Le cannibale de Safo n’est pas fou : Transféré du cabanon à la prison

    8

    Le cannibale de  Safo n’est pas fou canibaleAu regard de cette décision de transfèrement du cannibale de Safo de l’hôpital psychiatrique du Point-G à la Maison centrale d’arrêt de Bamako-Coura vendredi dernier, la thèse de la démence visant à expliquer son geste est fortement remise en cause.

     

    C’est vendredi dernier que le suspect a été délogé du cabanon pour la Maison Centrale d’Arrêt (M.C.A). Une décision qui change tout. Absolument tout !

     

    Pour rappel, Bouattou Niaré dit Babadjan est accusé de meurtre et de cannibalisme sur la personne de Aminata Niaré, élève de 6e Année à l’école fondamentale de N’zorokoro- village, Fils de Bakary Niaré dit Bakaryblén et de Setou Coulibaly. Le drame est survenu le vendredi 08 aout dernier dans le hameau de Djoman Diarra à N’zorokoro Niare (Safo). L’individu a froidement assommé puis éventré la fillette d’à peine 11 ans avant de se mettre à manger ses entrailles.

     

    Après son arrestation par les éléments de la brigade de gendarmerie de Sangarébougou, ses parents exhiberont un certificat démence attestant qu’il ne jouit pas de toutes ses facultés. Il fut donc gardé quelques temps à la Gendarmerie avant d’être mis à la disposition des psychiatres de l’hôpital du Point-G. Mais coup de théâtre : il vient d’être transféré à la Maison Centrale d’arrêt.

     

    Si, pour des raisons liées au serment d’Hippocrate, les médecins se refusent à tout commentaire, ils reconnaissent cependant que l’admission et/ou la sortie d’un patient du centre est toujours conditionnée à un test. Indiscrétion largement suffisante pour comprendre que le suspect Bouattou Niaré a échoué à son examen. Il n’est donc pas fou. Et il n’a jamais séjourné dans ce centre. Sa place n’était donc pas au cabanon, mais en prison. Il y fut donc conduit vendredi dernier.

     

    C’est dire alors qu’une procédure judiciaire est désormais lancée contre lui. Occasion pour les enquêteurs de connaître l’origine profonde des rumeurs de folie le concernant. Qui y avait intérêt ? Là commence une autre histoire.

    A suivre

     

    B.S. Diarra

    PARTAGER

    8 COMMENTAIRES

    1. Mais un constat, il resemble beaucoup á Amadou Haya Sanogo! Il doit même joindre ce dernier á Sinlingué.

    2. meme sur le plan traditionnel il nest pas difficile de tester sa santé mentale

    3. plus d’injustice dans ce pays ,les criminels n’ont plus leurs place parmi les autres. VIVE LA JUSTICE

      • Souleymane SAngare FEticheur a vidé ousmane SAngare jeune père de famille de son sang pour arroser ses fetiches. les faits se sont deroulés a Finkolo ganadougou. il n’a fait qu’une seule année en prison. Relacher par le tribunal de Kignan il se promene en Homme libre aujourd’hui dans le meme village devant les regards impuissants de tous les villageois. lui n’etait pas sous l’emprise de la grogue « haya »

    4. on doit le tuer ce salaud, et inculper son père qui a délivré un faut papier disant qu’il est fou de complicité. Que Dieu ait pitié de l’âme de la pauvre petite. Amine

    5. Ce monsieur ne mérite pas le droit, si sa thèse de folie n’est pas vérifiée

    Comments are closed.