Centre International de Conférence de Bamako : Palais ou Enfer pour les travailleurs ?

    1
    0

    Depuis trois ans, les travailleurs du Centre International de Conférence de Bamako (CICB) vivent dans un calvaire qui ne dit pas son nom. Et cela, disent-ils, à cause de la gestion laxiste des premiers responsables de cette structure censée être une vitrine de notre capitale.
    «C’est nous qui accueillons ici au CICB les plus hautes autorités de ce pays, d’Afrique et du monde entier. Nous nous efforçons d’accueillir nos hôtes dans le plus grand respect et dans les meilleures conditions. Mais, nos supérieurs ne nous considèrent pas du tout. Ils nous traitent comme des animaux. Ce que nous vivons est plus que l’enfer», nous confie un employé du CICIB, très remonté.
    Notre interlocuteur précise que depuis 2009, le président de la République Amadou Toumani Touré avait demandé aux responsables de l’ex-Palais des Congrès d’octroyer un pourcentage à chaque travailleur. Depuis lors, plus rien. Pas d’avancement, pas de promotion, pas de grade ! C’est le silence radio.
    Passés de contractuels aux conventionnels, ces travailleurs du CICB croyaient que leurs conditions de vie et de travail allaient changer. Mais aujourd’hui, leur rêve s’est transformé en cauchemar.
    On nous apprend aussi que depuis 2009, il était promis aux agents du CICB l’accord d’établissement. Mais, deux Conseils d’Administration se sont tenus depuis ce temps, sans résoudre ce problème. C’est pourquoi la semaine dernière, les syndicalistes du CICB se sont réunis pour débattre de ce sujet qui leur tient à cœur.
    Ils réclament même un Conseil extraordinaire qui permettra de débattre avec leurs supérieurs hiérarchiques des problèmes qui les rongent. D’aucuns estiment que si ce Conseil extraordinaire n’est pas tenu pour apaiser les cœurs meurtris, il n’y aura pas d’élection présidentielle couplée du Référendum au CICB.
    En tout cas, la nouvelle Directrice générale du CICB, Commandant Mariétou Dembélé, a du pain sur la planche. A elle donc de savoir écouter et résoudre les problèmes de ses agents qui soutiennent également que si rien n’est fait dans le sens de l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail, ils iront en grève.
    Bruno LOMA

    NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.
    Trier par :   les plus récents | les plus anciens | les mieux notés
    Le Paysan<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 57</span>
    Membre
    Le Paysan 57
    4 années 6 mois plus tôt

    C’est vraiement grave ce qui se passe dans ce pays! Pourquoi s’evertue ton toujours à prendre pour des insectes, moins que rien, les braves gens qui font tourner les structures?
    Quel est le problème?
    Le CICB ne génere pas les revenus attendus?
    Est il en situation de perte?
    les travailleurs connaissent ils les bilans annuels?
    Ces bilans sont ils deficitaires?
    Est il difficile de comprendre que plus une entreprise marche bien, tout le monde (administrateurs et travailleurs) y tire son compte?

    Arretons de prendre les gens pour des pigeons! Gagnez dignement et fièrement sa vie pour nourrir sa famille fait partie des aspirations profondes de tout etre humain! Comprendre cela et arretez d’etre moins nombriliste fera avancer la qualité de la vie dans la cité!

    wpDiscuz