Carambolage meurtrier sur la route de Koulikoro : Le nombre des victimes a été revu à la hausse

    0
    0

    Selon une source sécuritaire, le nombre de décès, suite au carambolage sur la route Bamako-Koulikoro, le mardi dernier, a été revu à la hausse, passant de sept à huit avec le décès d’un blessé grave.

    Pour raisons d’enquête, les autorités de la gendarmerie de Koulikoro, que nous avons rencontrées, n’ont pas pu fournir des complètements d’information sur les circonstances du tragique accident. Cependant, plusieurs sources soutiennent la première hypothèse avancée dans notre précédente parution, à savoir  que l’accident a été provoqué lorsque le chauffeur du camion benne a voulu éviter un malade mental qui se trouvait sur la voie. Ces sources signalent que ce déséquilibré serait mort lui aussi.

    Il est à noter que la journée de mercredi 14 décembre, lendemain du drame, fut une journée profondément sombre pour la ville de Koulikoro et ses environs. Au centre de santé de référence de la ville, la direction et la morgue furent prises d’assaut par les parents des victimes. La désolation et la déception se lisaient sur leurs visages.

    Dans le village de Koula, qui a enregistré le plus grand nombre de décès, la population a été profondément  affectée par la triste nouvelle.

    Les ressortissants de ce village étaient les plus nombreux à prendre d’assaut le centre de santé. Certains en pleurant les morts, d’autres en protestant énergiquement  contre la régularité de ces accidents mortels et l’inadmissible passivité des autorités maliennes  face à ce phénomène qui ne fait que croître.

    Il en est de même pour la population de Koulikoro ville prise de commisération pour les victimes de cet énième accident tragique et leurs familles durement éprouvées.

     

    Sous le coup de la colère, certains demandent la suppression pure et simple de la circulation des camions benne sur l’axe Koulikoro -Bamako. D’autres souhaitent que les auteurs de ces horreurs soient jugés et condamnés conformément à la loi. Mais, comme ces engins de destruction massive appartiendraient à des gros bonnets de ce pays, certains proposent la solution de la justice populaire, même si elle est loin d’être conforme à la loi, c’est-à-dire brûler tous les camions bennes qui tueraient un humain comme c’est trop souvent le cas sur l’axe routier de Koulikoro-Bamako.           

        Zoumana NAYTE, correspondant


    NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.