Attribution du marché des bulletins, spécimen et isoloirs : Le gré à gré d’ATT et de Kafougouna Koné…décrié

    0
    0





    C’est ce que laisse entendre le célèbre confrère « Jeune Afrique » dans sa parution d’il y a quelques jours. Selon nos confrères, le consortium Planor Monaco a été choisi au cours d’un appel d’offres international lancé par le gouvernement malien. Il devient le troisième opérateur qui décroche une licence téléphonique après « Orange-Mali ». Le montant est de 84 millions d’Euros, soit plus de 55 milliards de nos francs contrairement à ses concurrents directs : Bharti Airtel (30 millions d’Euros) et Viettel (16,5 millions d’Euros). Il faut ajouter selon JA que le consortium est piloté par la banque « Linkstone Capital » et le cabinet « Bird and Bird ».

    Une belle moisson de 55 milliards de nos francs pour le Ministre des télécommunications qui réussit un Jackpot au quel il ne s’attendait pas, eux qui tablaient sur 50 millions d’Euros en ce début d’année 2012 et à quelques mois de « l’élection présidentielle du 29 avril ».

     

    Signé le 22 décembre dernier par le Président de la République, le Premier Ministre, le Ministre de l’Administration Territoriale et des Collectivités Locales ainsi que son homologue en charge du budget, le marché d’attribution pour la fabrication des bulletins de vote, d’isoloirs et de spécimen continue de faire couler beaucoup d’ancre. Et pour cause, cette attribution qui viole les textes maliens en la matière crève les yeux à en croire des spécialistes car les règles élémentaires ont été sciemment violées. Pour le Patronat qui vient de porter plainte contre le gouvernement malien au près de la cour de Justice de la CEDEAO, croit dur comme fer qu’il sera mis dans ses droits. Pourtant à en croire nos sources, le marché a déjà commencé à être exécuté et devra durée au moins huit mois (08). Selon des sources concordantes, cette attribution de marché à la société Inskriptt basée à Abidjan n’est qu’un prétexte pour brouiller les cartes car le libanais en question qui vient de remporter le Jackpot de ce début d’année, entretiendrait d’étroites relations avec un des beaux-fils du chef de l’Etat. Pour la majeure partie des imprimeurs qui ont été cueilli à froid par l’attribution en catimini du marché au libanais, il y a un lien fort entre le beau-fils du Président de la République et le Directeur Général d’Inskriptt Technologie, basée à Abidjan.

     

    En tout cas, nos imprimeurs sont dans des difficultés car beaucoup d’entre eux avaient déjà contractés des prêts dans nos banques pour réviser leurs machines, d’autres ont même payée de nouvelles (de dernière génération) pour la circonstance par ce qu’ils pensaient que ce marché leur sera octroyé comme d’’habitude. Le choc a été terrible et les soucis se sont multipliés face à des créanciers impatients d’être payés. Pour le moment, les pouvoirs publics restent de marbre face à leurs plaintes. Même devant la cour de Justice de l’UEMOA.

     

    Marché de gré à gré

    En fait, le marché de gré à gré qui a été signé loin de regards indiscrets, par le Président ATT lui-même (décret n°824 du 22 décembre 2011 en guise de rappel), son ami et compagnon de toujours, Général Kafougouna Koné, le Premier Ministre ainsi que le Ministre délégué chargé du Budget, Sambou Wagué, est de nos jours fortement décrié par nos opérateurs économiques. Il reste à savoir si ce marché sera cassé. « Ce qui sera très difficile » nous confie un observateur avisé par ce que dit-il : « le temps presse et la présidentielle du 29 avril s‘approche à grands pas ». Et surtout que la donne au nord Mali dévie les regards et les attentions sur une situation révoltante qui est traitée avec un laxisme déconcertant par nos gouvernants. Qui l’aurait cru ? Surtout sous la coupe d’un Général nommé ATT et compagnons les grands spécialistes de la guerre et de règlement des conflits à travers le Continent !

    Ardo

    NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.