Faits divers : Nana et Tonton sur la colline du savoir

    2

    A Bamako, il est de coutume d’appeler Koulouba, colline du pouvoir car abritant la prĂ©sidence de la RĂ©publique et la colline de Badalabougou, celle du savoir en raison de la prĂ©sence de structures universitaires. Pour ces raisons Ă©voquĂ©es, les deux collines se disputent une certaine renommĂ©e mais voilĂ  que depuis quelques annĂ©es, la colline du savoir est en train de perdre son prestige d’antan en raison de pratiques peu orthodoxes qui s’y passent quasi quotidiennement. A cet effet, nous vous narrons une histoire Ă  vous faire couper le souffle concernant une jeune Ă©tudiante et son copain, la cinquantaine bien sonnĂ©e.

    Sur la colline de Badalabougou, se trouve le plus grand internat scolaire du Mali qui abrite des milliers de personnes parmi lesquelles des Ă©tudiants et d’autres n’ayant rien Ă  voir avec les Ă©tudes composĂ©s de travailleurs et autres. Pour cela, l’activitĂ© y est intense et se mène 24h / 24

    Nous vous rappelons tout cela pour vous permettre de cerner les contours de l’histoire que nous allons vous narrer. Elle concerne une jeune Ă©tudiante et son copain, la cinquantaine bien sonnĂ©e. Il s’agit de l’Ă©tudiante Nana et son amant Ibrim dit Tonton.

    Tonton Ă©tait d’une largesse et d’une gentillesse qui ne pouvaient laisser Nana indiffĂ©rente et pour cause, d’après elle-mĂŞme, sa garde-robe fut renouvelĂ©e quelques semaines dès que les choses ont commencĂ© Ă  baigner comme dans l’huile. Tous les besoins de la ” petite ” Ă©taient financièrement pris en compte par Tonton qui a fini par lui acheter une moto Jakarta. Nana Ă©tait devenue la miss de son bloc. A l’internat, les locataires sont rĂ©partis entre blocs pour filles et pour garçons. Nana partageait sa chambre avec quatre autre filles qui l’enviaient Ă©normĂ©ment pour tous les soins dont elle faisait l’objet de la part de Tonton.

    Lorsque les filles sont dans de pareilles conditions, elles aiment raconter voire partager ce ” bonheur ” avec leurs copines et autres connaissances.

    C’est ainsi qu’en dĂ©but de semaine dernière, elle insista auprès d’une de ses innombrables copines pour qu’elle vienne causer avec son copain qu’elle appelle son ” Boss ” en raison de l’immense ” investissement ” qu’il fait presque tous les jours. Rendez-vous fut pris pour le jeudi dans la chambre de Nana. Auparavant, elle en informa son Boss qui n’y voyait aucun inconvĂ©nient, bien au contraire, selon Nana, il contribua Ă  hauteur de 25.000 F CFA en cette pĂ©riode de conjoncture pour la seule journĂ©e. Que voulez-vous ? Le plaisir n’a pas de prix, il a juste un coĂ»t, et beaucoup n’y font pas trop attention.

    Comme un enfant gâtĂ©, le ” Boss “ arriva le premier, prit place et se mit franchement Ă  ” l’aise “. Au mĂŞme moment, Nana s’affairait pour mettre les choses bien au point et en sortir la ” tĂŞte haute “. Ses copines se suivent dans des va et vient interminables. Tout ça, Ă  l’honneur de Tonton.

    Nana Ă©tait heureuse, Tonton aux anges, la journĂ©e se passe comme dans un conte de fĂ©e jusqu’au moment oĂą arriva l’invitĂ©e de marque de Nana, qui s’appelle Djènè. Pour la circonstance, elle s’Ă©tait aussi fait accompagner par son petit ami, histoire de ne pas peut-ĂŞtre ” chĂ´mer ” car, dans de pareilles rencontres, loin d’yeux et d’oreilles indiscrets, les gens se permettent assez. Djènè tapa Ă  la porte de la chambre de Nana qui vint lui ouvrir.

    Le spectacle Ă©tait digne d’une lĂ©gende. Le ” Boss “ qui est couchĂ©, poitrine en l’air bourrĂ©e de poils noirs et blancs (informations donnĂ©es par Nana) entre des petites filles, ferma les yeux alors que Djènè fondit en sanglots en lançant : ” Tu m’as tuĂ©e, tu m’as humiliĂ©e “. Pour un dĂ©but, tous pensaient que Nana lui avait piquĂ©e son copain mais renseignement pris, le ” Boss “ de Nana est le père biologique de sa copine Djènè, s’il vous plaĂ®t.

    Que faire face Ă  cette scène aussi insolite que pathĂ©tique ? C’Ă©tait l’Ă©quation Ă  laquelle Nana et ses invitĂ©s Ă©taient appelĂ©s Ă  rĂ©soudre.

    D’entrĂ©e de jeu, Tonton se rhabilla et prit ses jambes au cou. Djènè, sa fille dĂ©cida de se rendre justice en voulant brĂ»ler les habits que son père avait achetĂ©s pour sa copine. Les gens l’en dissuadèrent mais dans la foulĂ©e, elle rĂ©ussit Ă  tromper la vigilance de tous et se saisit de la Jakarta de sa copine qu’elle emmena Ă  la maison tout en promettant de convoquer la nuit son père Ă  un conseil de famille. Ce que nous n’avons pas pu vĂ©rifier au moment oĂą nous mettions cette information sous presse.

    En tout cas, ce qui est arrivĂ© Ă  Tonton est un cas d’Ă©cole qui pourrait arriver Ă  beaucoup d’autres infidèles indĂ©licats qui ne rĂ©flĂ©chissent pas assez avant de se lancer dans des aventures amoureuses.

    Un tour sur cette colline Ă  partir de 21 heures permet d’Ă©difier largement sur ce qui s’y passe. Des voitures les plus luxueuses appartenant aussi bien Ă  l’Etat qu’Ă  des particuliers y rodent toute la nuit Ă  la recherche de belles crĂ©atures.

    Les autoritĂ©s administratives et universitaires sont interpellĂ©es face Ă  cette situation car, la colline du savoir, si rien n’est fait, est en passe de devenir la colline de la dĂ©bauche.

    Youba KONATE

    PARTAGER

    2 COMMENTAIRES

    1. Moi je pense que ceux qui doivent prendre une dĂ©cision ferme par rapport Ă  ca en font partie de ces gens la c’est pas facile de gĂ©rer la situation. ce que donne comme conseil Ă  nos sĹ“urs qui vont aux Ă©tudes lĂ ba de pendre soin de grandeur d’âme sinon rien ne sert Ă  ce mauvais comportement

    2. La colline du savoir, si rien n’est fait, est en passe de devenir la colline de la dĂ©bauche. Mais, cette colline du savoir est devenue la colline de la dĂ©bauche depuis longtemps. Cette histoire de Nana et Tonton n’est que la partie cachĂ©e de l’iceberg. J’ai pitiĂ© de nos sĹ“urs qui sont internĂ©s sur cette colline dite du savoir. A la prochaine parution, donnez nous les statistiques des enfants adultĂ©rins. Merci d’avance.

    REPONDRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here