Contentieux Babani F. Sissoko- Bouka Djigué: Qui protège le député ancien milliardaire ?

    0
    Depuis le mois d’avril 2006 à ce lundi 30 octobre, le quinquagénaire homme d’affaires malien, Bouka Djigué, se promène avec une grosse d’expulsion contre le député de Dabia, Babani dit Foutango Sissoko. Impossible pour lui de trouver un agent d’exécution pour déloger par la force l’ancien milliardaire de son domicile familial sis au quartier Hippodrome. Et pourtant, à en croire le conseil de M. Djigué, Me Mamadou Moustapha Sow, par le jugement n° 378 du 12 octobre 2005, le tribunal de Première instance de la commune II du District de Bamako a déclaré Bouka Djigué adjudicataire de l’immeuble objet du titre foncier n° 2896 du livre foncier de Bamako sis Hippodrome, saisi sur Babani Foutango Sissoko.
    Mieux, toujours selon Me Sow, la décision a été rendue en dernier ressort et la mutation du titre déjà faite en son nom depuis le 12 décembre 2005 par le Conservateur de la propriété foncière. Or, malgré le commandement invitant à quitter les lieux à lui signifié le 2 janvier 2006, Babani dit Foutango Sissoko ‘’continue d’occuper les lieux sans droit, ni titre et refuse de les vider. Et empêche le désormais propriétaire de l’immeuble, à savoir, Bouka Djigué, de jouir de son droit de propriété.
    Incroyable, mais vrai
    A en croire le conseil de M. Djigué, le commissaire de police du 3e arrondissement, Moussa Sissoko, refuse de mettre des policiers à la disposition de l’huissier désigné pour sortir Babani et sa famille de force de l’immeuble qui lui appartient désormais. Le Commissaire de police, toujours aux dires de Me Sow, explique son refus par une injonction venant du sommet. De quel sommet fait-il allusion ? En attendant, sans chercher de midi à 14 heures, Me Sow et son client sont passés à la vitesse supérieure, en portant plainte auprès du Procureur de la république de la CII, contre le Commissaire du 3e arrondissement de police, le Contrôleur général Moussa Sissoko, pour «délit de refus d’un service légalement dû», une nouvelle infraction reconnue semblerait-il par l’Ohada.
    La Garde des sceaux, Me Fanta Sylla, en a été informée au même titre que le Premier ministre, Ousmane Issoufi Maïga.
    Des dessous jusqu’ici insoupçonnés
    En marge de l’affaire Babani Sissoko /Bouka Djigué, un autre gros scandale pourrait éclater dans les tout prochains jours dans le sillage de l’honorable député de Dabia. Une affaire liée à la cession aux Libyens de l’immeuble en chantier de l’Hôtel «Mariétou Palace » qui met en jeu de grosses sommes d’argent et en cause de grosses personnalités du pays.
    A en croire nos sources, les sous provenant de la vente de l’hôtel inachevé seraient déjà à Bamako et logés dans l’une des banques de la place. Combien ça fait et quelles sont les personnes impliquées dans la gestion de cette autre affaire ? A jeudi

    Sory HAIDARA

    PARTAGER