Elle surprend son époux en pleins ébats avec sa tante

    0
    Tambacounda en est encore tout retourné et les habitants n’en reviennent toujours pas. B.N est un agent de contrôle dans un service étatique bien particulier. Prêt à tout pour satisfaire sa libido, il n’a trouvé rien de mieux à faire que d’entretenir des relations coupables avec A.K, qui se trouve être la tante de son épouse. En effet, les deux tourtereaux ont été surpris en pleine démonstration de gymnastique horizontale.
    Les faits ont eu lieu, le dernier vendredi du mois de ramadan dans le quartier périphérique de Gourel Diadié. Pour mieux vous camper dans l’histoire de ce délit qui défraie la chronique, et dans lequel cet agent de contrôle a été surpris par sa deuxième femme, M.K. Il faudra retourner quelques années en arrière. Il y a plus d’une décennie, l’agent de contrôle, B.N est tombé amoureux de M.K, qui est une fille d’un de ses meilleurs amis chauffeur.
     La passion était telle entre les deux tourtereaux que le mariage était inévitable, avec la complicité de l’ami de l’agent de contrôle et père de la fille, par ailleurs. L’agent de contrôle, B.K et la fille de son ami, M.K se marient dans une mosquée sise au quartier Gouye.
    L’union fut célébrée avec faste dans ce dit quartier où était domiciliée l’épouse M.K. Sans tarder, le couple s’arrange rapidement pour se trouver un nid douillet dans ce quartier en compagnie de la 1ére épouse de l’agent avant de déménager au quartier Saré Guilél. Le ménage fonctionne à merveille et chacun essaie de jouer sa partition pour satisfaire son partenaire. De cette union, naîtront 3 bouts de Dieu. Seulement au bout de quelques années de mariage, les choses se gâtèrent avec l’incursion malheureuse faite par l’agent de contrôle, un obsédé sexuel de la pire espèce au domicile de ses beaux-parents qui ne se doutaient de rien. Et de fil en aiguille, l’agent finit par sympathiser avec A.K, la nouvelle épouse de son ami intime. Cela finira par une liaison amoureuse.
    Loin des yeux, les deux tourtereaux se voyaient souvent en cachette dans une maison malfamée au quartier périphérique de Gourel Diadié pour s’envoler en l’air. Mais comme toute chose a une fin. Le stratagème finit par être découvert. Et dans la journée du dernier vendredi du mois béni de ramadan, aux environs de 11 heures, un coup de fil anonyme parvient à l’épouse de l’agent de contrôle, M.K. Lequel coup de fil fait état de la présence de son époux en compagnie de sa tante dans une maison malfamée à Gourel Diadié. Prenant son courage à deux mains, M.K rapplique dare-dare sur le lieu indiqué et s’impatiente devant la porte au bout de quelques minutes. Pour y voir clair, elle tire la porte qui n’était pas fermée à clef. Elle manque de s’évanouir face au spectacle que lui offrait le couple adultérin. Nus comme des vers, Monsieur donnait des cours de gymnastique à la dame. « Bett nalén » (je vous ai surpris), lance-t-elle horrifiée. Sentant les carottes cuites, l’époux infidèle enfile son pantalon et demande à sa femme « Sanguema soutoura », avant de prendre ses jambes à son cou. Quant à sa tante en pleurs, elle sort, triste, et tente de donner des explications à la femme de son amant, en présence des témoins.
     Informée par M.K, la famille sentant son honneur bafoué, s’est saisi des bagages de leur tante qu’elle expédie dehors, en attendant de pied ferme le retour à la maison de leur tante qui est finalement retournée chez ses parents à son village d’origine.
    L’épouse cocue est retournée à Saré Guilel avant de prendre tous ses bagages, et regagner le domicile de ses parents à Gouye. Cette rocambolesque histoire a mis Tambacounda dans tous ses états, et alimente les différentes conversations de ses habitants. L’époux infidèle demeure jusqu’ici introuvable, mais continue d’aller au boulot dans un service administratif de l’Etat situé au quartier Liberté de Tambacounda.
     
                     L’Office

    PARTAGER