Incendie à Daoudabougou : Une boutique d’électroménagers prend feu, des machines d’une valeur de 41 000 000 de Fcfa calcinées

    0

    boutiqueLes retentissements des sirènes de sapeur pompier se sont faits entendre, ce mercredi 28 janvier, aux environs de 14 heures 32mn, en face de l’ambassade d’Algérie située à Daoudabougou. Malheusement, une boutique d’électroménagers contigue à un atelier mécanique venait juste de prendre  feu.  Et sur les lieux une équipe de pompiers avec à leur tête le commandant Bakary Dao, s’évertue à éteindre les flammes à l’aide de deux engins d’incendies contenant chacun 3000m3 d’eau et d’un camion citerne de 13000m3 d’eau. Les dégâts matériels sont estimés par le commerçant à 41 000 000 de Fcfa. En attendant son rapport, le commandant Backary Dao explique le déroulement de l’évènement: “ A proximité du carrefour de Daoudabougou, une boutique à pris feu dans laquelle se trouvaient des climatiseurs, des refrégirateurs, des fours etc.

        Selon les témoins que nous avons interrogées sur place, l’incendie s’est déclenchée à l’aide d’étincelles provoquées par un court-circuit. Cependant, nous attendons l’ouverture d’une enquête qui servira à déterminer la nature exacte des causes de l’incendie.

         C’est ainsi que nous avons demandé aux témoins, comment l’incendie s’est-elle déclenchée? Ils nous ont répondus que c’était à partir d’une prise de courant. Je leur ai demandé ensuite, de me décrire l’état de ce fil? Etait- ce une installation de l’agrémenté EDM (énergie du Mali) ou était-ce un branchement anarchique? Dans le doute, ils ne sont pas parvenus à me donner d’éclaircissements”.

    Cependant, la protection civile demeure sceptique devant l’argumentaire des témoins et décide de déclarer que les causes de l’incendie restent indéterminées en attendant les résultats de l’enquête que devra mener très prochainement la gendarmerie. car seuls deux facteurs ont réussi à enclencher l’incendie, soit il s’agit d’un branchement anarchique voir illicite ou c’est simplement un acte de sabotage entre les hommes.

    Paul Dao et Mohamed Haidara

    Commentaires via Facebook :

    PARTAGER