Insécurité grandissante dans le district de Bamako : Un grand danger menace les amateurs de Facebook

    0
    1





    L’Internet, véritable outil de développement, est également un précieux moyen de communication. Cependant, utilisé pour d’autres fins, l’Internet devient du coup nuisible. Tandis que certains s’en servent pour faire des recherches, des études,  d’autres, par contre, l’utilisent nuire tout simplement. Après les motocyclistes, c’est au tour des détenteurs de voiture d’être la cible des bandits.  Dans notre histoire du jour, Facebook a servi d’appât pour des bandits. Elle concerne un jeune, la trentaine révolue, qui a abandonné sa voiture après avoir été menacé au pistolet par un navigateur qu’il a connu sur Facebook. Le malheureux incident s’est déroulé à Sotuba ACI dans la nuit du vendredi 20 au samedi 21 janvier.  Les faits.

    Malgré le travail titanesque qu’abat la police, les bandits ne restent pas en prison. C’est pourquoi, ils en profitent toujours pour s’attaquer à leurs victimes comme s’ils étaient au dessus des lois de la République. L’incident que nous vous narrons est survenu le vendredi 20 janvier vers  23 heures à Sotuba ACI, juste après que le jeune frère d’une journaliste de l’Indépendant se soit fait attaquer par deux bandits qui étaient sur une moto.

    Les bandits l’ont coincé avant de l’asperger de gaz lacrymogène. Sous la menace d’un pistolet, la peur et la mort dans l’âme, il assiste impuissant à l’expropriation de la moto de sa grande sœur non sans avoir proposé, à la place de la moto, que les bandits emportent ses deux téléphones, un I phone 3 et un Samsung. En vain.

    Aidé par un conducteur de taxi, il se rend au Commissariat de police du 12ème Arrondissement pour faire sa déposition. Sur place, il rencontre un jeune homme qui venait de se faire exproprier de sa voiture au même endroit, probablement par le même groupe de malfrats. 

    Selon la victime, celui avec qui il échangeait sur Facebook lui a fait comprendre qu’il était une grande personnalité. Après des échanges, la supposée grande personnalité qui se révélera être un bandit de grand chemin, propose un diner amical à sa future victime "chez lui à Sotuba ACI" Ne se doutant de rien, l’invitation a été vite acceptée et rendez-vous a été pris dans ce quartier.

    Arrivé sur les lieux à bord de sa voiture, le jeune homme appelle son correspondant qui n’est autre qu’un bandit. Ce dernier monte dans le véhicule et le guide vers une maison.

    Arrivés à un endroit difficile d’accès, pris de peur, le jeune homme manifesta son souhait de rebrousser chemin. Mal lui en prit.

    En effet, un groupement de bandits surgit et encercle sa voiture. Celui qui l’avait invité lui intime l’ordre de descendre avec une arme pointée sur lui. Paniqué comme un fou, il se mit à courir dans tous les sens. Ce n’est qu’au Commissariat que les gens ont pu le calmer.  

    Ces cas d’agression doivent être pris au sérieux car les honnêtes citoyens ne sont plus en sécurité. Lorsque des bandits commencent à se servir d’Internet pour arnaquer leurs victimes,  on se trouve en face de la cybercriminalité.

    Comme si deux agressions ne suffisaient pas, au même endroit, la voiture d’une jeune  dame a été mise en pièce détachées par des bandits non encore identifiés.

    Pas plus que la semaine dernière, à Djélibougou à  l’espace "Le Robinet", des inconnus habillés en uniforme militaire ont alerté la foule devant un bar avec des revolvers avant de récupérer une à une, les clés des motos Jakarta. Ce qui donne de l’eau au moulin de ceux qui pensent que la plupart des bandits sont des militaires radiés des effectifs de l’armée.

    Concernant la zone de Sotuba ACI, il est temps que les autorités songent à électrifier les artères principales afin de sécuriser les populations.

    Fatoumata Mah Thiam KONE

    NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.