Histoire : D’un vendeur de viande rotie

    2

    Vendeur de café Sougouninkoura, M. Maïga propose aussi, et tous les matins, de la viande à ses clients. Surtout par ces temps de carême.

    Sur pied dès 2 heures du matin, MaĂŻga qui ne dort la nuit qu’à peine, deux heures d’horloge, prĂ©pare la viande ou le cafĂ© en somnolant.  Une attitude qu’un de ses clients, chauffeur de taxi, Y.T., avait bien remarquĂ©e.

    C’est pourquoi il a dĂ©cidĂ© depuis quelques jours de manger gratuitement son “soubouri” Ă  la douleur de notre MorphĂ©e de vendeur de cafĂ©.

    C’est ainsi que, le 30 mai dernier, MaĂŻga, après avoir prĂ©parĂ© dans une grande marmite une quantitĂ© importante de viande, s’endormit sur un banc.

    A son rĂ©veil vers 4 heures Ă  l’appel d’un client, il remarqua que la marmite contenant la viande avait Ă©tĂ© vidĂ©e de son contenu.

    AffolĂ©, M. MaĂŻga qui croyait Ă  une farce d’un ami, fit rechercher le contenu de sa marmite. Mais, rien.

    La viande rôtie avait bel et bien été volée.

    Notre vendeur dĂ©cida donc d’ĂŞtre dĂ©sormais sur ses  gardes afin de pincer son voleur. Mercredi 1er juin ce fut le mĂŞme scĂ©nario. Alors, le jour suivant, il dĂ©cida de prendre toutes les dispositions afin d’épingler son voleur.

    C’est ainsi qu’il se rĂ©veilla dès 1 heure du matin et s’arma d’un coupe-coupe. Après avoir prĂ©parĂ© sa viande, il se coucha un peu plus loin et simula un profond sommeil. M. MaĂŻga, pour rassurer son voleur, “ronflait”, après avoir pris le soin de recouvrir son visage d’une fine toile, transparente.

    BientĂ´t 4 heures du matin… Un jeune homme  T. Y s’approcha de la marmite.

    M. Maïga allait sauter sur lui et le déchiqueter, mais il se ressaisit pour mieux prendre son poisson dans le filet.

    Le voleur qui semblait n’ĂŞtre pas Ă  son premier coup, versa le contenu de la marmite dans un grand plat qu’il posa sur la tĂŞte avant de se faufiler entre les taxis. MaĂŻga, armĂ© de son coupe-coupe le suivit Ă  l’écart, pour ne pas Ă©veiller de soupçon.

    L’homme qui avait le plat sur la tĂŞte arrive enfin Ă  destination : un petit hangar oĂą l’attendent cinq autres complices. Vite, le festin commença.

    Non loin, MaĂŻga attendait toujours.

    A présent, le voilà entre ses voleurs. Sous la menace de son arme, Maïga tenait les bandits en respect. Ils étaient tous chauffeurs de taxi.

    Il fallait rĂ©gler les comptes et MaĂŻga Ă©tait bien dĂ©cidĂ© Ă  aller Ă  la police, Ă  dĂ©faut d’ĂŞtre remboursĂ©. La facture pour les vols dont a Ă©tĂ© victime MaĂŻga s’Ă©lève Ă  17.500 FCFA. MaĂŻga a reçu sur le champ la somme de 12.500 FCFA et promesse lui a Ă©tĂ© faite du remboursement du reliquat, en fin de journĂ©e.

    Question : Le Jeun engagé ou rompu en consommant un repas volé, peut-il arriver à… Dieu ?

     

    Boubacar Sankaré

    PARTAGER

    2 COMMENTAIRES

    1. Bouba quel et et ton vrai mĂ©tier stpl (fabriquant de the ou de tireur de pousse-pousse a soukouba en toi cas je te jure que tu n est pas journaliste c Ă  cause des gens comme vous qu’on ne sui plus les info de notre maliba boubacar pardon va vendre des djisama fla fla journaliste de merde le jour oĂą on t attrapera tu passera Ă  la cour pĂ©nale chien erant!!!!!!!

    2. Il faut inventĂ© d’autres histoires on Ă  lit sa la depuis l’annĂ©e dernière. Pas facil d’ĂŞtre journaliste.

    REPONDRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here