Commune II du District de Bamako : Le marché de Missira envahi par les toxicomanes de jour comme de nuit

    6

    stup LochesCe qui se passe dans ce marché peut être l’objet du scénario d’un film à succès. Les dealers ne s’en cachent même pas et sont de tous âges à défiler en longueur de journée pour prendre ” leurs doses ” dans ce marché.

    Bien que cela soit digne d’un film de Hollywood, c’est malheureusement la triste réalité de ce quartier. Assis par groupe et à même le sol, ces jeunes désœuvrés passent sans gène et comme si leur pratique honteuse était normale.

    Selon un habitant qui a requis l’anonymat, la présence des toxicomanes à Missira surtout au marché est liée au fait qu’ils ont été chassés de ” Colombie, un lieu où l’on vend de la drogue,  non loin du 3e arrondissement“. L’orateur d’ajouter que le phénomène devient inquiétant et les autorités communales doivent jouer leur rôle pour assainir le marché de ces “drogués“. Il affirmera que pendant la nuit, le marché se transforme en un lieu de bordel dont l’insécurité règne en maître absolu. Un autre a fait remarquer que la nuit, c’est la Californie. ” Ils ne font pas que consommer de la drogue, la prostitution est aussi très développée. La nuit les femmes viennent pour en consommer. Il y en a qui sont avec des mineures. Et, à cause d’une dose, elles sont capables de se prostituer ”  témoigne-t-il. “Nous qui sommes, au marché, sont habitués à voir ces gens-là. Nous les avons chassés en vain. Ils disent que le marché ne nous appartient pas. Le pire est que c’est ici qu’ils viennent vendre ou échanger leurs butins du jour ” révèle-t-il.

    Pour lui, l’aménagement du marché de Missira par Aminata Dramane Traoré était perçu comme une bonne chose.

    De nos jours, il cause un préjudice si rien n’est fait pour empêcher cette dépravation.  En tout cas, les autorités communales sont vivement interpellées. Elles doivent prendre à bras le corps le problème afin de réprimer cette pratique qui n’a que trop duré et empoisonne la vie des habitués de ce marché.

         

    Ramata TEMBELY

     

     

     

     

    PARTAGER

    6 COMMENTAIRES

    1. Certains se droguent par des seringues, et qui sont également porteur du VIH sida. Ces seringues infecté peuvent contaminer les innocents,notament les enfants.Il faut lutter contre ce fléau à tout prix pour eviter la popagation du VIH.

    2. Ce n’est pas le seul coin fréquenté par les toxicomanes à Missira. Un jardin entouré par des fils barbelés sur la rue 16 à côté du grand collecteur séparant Missira de Médine, au Nord de la rue 14 par Madame KEÏTA Marielle une française et Wagué un immigré venu de la France, crée aujourd’hui énormément de problèmes aux riverains de ce jardin. Cette femme bien vrais que mariée à un malien mort depuis, nourrit une haine contre ses voisins de par son agissement, qu’elle a chassé de ce jardin. Depuis lors des jeunes drogués ont élu domicile dans ce lieu touffu. Ils s’y droguent jour et nuit. En certaines heures de la nuit, cet endroit est évité par les passants avisés et les bonnes à tout faire qui sont souvent agressées et violées. Je crois que les autorités communales, la chefferie locale et la police doivent prendre des mesures nécessaires pure éradiquer ce fléau. Et que Madame KEÏTA et Wagué sachent que cet espace publique, ne saurait être une propriété privée. 😯

    3. Beaucoup d’Etats aux USA commence à dépénaliser le cannabis, cocaïne et héroïne sont trop cher pour le Malien normal … Donc les dégâts c’est surtout les comprimés ou la pharmacie et la douane ne font pas leur boulot.

    4. 😈 😈 😈 😈 🙄 🙄 🙄 🙄 ➡ ➡ ➡ ❓ ❓ ❓ ❓ ,il faut que la population se révolte point bas ,ou une descente de la police ❓ ❓ ❓ 😯 😯 😯

    5. Je propose que les jeunes s`organisent en milice pour aller les mater sur place. Mais si ce sont ses mêmes jeunes qui sont les dealers alors bonjour les dégâts.
      En faisant une ou deux descentes nocturnes, ils vont laisser le coin.

    6. L’addiction est une maladie, donc dependance. Il faudra que les autorites trouvent des moyens de desitoxications pour ces pauvres personnes, et recuperer ceux et celles qui peuvent l’etre.
      Aussi la brigarde des moeurs doit faire son travail en plus d’une sensibilisation poussee de la part du gouvernement. Sinon ce fleau n’apporte que des problems lies a la criminalite de tous genres, sociaux, familiaux etc…

    Comments are closed.