Des rumeurs sur sa vie : Enfin, Penzy parle

    0
    20





    Le Mali avance à grand pas dans le domaine du RAP and SOUL MUSIC. Et l’un des précurseurs de ce généreux mouvement solidaires des frères de la rue, se trouve être le jeune artiste rappeur : Tahirou Hanguiné, plus connu sous le nom de PENZY. Ces temps ci, il était, au cœur d’une folle rumeur, sous les feux de rampe de l’actualité, qui faisait état de sa mort dans un accident de la circulation.

    En effet, selon les informations qui ont pignon sur rue, le jeune rappeur, un des plus influents de sa génération, s’est trouvé au cœur d’une folle rumeur bien bamakoise, il y a quelques temps seulement (deux mois environ).

    Ces rumeurs donnaient Penzy mort sur certaines langues, et dans d’autres bouches, il avait tout simplement tué des policiers en service, alors qu’il conduisait en état d’ivresse, au volant de sa voiture.

    Et pour répondre à toutes ces personnes, Penzy a simplement préféré répondre aussi humblement qu’il en a coutume et qu’il sait très bien le faire, en composant un pur produit d’un morceau à belle et exceptionnelle facture. D’une dimension totale tout simplement.

    Ce tube est sorti à la fin même de l’année 2011, et s’intitule «ACCIDENT». Il fait aujourd’hui beaucoup parler et jaser et compte déjà parmi les plus célèbres chansons du Rap Malien.

    Au-delà des jeunes, comme c’est si souvent le cas, Penzy a bien séduit beaucoup d’autres personnes même ; notamment les policiers à qui il rend un grand hommage dans le morceau en question. Penzy y relate de A à Z l’accident qu’il a fait, et comment cet accident s’est produit ?

    D’après les paroles de la chanson, Penzy explique : «c’est une voiture Toyota Carina II, immatriculée A 1892 MD’’ qui a brûlé le feu tricolore et s’est arrêtée au beau milieu de la route. En venant du coté de Faladié, j’ai tout fait pour l’éviter ; et en l’évitant, je suis rentré dans le hangar des policiers. Toumani et Alou ont été blessés par la suite…».

    Ainsi, Penzy dément instantanément, beaucoup d’autres allégations formulées contre lui, par-ci, par-là. A la fin de ce titre, Penzy dit même avoir tout pardonner, et prie pour le prompt rétablissement des deux policiers blessés dans cet accident, aux causes célèbres déjà connues de tous aujourd’hui.

    Approché par nos soins, Penzy n’a pas voulu faire de commentaire. En tout cas, ATT avait raison de mettre l’accent sur le compte des rumeurs persistantes, foisonnant dans Bamako, après l’affaire «bé bi Ba bolo».

    On est donc tous averti de faire gaffe et attention, à ne pas prendre des vessies pour des lanternes, en prenant pour vraies, toutes rumeurs folles, sordides et persistantes, comme tout bon argent comptant à l’avenir.

    Abassi BAH

     

    NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.