Assainissement des mœurs dans le District : Kimbiri l’homme à la cravache fait encore parler de lui

    18

    La crise actuelle a atteint presque tous les domaines du secteur économique. Pour preuve, ce sont les promoteurs de l’hôtellerie et surtout des chambres de passe qui sont les plus affectés. La cherté de la vie a poussé les habitués des chambres de passe à choisir les places publiques sans frais. C’est ainsi que les espaces verts, comme les cours  des services publics, les écoles, les terrains de foot, les maisons en chantier, et même l’intérieur de certains bureaux de l’administration, sont pris d’assaut à certaines heures de la nuit par les coureurs de jupons et les oiseaux de nuit.

    Dr Mohamed Kimbiri
    Dr Mohamed Kimbiri

    Comme si l’espace de leurs domaines de prédilection s’amenuisait, parce que la convoitise s’accroit de jour en jour. Leur dernière trouvaille ce sont les nouveaux hangars construits pour la police de la circulation routière. La nouvelle forme de ces hangars fait de ces lieux une véritable cachette.

    Le ridicule ne tue plus au Mali. Comment comprendre que ces hangars soient transformés à certaines heures de la nuit en chambres de passe ?

    Le vendredi 8 mars dernier,  les habitués du tronçon de l’avenue de la Liberté ont été désagréablement surpris par une scène inhabituelle. Le hangar nouvellement construit pour la police de la circulation routière a reçu la visite d’un personnage tout aussi inhabituel. Armé d’un gourdin, et posté devant le hangar de la police entre le Jardin Public de la Mairie du District et le Carrefour des jeunes,  Mohamed Kimbiri a encore défrayé la chronique. Nous vous rafraichissons la mémoire avec le lynchage de la grande dame qui s’est dénudée en plein milieu du pont des Martyrs par cet homme. Encore, c’est lui qui a osé montrer un fouet (bougounika) au président ATT lors de son dernier 8 juin à Koulouba comme seule alternative contre la dépravation des mœurs au Mali.

    Informé de la nouvelle utilisation de ces hangars par des noctambules, l’homme à la cravache, a effectué quelques visites inopinées dans certains hangars de la police, prisés par les coureurs de jupons et les mauvais garçons. La nouvelle forme architecturale de ces hangars fait de ces lieux une véritable cachette pour les mauvais garçons.

    Ce jour là, Mohamed Kimbiri à l’approche du hangar situé entre le Jardin Public de la Mairie du District et le Carrefour  des jeunes, devant le Ministère de l’éducation observait la silhouette de deux individus à l’intérieur. Pour en avoir le cœur net, il s’approcha du hangar, et curieusement entendit des petites paroles mêlées à de petits rires d’un homme et d’une femme.

    Surpris par cette découverte, il bondit sur les nouveaux locataires pour leur barrer la sortie en leur posant deux questions : ”  qui êtes vous, et que faites vous ici ? “. L’homme garda son sang froid en répondant qu’il s’appelle Bekaye Fané et qu’il fait partie d’une patrouille de police qui chasse les prostituées.

    Surpris et abasourdi, car un homme, de surcroit d’une patrouille de la police, et une femme à moitié nue au fond d’un hangar de la police routière en cette période de la nuit n’a pas  du tout convaincu le visiteur du moment.

    Brusquement, il sort son fouet et assène quelques coups de cravache sur la tête du faux policier, et ce fut le sauve qui peut. La bonne dame dans sa fuite a pris la rue Malitel. L’homme dans sa fuite escalada les murs du jardin public de la Mairie du District. Son poursuivant en fit autant et continua à lui assener des coups de cravache. Il escalada enfin un autre mur et disparut dans le quartier de Darsalam dans l’obscurité.

    Kimbiri retourna au hangar de la police et monta la garde jusqu’à  un certain moment de la nuit avant d’aller à ses préoccupations religieuses de la prière du Fadjr.

    Depuis le jour du passage salutaire de l’homme à la cravache, le nouveau hangar de la police situé entre le Jardin Public de la Mairie du District et le carrefour des jeunes a connu une certaine accalmie selon les populations avoisinantes, qui assistaient  souvent à  des scènes de sexualité bestiales dignes d’un film porno.

    Par Dramane Diakité, Fonctionnaire à la retraite

    PARTAGER

    18 COMMENTAIRES

    1. Monsieur KIMBIRI, il n y a pas de police islamique à Bamako. Vous auriez pu exercer votre vocation dans le nord du pays il y a quelques mois. S.V.P, évitez à l’avenir de tels excès qui pourraient vous coûter très cher physiquement, car vous êtes quelqu’un de très connu et vos victimes pourraient vous agresser, histoire de vengeance. C’est une affaire de moeurs qui revient à la police, juste un coup de fil aurait suffit et vous auriez accompli votre devoir de bon citoyen, qui n’a rien à voir avec la religion.

    2. slt Mr KIMBIRI. Viens nous visiter aussi. N’oublies pas d’ apporter une tonne de gravache.

    3. Après le Mali, j’inviterai Kimbiri ici au jardin du Parc Monceau (lieu public) où on peut voir 2 hommes (ou 2 meufs) s’embrasser sans gène…on verra combien de coups de cravache il donnera…pourvu que l’on ne lui dise ceci: “de quoi je me mêle, pauvr’vieux C…”?
      :mrgreen:

    4. PAUVRE MALIBA! JADIS PAYS DE LA DIGNITE ET DES BONNES MOEURS JE NE TE RECONNAIS PLUS! COMMENT EN EST-ON ARRIVE LA? VIEUX ET JEUNES, HOMMES ET FEMMES, TOUS S’ADONNENT A LA FORNICATION SANS HONTE, ET PLUS ENCORE DANS DES ESPACES PUBLIQUES! J’AI PEUR DU FUTUR!ALLAH KA AN SOUTOURA!

    5. JUSTEMENT , IL FAUT ENCOURAGER LE COMPORTEMENT DE L’HOMME À LA CRAVACHE CAR L’ÉDUCATION EST EN DÉCLIN AU MALI; LE HANGAR A ÉTÉ CONSTRUIT POUR ASSURER LA SÉCURITÉ DES LIEUX DANS LA CAPITALE ET NON POUR DES ACTES SEXUELS SATANIQUES DES GENS SANS FOI NI LOI; NOUS NE SOMMES PAS DES ANIMAUX. APRÈS , ILS OSERONT FAIRE MÊME DEVANT LA FOULE ;
      APRÈS ON S ‘ÉTONNE DU MANQUE DE RESPECT, DANS TOUS LES DOMAINES, DANS NOTRE PAYS.
      PAUVRE MALI ! QUELLE ÉDUCATION POUR LA GÉNÉRATION FUTURE ! QUELLE VALEURS À LUI TRANSMETTRE !

      • Ma chère assanatou.L’on comprend bien votre opinion.Mais tel que Kimbiri le fait, n’est pas la bonne solution puisque nous avons la police et la gendarmerie pour ça.Et puis est-ce que KIMBIRI a même le droit de frapper les personnes ‘majeures et vaccinées” qui ne sont pas ses enfants?Pendant qu’il intervient sous le hangar du jardin public, d’autres choses se passent sous d’autres hangars de Bamako.Ce n’est pas d’ailleurs sous ces hangars que les choses ont commencé: sous les hangards de nos marchés-dans les classes de nos écoles-dans les jardins d’enfants “Sabugnouma”….il y a tellement de lieu de débauche à Bamako!Et les enfants que toi tu veux “proteger” savent déjà ça depuis!Ils regardent des films Brésiliens-indiens…

      • MAIS IL Y A DES LIBERTÉS QUI SONT TRÈS DANGEREUSES; PERSONNELLEMENT J’APPROUVE LA RÉACTION DE L’HOMME À LA CRAVACHE; VOUS ALLEZ VOIR COMMENT LE SIDA ET D’AUTRES MALADIES SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES VONT EXPLOSER AU MALI.
        ACTUELLEMENT , ON EST ENTRAIN DE PAYER LES CONSÉQUENCES DE PLUSIEURS DÉCENNIES D’UN FLÉAU SOCIAL QUI ” A ENLEVÉ LA BARAKA” DANS LA SOCIÉTÉ: EH BIEN ! C’EST LA GROSSESSE DES ADOLESCENTES DE 13-14 ANS NON FIANCÉES ET NON MARIÉES . C’EST UN VRAI PROBLÈME DANS LA SOCIÉTÉ MALIENNE;ELLES METTENT AU MONDE DES FUTURS DÉLINQUANTS, DES FUTURS ADULTES SANS FOI NI LOI, SANS ÉDUCATIONS ET SANS” BARAKA”.
        CE PROBLÈME A COMMENCÉ AU MALI DANS LES ANNÉES 1975, AU FIL DES DÉCENNIES IL A PRIS DE L’AMPLEUR CAR TOUT LE MONDE A FERMÉ LES YEUX : LES PARENTS , L ÉTAT ETC..;
        LE SEXE EST SACRÉ, SA VULGARISATION ENTRAÎNE LA MALÉDICTION DANS LA SOCIÉTÉ=

    6. Mais qu’est-ce cet article a d’intérêt pour les lecteurs! Vraiment, il faut respecter les lecteurs et s’occuper des vrais problèmes que le pays connait actuellement!

      • cet article est intéressant car il montre à quel point notre société est devenue pourrie; après , ça dépend de l’éducation que chacun de nous a reçue dans sa famille;
        la vulgarisation excessive de l’acte sexuel entraîne la naissance d’un grand nombre d’enfants sans bénédiction( sans baraka) donc des futurs adultes sans “baraka” avec des mauvais comportements nuisibles au développement du pays tels que le manque d’éducation; manque de sérieux dans tous les domaines;
        elle favorise aussi l’explosion des maladies vénériennes dans le pays. je peux donc , dire que cet article est intéressant parce qu’il évoque une des origines des problèmes actuels du MALI : L’ARGENT FACILE , LE SEXE FACILE ( SANS LE MOINDRE SOUCI DE L’ÉDUCATION DE L’ENFANT QUI VA NAITRE, SANS LE MOINDRE SOUCI QUE C’EST UNE CHARGE SUPPLÉMENTAIRE POUR LES GRAND-PARENTS),D’OÙ LA DÉGRADATION DES MOEURS

    7. c est dommage qu on encourage des comportements de la sorte si c est vrai; ils devaient porter plainte.

      • cet article est intéressant car il montre à quel point notre société est devenue pourrie; après , ça dépend de l’éducation que chacun de nous a reçue dans sa famille;
        la vulgarisation excessive de l’acte sexuel entraîne la naissance d’un grand nombre d’enfants sans bénédiction( sans baraka) donc des futurs adultes sans “baraka” avec des mauvais comportements nuisibles au développement du pays tels que le manque d’éducation; manque de sérieux dans tous les domaines;
        elle favorise aussi l’explosion des maladies vénériennes dans le pays. je peux donc , dire que cet article est intéressant parce qu’il évoque une des origines des problèmes actuels du MALI : L’ARGENT FACILE , LE SEXE FACILE ( SANS LE MOINDRE SOUCI DE L’ÉDUCATION DE L’ENFANT QUI VA NAITRE, SANS LE MOINDRE SOUCI QUE C’EST UNE CHARGE SUPPLÉMENTAIRE POUR LES GRAND-PARENTS),D’OÙ LA DÉGRADATION DES MOEURS

      • hey bilakoro ticôrôni tu mérites aussi la visite de l’homme à la caravache, pour être bien flafélé !

    Comments are closed.