Incendie d’un camion-citerne à Banankabougou : On a frôlé la catastrophe

    2

    De la fumée qui s’élève dans le ciel au bout d’une grosse flamme, des agents de la Protection civile et ceux de la police affairés, un embouteillage monstre dans lequel même un piéton aurait du mal à se frayer un chemin, une foule de curieux … voici la scène de l’incendie survenu jeudi après-midi aux environs de 18h30 à Banankabougou, non loin de la station « Yara ». Un camion citerne rempli de carburant était la proie des flammes.

    Le sinistre qui s’est produit à quelques centaines de mètres de la Tour de l’Afrique, n’a fait aucune victime humaine, mais des dégâts matériels très importants, estimés à plusieurs dizaines de millions de Fcfa. Qu’est-il arrivé ?

    Le pire a été évité de justesse, assure un témoin de la scène, laquelle était filmée par des curieux avec leurs smartphones. « Nous étions arrêtés ici, lorsque soudain un camion citerne en feu est sorti du « parking de ravitaillement ». Nous avons ensuite aidé le chauffeur à détacher le tracteur de la cuve du camion citerne. Et le chauffeur s’est enfui avec le tracteur. Nous ne pouvons rien dire en ce qui concerne la source de l’incendie, mais il serait survenu au cours d’une opération de transvasement », explique notre interlocuteur en désignant du doigt la cuve ravagée par le feu. Les 12 pneus du mastodonte ont évidemment ont été dévorés par les flammes.

    Sur le lieu de l’incendie, des débris jonchaient le sol, une trentaine d’agents de la Protection civile et de la police s’affairaient encore autour de l’épave fumante au moment où nous arrivions. Des riverains prêtaient main forte aux soldats du feu pour éteindre les ultimes flammèches avec de l’eau. Les policiers tentaient de mettre de l’ordre dans la circulation et de repousser la foule des curieux qui gênait le bon déroulement de l’opération d’extinction, dirigée par le commandant Bakary Dao, directeur régional par intérim de la Protection civile.

    « Nous avons été appelés par des tierces personnes pour dire qu’il y a un feu de citerne au niveau de la station « Yara ». C’est ainsi que nous avons pu dépêcher nos forces sur place. Lorsque la première équipe est arrivée, elle a demandé le renfort d’autres équipes. C’est ainsi que je suis arrivé sur les lieux pour prendre le commandement des opérations. Il y avait un feu violent qui menaçait la station « Yara », les boutiques environnantes et les installations électriques. Aussitôt, j’ai appelé tous les engins de Bamako qui sont venus en renfort. Nous avons mobilisé 7 engins pompe d’incendie et 2 engins pompe de renfort de conteneur d’eau importante. C’est ce qui nous a permis de maîtriser cet incendie », détaille le commandant pour qui, la cause serait peut-être due à un transvasement.

    L’officier a loué le courage du chauffeur qui a réussi à éloigner la citerne de la station afin d’amoindrir les dégâts. « Les enquêtes seront menées pour déterminer la cause réelle. Mon souci était la station et les environnants, il fallait éviter que le feu se propage. Ça allait être dramatique d’autant plus que cette station a des voisins immédiats. Dieu a entendu mon souci pour maîtriser rapidement cet incendie », a souligné le responsable de la protection civile.

    S. TANGARA

    PARTAGER

    2 COMMENTAIRES

    1. La mairie doit gérer ces problèmes avec bcp de responsabilité en tenant cpt de la proximité des habitations. Nous sommes en danger permanant. Les lieux de vente de carburants doivent être des endroits très sécurités. La prolifération en cet endroit precis de stations "pirates", se passe de tout commentaire. Le mal vivre de nous, population riveraine nous offre l'occasion d'interpeller la mairie pour mettre de l'ordre encore qu'il est temps. Bonne compréhension.

    Comments are closed.