Gouvernement : 10 millions volés chez un ministre

    0
    0





    Depuis la nomination des membres du gouvernement actuel, le Président  ATT s’égosille à évoquer partout de combat et à prôner  la bonne gouvernance et la lutte contre la corruption. Pourtant, ses ministres, eux, semblent « ramer à contre courant » de ces valeurs. L’un deux vient encore de s’illustrer négativement : en effet, il a tellement amassé de l’argent qu’il l’a gardé dans sa maison, craignant d’alimenter les suspicions et autres commentaires sur sa fortune. Mais mal lui en a pris, car un de ses domestiques  l’a détroussé  de 10 millions de FCFA !

    Ceci ressemble à un fait  insolite digne d’un film hollywoodien : un domestique qui découvre le trésor de son patron et qui, ébloui par un si beau pactole, en soutire sa part : une dizaine de millions. Quelques jours plus tard, le patron découvre que sa fortune a diminué, ou du moins a été tronqué de plusieurs millions. Après quelques heures de réflexion, il parvient à identifier celui qui pouvait être l’auteur de ce vol. Mais ce n’est ni son épouse, ni ses enfants, encore moins un de ses neveux. Le ministre porte donc plainte et fait arrêter son employé qui est gardé dans un Commissariat de la place.

    Voilà ce qui s’est passé avec un ministre du gouvernement nommé par le Président ATT lors du denier remaniement ministériel intervenu en 2011. Il aime les shows médiatiques pendant lesquels il se pose en donneur de leçon de gestion et de bonne gouvernance devant ses collaborateurs. Personne ne pouvait donc s’imaginer qu’il pouvait thésauriser des dizaines de millions de FCFA, et cela, à domicile !        Depuis lors, le domestique  présumé auteur du vol a pris la clé des champs. Au niveau de la grande famille du ministre, l’information nous a été confirmée par l’un de ses neveux qui ironise le membre du gouvernement pour été victime de cette opération et se montre peu coopératif pour les recherches lancées contre le malfrat. Evidemment, le ministre tente depuis lors d’étouffer l’affaire pour que la Presse n’en parle pas, craignant de susciter la foudre du Chef de l’Etat avec qui il aurait de graves antécédents.

     Jean Pierre James

     

    NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.