Assassinat de 3 personnes en avril à Tiebani : L’inspecteur Paparé et ses éléments découvrent le pot aux roses

Commentaires fermés [-] Texte [+] Email Imprimer

Les nommés Mamadou Bagayogo et Salif Traoré qui étaient en cavale, après avoir tiré à bout portant sur Mamadou Diallo, Bièdi Kéita et Mamadou Mory Cissé dans la nuit du 26 avril 2012 pour 2 motos Jakarta, à Tièbani ont été mis sous les verrous par la Brigade de recherche du 13e arrondissement le 5 novembre dernier. Ce démantèlement a donné raison aux innocents inculpés par la gendarmerie de Kalabancoro et le tribunal de la première instance de la ville de Kati au moment des faits.

 Tout est parti dans la nuit du 26 avril 2012, lorsque deux braqueurs se sont rendus dans une famille Diallo à Tièbani pour enlever deux motos Jakarta, un membre de la famille est sorti du nom de Mamadou Diallo pour résister aux malfrats.

Lors de cette opération l’un des braqueurs a tiré sur M. Diallo. Avec le coup de feu les habitants de la zone se sont sortis et a pu mettre la main sur Mamadou Bagayogo. Son complice Bourama Ballo qui avait pris la tangente est revenu sur ses pas. A son retour, il a tiré sur la foule, faisant tomber 3 personnes (Béidi Kéita, Mamadou Mory Cissé et Salia Bagayogo).

Les nommés Biédi Kéita et Mamadou Mory Cissé ont succombé sur le coût. Quant à Salia Bagayogo, continue de suivre ses soins médicaux jusqu’à présent. De ce cafouillage, Mamadou Bagayogo a pu échapper à la vindicte populaire et ils sont partis avec leurs butins.

La Gendarmerie de Kalabancoro, saisie de l’affaire a mis la main sur la copine de Mamadou Bagayogo, Bafouné Koné et certains individus supposés d’être les auteurs. La copine s’est échappée à la gendarmerie, en coupant les grilles du violon. Qu’à cela ne tienne, les autres ont été inculpés par le tribunal de la première instance de la ville Kati. Ces individus pries pour coupable continuent de payer les frais des crimes commis par Mamadou Bagayogo, Salif Traoré et Bourama Ballo

Mais grâce au courage et patience, l’inspecteur principal, Seydou Sanogo dit Papari et ses hommes  Adjudant chef, Modibo Traoré, Moise Baya, Sékou du 13e arrondissement ont mis la main sur Mamadou Bagayogo dans la nuit du 5 novembre dernier. L’un des vrais acteurs de ce crime crapuleux qui a reconnu facilement avoir faits les actes.

Après avoir mis la main sur cet élément essentiel de la bande, il a démasqué le chef de fil, Salif Traoré qui leurs donnaient des armes, des matériaux nécessaires pour toutes les opérations et recevait tous les butins. Lorsque  le chef a été arrêté, il a fait tout son possible pour pouvoir cacher Mamadou Bagayogo dans la région de Sikasso.

Chose qui a poussé les éléments de la Brigade de recherche du 13e arrondissement a effectué 2 missions à Sikasso. Jusqu’à présent le nommé Mamadou est toujours en fuite, mais les enquêtes restent ouvertes. Les deux malfrats ont été mis à la disposition du procureur du tribunal pour tranche leurs sorts.

Nabila Ibrahim Sogoba 

 

COMMUNE RURALE DU MANDE

La BT de Bamako-coura démantèle encore un réseau de voleurs de bétails

 

Un grand réseau de voleurs de bétails a été démantelé après vingt ans d’existence. Le joli coup de filets est l’œuvre des éléments du Lieutenant Lassana Tamba Keïta, Chef de  la Brigade territoriale de la gendarmerie de Bamako.

 Des décennies en train de perturber le sommeil des paysans et éleveurs du milieu, l’un des grands réseaux de voleurs de bétails du Mandé vient d’être démantelé.

Le samedi 17 novembre 2012, les éléments du Chef de la brigade territoriale de la gendarmerie de Bamako-coura, Lieutenant Lassana Tamba Keïta ont mis le grappin sur la bande à Niama Dembélé qui s’est longtemps illustrée par une kleptomanie bovine redoutable.

Les faits :

Il était 4 h 30 mn quand, lors d’une fouille de routine opérée à la barrière de Samako II par l’adjudant Seydou Sacko, l’adjudant Alain Diarra, MDL-Chef Alpha Macky Tall et MDL-Chef Moussa Tamba Keïta ont découvert une importante quantité de viande bovine dans une Sotrama de marque Toyota, immatriculée T 8784 MD, conduite par un certain Niama Traoré. La quantité de viande saisie était celle de trois bœufs. Le butin devrait d’abord transiter par le domicile d’un certain Drissa Sangaré dit Niangara à Niamakoro, avant d’être écoulé sur différents marchés de Bamako.

Coincé par les gendarmes, le chauffeur de la Sotrama, Niama Traoré, a avoué que la viande serait destinée à un boucher domicilié à Daoudabougou du nom de Niama Dembélé.

Après reconstitutions des bribes d’informations, il s’est avéré que la viande en question est issue des bœufs abattus à Kamalé (Commune rurale du Mandé) dont les vrais propriétaires (les victimes) ont été ensuite identifiés dans ce même village.

Le chauffeur et deux membres du réseau, à savoir Mamadou Diarra et Mamoutou Bamian (tous mis aux arrêts au même endroit), ont été conduits en présence des victimes sur un marché pour vendre la viande saisie. C’était également en présence du maire de la Commune du Mandé.

Une enquête ouverte a permis de faire tomber le masque d’un cacique de la vente de viande d’animaux volés. Il s’agit de Niama Dembélé. Un nom familier dans les registres des commissariats de police. Un héros qui a le secret (financier bien sûr) de sortir des mailles des filets de la police chaque fois qu’il est interpellé.

Cette sulfureuse réputation va motiver les gendarmes à pousser l’enquête et remonter toutes les ramifications du réseau mafieux. C’est ainsi qu’un certain Boubacar Bah, résident dans la Commune du Mandé a été aussi démasqué. Il s’agit là d’un autre élément dangereux qui repère le jour ses victimes, les cohabite (s’il le faut) aux fins de les filer nuitamment « aux bras armés » du réseau.

Plusieurs paysans ont été ainsi soulagés de leurs bœufs de labour à des moments cruciaux des travaux hivernaux. Des bœufs qui seraient aussitôt abattus avant d’être acheminés sur les marchés de la capitale.

Si le chauffeur reconnait être à sa deuxième participation à un tel vol, les nommés Mamadou Diarra et Mamoutou Bamian n’ont pu dire combien de fois ils ont pris part à de telles opérations.

Ils sont à la solde d’un « insatiable vautour » du nom de Niama Dembélé, réputé cerveau du réseau de voleurs de bétails dans les villages environnants de Bamako.

Quelques heures seulement après l’arrestation de certains de ses éléments, ses victimes se dénombrent dans 9 villages de la Commune rurale du Mandé.

Pour l’adjoint du CB de la BT de la gendarmerie de Bamako-coura, Major N’Tji Samaké, il faut une coopération des populations pour démasquer ces genres de réseaux qui se dévelloppent dans nos villages. En tandem avec un adjoint aussi engagé comme lui, le CB Lassana Tamba Keïta, a mis hors d’état de nuire de nombreux réseaux de voleurs de bétails et de motos Djakarta.

Les 4 malfrats qui viennent d’être mis aux arrêts ont été présentés hier au procureur de Kati à des fins judicaires. En attendant les recherches sont en cours pour retrouver le chef de file en fuite, Niama Dembélé.

Youssouf Coulibaly

 

 

SOURCE:  du   21 nov 2012.