IL AVAIT CORRIGE SA FILLE POUR UNE EFFRONTERIE:AMK, la mégère deBamako-Coura, tente de tuer son cousin

    0
    Au Mali, il y a des femmes impitoyables, de véritables mégères. Le cas de AMK en est la preuve. Cette dame, réputée pour ses querelles incessantes, est exemplaire dans son genre. AMK, après avoir divorcé à trois reprises, a regagné la maison paternelle de Bamako-Coura, à côté de l’Assurance Sabunyuma, où elle vit avec ses enfants. Dans la concession résident aussi ADK, un ancien chef de service des relations publiques à l’INPS de Bamako et sa famille. Ce dernier, qui est également un baron du Mouvement Citoyen, est le cousin de AMK. Il est aujourd’hui âgé de 52 ans.
    Très méchante, AMK ne s’entend pas avec les autres membres de la famille, qui se trouvent tous être des cousins, à plus forte raison aévec le voisinage. De plus, elle cherche toujours des noises aux autres afin de provoquer des bagarres. Pour ce qui concerne ADK, AMK a monté sa fille contre lui. La demoiselle, qui avait emprunté des affaires à la fille de ADK, sa cousine, a refusé de les lui rendre. La fille de ADK ne cessant de réclamer son bien, AMK énervée, est entré dans la danse. Au lieu de laisser les jeunes filles régler seules leur différend, elle n’a cessé de provoquer ADK, ses enfants et son épouse.
    Le vendredi 14 juillet, alors que ADK revenait du service, il a croisé la fille de AMK, qui l’a heurté à l’épaule en entrant dans le vestibule. ADK n’a rien dit. Il a continué son chemin. Il est ressorti de la maison pour aller à un enterrement de famille. Au moment de son retour, il a de nouveau croisé sa nièce qui était en train de balayer la cour. Cette dernière a refusé d’arrêter, couvrant son oncle de poussière sur son oncle. Celui-ci, en colère, a porté la main sur elle. A la suite du geste, AMK n’a trouvé rien de mieux à faire que de se saisir d’un pilon afin de frapper ADK à la tête. Ensanglanté, celui-ci ne répliqua pas AMK s’enhardit jusqu’à essayer de lui enlever son pantalon. ADK, qui ne voulait pas être ainsi humilié devant sa famille, se rendit donc à la Brigade des mœurs pour porter plainte contre sa cousine. Ce service préféra t passer l’affaire au Commissariat du 1er Arrondissement qui mettrat AMK en garde à vue. Le lundi 17 juillet, sous le procès verbal N°247, AMK a été déférée à la prison centrale de Bamako-Coura. A leur grande surprise ADK et sa famille verront cette femme revenir aussitôt, se tapant la poitrine en déclarant que personne ne peut l’enfermer au Mali. Où est donc la justice dans ce pays ?
    Selon nos informations, il semblerait que c’est le substitut du Procureur de la Commune III, qui aurait fait libérer AMK, grâce à l’intervention d’un avocat, Me Konaté. Ce dernier aurait pris l’engagement que AMK et ses enfants quittent la maison. Il reste que AMK a été libérée sans le consentement de sa victime. Comment l’expliquer, alors qu’il s’agit de coups et blessures volontaires?  

    Alou B HAIDARA

    Commentaires via Facebook :

    PARTAGER