Bamako by night : Une nuit à la foire des prostituées

116 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Le fléau était considéré comme un tabou depuis les âges farouches de notre société traditionnelle jusqu’à un passé récent des années postindépendance. Même ces années réservaient un regard des plus répugnants de nos concitoyens aux plus méprisants sur les filles qui osaient pratiquer cette activité surnommée ‘’le plus vieux métier du monde’. Bamako, capitale moderne et cosmopolite, abrite aujourd’hui une diversité de communautés,  donc de mœurs, de  valeurs et de vertus.

Face aux conditions difficiles et très exigeantes qu’impose la vie en cité, chacun y va de sa petite expertise ou de sa petite expérience pour  s’assurer une survie quotidienne plus ou moins acceptable et digne. Elle est acceptée et  reconnue dans des contrées respectueuses de la liberté individuelle où libertinage dicte sa loi. Dans tous les cas, de grands pays comme la France, l’Allemagne et les Etats Unis ont admis  la prostitution au rang de profession qui bénéficie de droits et par conséquent, est rétablie  dans sa dignité. Qu’en est-il de l’état de la situation au Mali et à Bamako en particulier ? Qu’en est-il de la législation au niveau national ? Notre reporter a mené son enquête dans les  coulisses des deux terrains, à savoir chez les prostituées et chez les autorités de régulation.

Dans le quartier du centre de Bolibana, il est 20 h et le bar reçoit ses hôtesses et ses premiers clients, chacun d’eux vient dans un objectif  particulier : d’aucuns pour étancher leur soif d’alcool, les autres s’y dirigent pour satisfaire leur vice. Dans cette foule amassée et souvent amicale dans la pièce, on a pu repérer une jeune fille en jupette qui affiche un air étrange et qui semble quelque peu apeurée; mais qu’on ne s’y trompe pas, elle est juste en face de personnes inhabituelles et plutôt dépaysées par l’atmosphère féerique qui y règne. Un instant et l’environnement devient moyennement cordial à la faveur d’une sucrerie alors après un temps de garantie de confiance à nous requis, elle s’en remet à Dieu et décide de parler à cœur ouvert : « Je suis à Badalabougou, je suis une malienne et je viens fréquemment les soirs du coté du centre ville pour éviter des rencontres désagréables avec des connaissances. En ce qui concerne les motivations, vous m’excuserez, je ne peux que faire mention de mon cas personnel. Je suis mère de famille avec un enfant alors vous comprendrez que j’ai une grande responsabilité vis-à-vis de ma progéniture .Ainsi en journée, je suis agent de nettoyage dans un hôpital et le plus souvent je viens ici la pour arrondir mes gains. »

L’équipe de reportage se dirige alors vers un des hauts lieux de la prostitution de la capitale à l’ACI Hamdalaye où les nombreux bars, restos, snacks, motels et boites de nuit rivalisent d’ardeur et de prestige. D’abord à l’entrée du quartier, aux environs de 23 H, quelques jeunes filles se postent comme par hasard dans le rayon des archives nationales et selon un noctambule, il se serait fait une fois piégé par une inconnue pendant une de ses randonnées nocturnes. Il s’est fait arrêter par une jeune fille dans les parages qui lui demanda, primo de la descendre un peu plus devant pour lui permettre de rejoindre son domicile; épris  de générosité ou de galanterie que sais-je? Toutefois, chemin faisant, la jeune fille ne se signalait aucunement, mais au contraire semblait adorer ce qui se transforma en promenade amoureuse. Notre ami, quelque peu confus, lui demanda ou voudrait-elle précisément descendre, mais zut…

Au moment de réaliser ce qui lui arrivait, il se retrouve en compagnie de la fille dans un lit d’hôtel. La fille en question n’était qu’une fille de joie, dans un registre inhabituel et des plus osés, qui peut surprendre plus d’un et pour le charme de qui, d’aucuns comme le pauvre M.S, pourraient tout simplement succomber. UN peu plus loin, nous voici dans la citadelle brillante et rayonnante confrontés à l’embarras du choix. En effet, nous étant déclaré novice, nous n’étions pas en manque de propositions de la part de  nos hôtes qui ne tarissent pas d’ardeur et de stratégies…. La suite dans nos prochains numéros.

Epharaim Junior, stagiaire

 

SOURCE:  du   28 déc 2012.    

116 Réactions à Bamako by night : Une nuit à la foire des prostituées

  1. Touré Ibrahim

    Zizi blanc, des «putes au pouvoir» quel contresens! Etre pute, c’est être sous un pouvoir. Les Chinois, pas grave d’être avec l’avenir du monde. Ce qui dérange notre présent, c’est votre passé. Islamiste qui baise gratis, dandy qui ameute à sa transaction. Du Casanova valet, l’auditeur fuyait. La baise de l’autre c’est passionnant, mais qu’en éprouver d’une autre bite ? Sois prince quand on perd le Nord. Sais-tu que des filles n’y peuvent plus déambuler.

  2. coulibalycoulibaly

    l’offre existe parcequ’il y a la demande. Les prostitués existent au Mali parcequ’il ya des clients maliens. Si ces clients decide aujoud’hui d’arreter de payer pour avoir du plaisir sexuel la prostitution prendra fin imediatement. Oubien ?

  3. serenissime

    bullshit!laissez cet article a foudkgblanche neige

  4. Touré Ibrahim

    C’est quoi ces histoires de baise,empirismes, gauloiseries? On est où là, à Bordel sur Seine ou dans le Mali occupé?

    • blanche neige

      eh Touré zinzin ,il est préférable de voir le Mali occupé par des putes que par des barbus :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: ……….de toute façon si un jour vous arrivez à vous debarasser des islamistes ,vous serez occupés par les chinois :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol:

  5. kalou wague

    CET tres bon pour les selibataires de bamako

  6. anti

    La France n’a rien reconnu du tout, elle ne fait que ramasser des impôts

  7. Broulayi

    Le plus vieux métier du monde… c’est la cueillette des pommes… :-D

    Si Adan n’avait pas goutté à cette maudite pomme qui lui est restée à travers la gorge… :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

    Broulayi … qui pense que… Moussa Ag lui aussi pense que nous serions restés au paradis, avec nos 90 vierges éternelles… :-D :-D :-D

    • blanche neige

      Brou Brou , 90 vierges au paradis , çà ne fait que 3 mois de consommation ,aprés elles ne sont plus vierges :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol:

      • Broulayi

        Espèce de mécréant mangeur de cochon… :mrgreen: tu ne verras pas le paradis :-D

        Un jour au paradis… ça dure une éternité ! :-D … Et l’éternité… c’est long… très long… surtout vers la fin… :-D :-D :-D

      • Sans pisser

        Que veux-tu mon frère, nous vivons au siècle du consommable et du jetable!

        Les vierges, c’est comme les rasoirs bic ou les kleenex: Après usage, elles sont… beaucoup moins vierges qu’avant! :-D :-D :-D :-D :-D :-D :-D

    • Sans s'presser

      … »Si Adan n’avait pas goutté à cette maudite pomme qui lui est restée à travers la gorge »

      C’est ce qu’on appelle « avoir eu un pépin »! :-D :-D :-D :-D :-D