervention d’un élément de la Garde nationale. Auparavant, il avait été copieusement roué de coups jusqu’à ce qu’il tombe dans le coma.

    epuis un certain temps à Bamako, on assiste à une recrudescence des cas de vol. En effet, il ne se passe pas un jour sans que les journaux ne relatent dans leurs colonnes de nombreux cas de vol. C’est ainsi que, le vendredi dernier à  Hamdallaye ACI 2 000, les habitants de ce quartier ont failli brûler vif un voleur qui essayait de s’échapper sur une moto qu’il venait de  voler.

           Le voleur avait presque réussi à s’enfuir. Malheureusement, cherchant en vain une issue dans un quartier qu’il ne connaissait pas,  il a foncé dans un cul-de-sac  au niveau de  l’hôtel Columbus où il a été rattrapé par ses poursuivants. Commence alors un long interrogatoire accompagné d’une bastonnade sans mesure. Selon les témoignages recueillis,  l’intéressé avait tenté de voler une moto Jakarta dans le quartier devant une concession.  Voyant que cette moto était gardée par un enfant, le voleur, très futé, donna une pièce au petit  pour aller  lui chercher un sachet d’eau dans une boutique qui se trouvait dans les environs. Ne se doutant de rien, l’enfant s’exécuta en oubliant  la clé sur la moto.

         Le voleur a immédiatement démarré l’engin avant de prendre le large. Malheureusement pour lui, il fut poursuivi et rattrapé par la clameur publique. Il a été sérieusement molesté  avant d’être ligoté. Il était entre la vie et la mort.

         Au moment où la population s’apprêtait à le brûler vif, il fut sauvé in extremis du lynchage grâce à la prompte intervention d’un élément de la Garde nationale. Ce dernier alerta ainsi les éléments du 14e Arrondissement qui, avec le soutien de la Protection civile, le conduisit au CHU Gabriel Touré pour des soins. Selon les dernières informations reçues, ce voleur serait toujours entre la vie et la mort.

    Bandiougou DIABATE

     

    Commentaires via Facebook :

    PARTAGER