Une fillette de 3 ans brûlée vive par sa voisine: “Elle nous a regardés en souriant”

    1

    Alicia, une fillette de trois ans, a été très grièvement brûlée, mardi à Auneuil, dans l’Oise, par une voisine et mère de famille aux motivations obscures, qui a été mise en examen jeudi pour tentative de meurtre sur mineure de moins de 15 ans et écrouée, selon le parquet de Senlis.

    L’enfant, ainsi que sa mère qui s’était portée immédiatement à son secours, ont été aspergées d’une substance inflammable par cette femme âgée de 37 ans, dont la propre fille, âgée de six ans, jouait avec sa cadette de trois ans dans la cour de l’immeuble. Elle-même sérieusement blessée par les projections, la mère de la fillette de trois ans a été opérée en urgence. Quant à l’enfant, “le pronostic vital est très engagé” selon le parquet de Senlis.

    90% de son corps brûlé au troisième degré
    Plongée dans un coma artificiel, Alicia se trouve dans un état critique. 90% de son corps a été brûlé au troisième degré. Si elle s’en sort, elle gardera de très lourdes séquelles toute sa vie.

    Gwendolina, une autre voisine qui a assisté à la scène, a raconté l’horreur dans Le Courrier Picard. Elle explique qu’elle était en train de préparer le goûter à ses enfants quand elle a entendu des cris venant de la cour extérieure. C’est là qu’elle a vu la petite fille en feu, entourée de sa mère et sa grande sœur. “Elles criaient. J’ai fait rentrer la grande chez moi pour qu’elle ne voie pas ça et j’ai essayé de découper les vêtements de la petite. À ce moment, je ne savais pas du tout ce qui s’était passé.”A l’arrivée des pompiers et des policiers une dizaine de minutes plus tard, la soeur d’Alicia a raconté l’horreur, expliquant que la voisine avait “mis le feu sur la tête de sa soeur”. Personne n’en a cru ses oreilles. “Les gendarmes lui ont redemandé plusieurs fois. Elle a confirmé”, souffle Gwendolina.La voisine aurait utilisé une substance inflammable au contact de l’air. Elle est restée de longues minutes enfermée chez elle avant d’être emmenée par les policiers. “Quand elle est partie avec les gendarmes, elle s’est retournée vers nous, la famille, avec un grand sourire”, raconte le beau-père des fillettes.

    “Un fantôme”
    Décrite comme un “fantôme” par le voisinage, la femme entretenait le mystère autour d’elle. “Ses rideaux étaient toujours baissés. Ils ne recevaient jamais de courrier. On ne sait même pas s’ils avaient un travail”, s’étonne Gwendolina. “Elle n’avait pas l’air dangereuse. On aurait pu lui confier nos enfants.”

    Sans antécédents judiciaires, l’auteure présumée du crime a fait état aux enquêteurs d’un “suivi médical pour dépression”, a précisé la procureure de Senlis Amélie Cladière. Longtemps muette pendant sa garde à vue, elle a fait des déclarations qui, “concordent avec celles de l’enfant qui a été témoin” des faits, selon la chef du parquet. “En revanche, ses explications quant aux motifs qui ont déterminé ce geste sont peu claires”. France Info avance qu’elle a commis son geste parce que la fillette faisait “trop de bruit” en jouant.

    Une fois mise en examen, cette femme a été placée en détention provisoire par le juge des libertés et de la détention.

     Source: Le Courrier Picard/AFP/France Info

    PARTAGER

    1 commentaire

    1. comrades a community which do not protect those who are most vulnerable is uncivilized. Certainly a three year old child is of most vulnerable of a community. Anyone who committed or knowingly partaken in heinous act committed in this case is not worthy of life plus should be executed. To allow like perpetrator to maintain life not only send wrong signal of law being humane instead it sends wrongful signal of law will stupidly forgive any evil plus criminal act no matter how heinous. That is not a Buntu way out of good reasoning. Very much sincere, Henry author price aka Obediah Buntu IL-Khan aka Kankan.

    REPONDRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here