Détournement frauduleux de communications sur le réseau d’Orange Mali : La Brigade d’investigation judiciaire met aux arrêts deux Maliens et est aux trousses d’un Camerounais tête du réseau

    7
    Papa Mamby Keita
    Papa Mamby Keita

    Elle effectue ses propres recherches et fini par découvrir sur une fraude qui a déjà causé un important manque à gagner à Orange et à l’Etat malien.

    De quoi s’agit-i ? Un Camerounais basé aux Etats Unis (tête du réseau) a remis à deux jeunes Maliens, Seydou et Sidi Touré, des équipements qui servaient à détourer les communications mobiles de la société Orange et à les passer sur leurs propres installations. A travers cette pratique, les fraudeurs parviennent à capter des sommes importantes que Orange doit réaliser sur ces communications provenant de l’extérieur. En contre partie, l’escroc verse mensuellement une somme de 200 000 F CFA aux deux jeunes, qui exploitent un cyber café, sis à Hamdallaye ACI, non loin du siège d’Orange Mali.

    Le réseau a opéré pendant quelques mois, avant d’être démantelé dans la nuit du lundi dernier, aux environs de 20h. Grâce à une intervention de la Bij, ayant bénéficié du soutien technologique de Orange Mali, le réseau a été démantelé. Le travail technique de recherche (des pirates) a été conduit de main de maitre par la section cybercriminalité de la Bij et dirigée par l’inspecteur de police, Papa Mambi Keïta.  A la suite de plusieurs jours de recherches virtuelles, Papa Mambi et ses hommes ont fini par mettre le grappin sur Sidi Touré (comptable) et son grand frère, Seydou. A l’interrogatoire ils  reconnaissent les faits et passent aux aveux, sans tergiverser. Une perquisition menée au niveau de leur cyber, puis à domicile, a permis de saisir la machine qui était utilisée. Il s’agit d’une machine dans laquelle peuvent être incorporée plus d’une centaine de puces Orange. Un lot important de 276 puces Orange alimentée chacune de 5000 F CFA de crédit plus un bonus de 10 000 F CFA, fait également parti de la belle moisson sur laquelle sont tombés les agents de la section cybercriminalité.

    Aujourd’hui, les recherches continuent en vue de mettre la main sur le Camerounais, tête de file du réseau. Quant à ses deux complices maliens, ils réfléchissent présentement sur leur sort au fond de leur cellule.

    Beaucoup d’individus malveillants, adeptes de la cybercriminalité, pensent pouvoir abuser de la sorte Orange Mali. Mais, elles se trompent lourdement, car la société Orange Mali dispose aujourd’hui d’équipements de haute technologie qui lui permettent d’avoir un total contrôle sur tout son réseau.  Quant à l’inspecteur Papa Mambi Keïta, chef de la section cybercriminalité de la Bij, il promet de mener une traque sans merci aux cybercriminels.  «Ils doivent comprendre que la technologie laisse toujours des traces… », avertit t-il.

    Papa Sow

    PARTAGER

    7 COMMENTAIRES

    1. Bravo à la police malienne pour cette opération , et bon courage à orange Mali !!!!!!!!!!

    2. Ma petite activité professionnelle m’a conduit dans beaucoup pays. Mais je n’ai jamais vu ailleurs des puces se vendre comme cela se fait au Mali. Au moment ou notre pays est sous la coupe du terrorisme criminel, cette situation n’interpelle personne, même les pouvoirs publics qui sont censés s’occuper de notre sécurité. Ailleurs, la société civile aurait fortement interpellé pouvoirs publics et opérateurs de téléphonie mobile. Au Mali, c’est le laisser-aller.

    3. Oui bien sûr avec leur puces promotionnelles qui continuent à appauvrir les paisibles citoyens.
      Mais il faut noter un fait que si les jeunes gens ont réussi à se procurer des centaines de puces Orange-Mali, c’est que les puces se vendent comme du pain. La vente doit être réglementée sur présentation d’une pièce d’identité soumise à un strict contrôle.

    4. bon ils ont reussi à voler orange mali, la police les arrete; mais orange mali vole tous les jours ses clients au vu et au su de l’état malien sans etre inquietée. Alors c’est deux poids deux mesures. libérez les jeunes gens ,ils ont pris tout juste un peu de ce qui appartient à la population

    Comments are closed.